Mercredi, 26 juin 2024
Dossier > Dossier >

Booster les échanges à l'intérieur du continent

Sabah Sabet, Mardi, 11 décembre 2018

Le Caire accueille, du 11 au 17 décembre 2018, la première édition de la Foire commerciale intra-africaine, sous le thème « Transformer l’Afrique ». Objectifs : promouvoir le commerce intra-africain et soutenir la mise en oeuvre de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECA).

Booster les échanges à l
Les échanges commerciaux entre les pays africains ne dépassent pas les 15 % du commerce total du continent.

« Pour tout fabricant ou exportateur de biens et de services basé en Afrique qui souhaiterait étendre ses activités aux nouveaux marchés sur le continent, la Foire est la plateforme parfaite qui vous permettra de présenter les biens et services que vous offrez », peut-on lire sur le site Internet de la Foire commerciale intra-africaine (IATF), qui invite les entreprises africaines à participer. Organisée par Afreximbank et l’Union africaine, cette foire est la première en son genre en Afrique. Elle offre une plate-forme pour connecter les marchés africains, présenter les biens et les services et échanger des informations sur le commerce et les investissements. Elle doit également permettre de créer des opportunités d’échanges commerciaux pour accroître le commerce à l’intérieur du continent, qui ne dépasse pas, actuellement, les 15 % du commerce total du continent.

C’est lors de la signature de l’accord relatif à l’accueil de la foire, signé entre la banque Afreximbank, l’Union Africaine (UA) et le gouvernement égyptien, à Kigali, en mars 2018, en marge du sommet de l’UA, que l’annonce de l’événement a été faite. Selon Benedict Oramah, président d’Afreximbank, la Foire commerciale intra-africaine, qui sera un événement biennal, devrait rassembler plus de 1 000 exposants de toute l’Afrique et au-delà et pourrait attirer plus de 70 000 visiteurs, générant plus de 70 milliards de dollars d’accords commerciaux. L’IATF constitue dès lors une étape importante sur le chemin de la réalisation des objectifs de la ZLECA. Amr Nassar, ministre du Commerce et de l’Industrie, indique que la foire comprend aussi la tenue de réunions bilatérales entre des entreprises africaines et internationales. « La foire vise à fournir des canaux de distribution efficaces sur le continent africain à travers la mise en place de systèmes logistiques de transport, de paiement des services et de stockage », a déclaré le ministre. Plusieurs secteurs seront représentés lors de la foire, notamment les produits agricoles, les matériaux de construction, les produits pharmaceutiques, les industries lourdes, l’énergie, le textile, les vêtements et les industries mécaniques.

L’aspect culturel aussi présent

Booster les échanges à l

Le pavillon de l’Egypte, en tant que pays hôte, est un pavillon de premier plan. « Le pavillon présente les opportunités de commerce et d’investissement en Egypte ainsi que les opportunités de commerce avec le reste de l’Afrique et le monde », indiquent les organisateurs sur le site Internet de la foire. De même, les méga-projets égyptiens en cours sont présentés en projection 3D dans les salles d’exposition. La foire prévoit également une conférence sur les questions de paiement, de financement et de facilitation des échanges intra-africains ainsi que sur les questions d’harmonisation des normes commerciales.

Par ailleurs, l’événement ne se limite pas au commercial, puisque l’aspect culturel est lui aussi présent. Le programme de la foire comprend l’organisation d’une journée nationale dans le but de présenter les cultures des différents pays participants. Cette journée se répartit en deux parties : l’une dédiée à la présentation de spectacles artistiques et de folklore et l’autre pour permettre aux ministres africains de discuter des opportunités commerciales, économiques et touristiques qu’offrent leurs pays.

« L’Egypte est déterminée à assurer le succès de l’édition 2018 de l’IATF et à faire en sorte qu’elle soit l’un des plus grands événements dans le domaine du commerce », a affirmé Sherine Al-Shorbagy, directrice générale de l’Autorité égyptienne pour le développement des exportations (AED).

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique