Jeudi, 25 avril 2024
Dossier > Dossier >

Matatiya, le café des intellos

Manar Attiya, Lundi, 11 mars 2019

Ouvert en 1869, le café Matatiya a joué un rôle important dans la vie politique, culturelle et sociale des Egyptiens.Les idées menant à la Révolution de 1919 sont nées dans ce lieu historique de Ataba, aujourd’hui disparu.

Matatiya, le café des intellos
Le café Matatiya, un lieu de prédilection des intellectuels de l'époque.

Ce café immense, qui ne désemplissait pas, n’était pas comme les autres. Matatiya porte le nom de son propriétaire, un ingénieur italien qui a construit l’immeuble où se trouve ce commerce. Cet ingénieur aimait y inviter des groupes de danse et d’acrobates européens pour y donner des spectacles. Il avait créé un espace vivant et convivial. Les gens aimaient s’y retrouver pour fumer la chicha, consommer des boissons, jouer aux dominos, aux cartes ou à la tawla (tric-trac). Mais ce café était aussi le lieu de rencontre d’importantes personnalités politiques, écrivains et intellectuels.

Les idées modernes, pour l’époque, menant à la Révolution d’Ahmad Orabi, contre le khédive Tewfiq en 1881, sont nées dans ce café, situé au coeur de Ataba. A Matatiya, le cheikh Gamaleddine Al-Afghani, un intellectuel musulman d’origine persane, a fondé le premier parti national libre. Le cheikh Mohamad Abdou, disciple de Gamaleddine Al-Afghani, l’intellectuel Abdallah Al-Nadim, l’homme politique Saad Zaghloul pacha, Mahmoud Sami Al-Baroudi, le premier vice-président du syndicat des Avocats, Ibrahim beih Al-Helbawi, s’y côtoyaient aussi. Les poètes Ahmad Chawqi et Hafez Ibrahim, l’écrivain Abbas Al-Aqqad et le romancier Ibrahim Al-Mazni avaient également l’habitude de s’y asseoir.

Le café Matatiya a aussi été un lieu important au moment de la Révolution de 1919, premier soulèvement national contre les Britanniques qui a conduit à l’indépendance de l’Egypte.

L’établissement était aussi connu des étrangers. On y rencontrait d’autres personnalités arabes, comme le Tunisien Habib Bourguiba qui n’était pas encore président à l’époque … et autres célébrités de l’époque.

En 1960, sous la présidence de Gamal Abdel-Nasser, cet immense café a été divisé en plusieurs parties pour ouvrir des boutiques. Et, sa superficie s’est réduite comme une peau de chagrin. Cet établissement a pris un autre nom, « Café et bar du khédive ». De l’ancien, il ne reste que quelques petits souvenirs ancrés dans la mémoire des Egyptiens.

Malheureusement, après une si longue et riche histoire, l’immeuble abritant Matatiya a été détruit. Un séisme de 5,9 degrés sur l’échelle de Richter s’est produit le 12 octobre 1992 et a causé des dégâts considérables. De vieux immeubles vétustes se sont effondrés dans la capitale et des centaines de milliers de personnes se sont alors retrouvées sans toit. L’immeuble Matatiya et le café ont été très endommagés, et déclarés dangereux car les murs présentaient des fissures importantes. En 1999, le gouverneur du Caire décide alors de démolir l’immeuble et le café Matatiya, au profit d’un nouveau projet, à savoir le tunnel d’Al-Azhar et le parking.

Et c’est ainsi que l’histoire de ce fameux café d’Egypte, témoin des grandes Guerres mondiales, des guerres de 1956 et 1973, des conflits politiques, des combats intellectuels et littéraires, a pris fin .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique