Jeudi, 25 avril 2024
Dossier > Dossier >

Les familles dans l’expectative

Ola Hamdi, Mardi, 25 septembre 2018

La nouvelle année scolaire marque le lancement du plan de modernisation de l’enseignement pré-universitaire, basé sur la réflexion et la recherche plutôt que sur la mémorisation. Comment les parents et les professeurs voient-il ces changements ? Reportage au lycée Al-Horriya de Bab Al-Louq, au Caire.

Des activités interactives sont proposées aux élèves pour améliorer leurs compétences. (Photo : Moha
Des activités interactives sont proposées aux élèves pour améliorer leurs compétences. (Photo : Mohamad Moustapha)

Fini les vacances ! Dimanche 23 septembre, c’est la rentrée. Les élèves du lycée Al-Horriya de Bab Al-Louq prennent le chemin de l’école et à 8h, tout le monde est là. C’est un jour très important pour les élèves de l’école maternelle et de la première primaire, car ils sont la première volée à suivre le nouveau système éducatif. La cloche sonne et les élèves, à l’aide de leurs professeurs, se mettent en rang. Les parents, quant à eux, sont là pour en savoir plus sur ce nouveau système.

Mme Abir Tawfiq, directrice de l’école, prend la parole pour souhaiter la bienvenue aux élèves ainsi qu’aux parents, qui l’écoutent attentivement. Elle explique ensuite l’idée du nouveau système éducatif, qui est basé sur la réflexion et la recherche plutôt que sur la mémorisation, tout en signalant qu’elle fait partie d’un comité de 10 directeurs formé par le ministère de l’Education et chargé d’évaluer le nouveau système et de rédiger des rapports périodiques sur son application. Les parents prennent à leur tour la parole, posent des questions et expriment leurs avis. « Théoriquement, cette nouvelle méthode semble idéale. Il reste à savoir si elle sera réellement appliquée dans les écoles. Les enseignants doivent avoir reçu une formation appropriée pour cela », déclare Ali, père d’une fillette en première primaire. Fatma, elle aussi, parente d’élève, est, quant à elle, très enthousiaste et voit le changement d’un très bon oeil. D’autres parents plus suspicieux ne cachent par contre pas leur inquiétude vis-à-vis du nouveau système d’évaluation. Ils craignent notamment que l’annulation des examens n’influence le niveau des élèves. Safiya, mère de deux enfants, prend l’initiative et explique aux parents inquiets que le nouveau système ressemble beaucoup au système scolaire international et que l’objectif est de mettre fin au principe du « par-coeur ». « Mon fils aîné a beaucoup souffert de l’ancien système, qui se basait sur le par-coeur. Il prenait des cours particuliers pour l’aider à réussir et oubliait tout dès qu’il sortait de la salle d’examen », explique-t-elle.

Nouvelles formes d’évaluation

Une heure s’est écoulée et les parents commencent à quitter la cour. Dans la classe de la première primaire, les petits yeux étincelants suivent la maîtresse, qui a emballé les manuels scolaires dans du papier cadeau violet et y a ajouté un joli noeud en ruban rose. Mme Hana, souriante, prend sa place au milieu de la classe de façon à être visible pour tous les enfants, qui sont assis en forme de cercles harmonieux. En ouvrant leurs paquets, les élèves sont ravis de découvrir les livres, pleins de couleurs et d’images.

Mme Ayat Abdel-Salam, l’une des professeurs qui ont suivi le stage organisé par Discovery Education et la Banque d’informations du ministère de l’Education en vue d’appliquer le nouveau système, explique comment le nouveau programme entend stimuler les compétences de l’enfant. « C’est un très bon système, qui fournit aux enseignants un plan unifié et un guide pédagogique. Les axes du programme sont : apprendre à être, apprendre à connaître, apprendre à travailler et apprendre à vivre, et ce, afin d’acquérir des compétences personnelles, scientifiques et professionnelles », indique-t-elle, qui est devenue à son tour formatrice pour ses collègues qui n’ont pas suivi le stage. Elle ajoute que les élèves passent automatiquement d’une année scolaire à l’autre jusqu’en troisième primaire. « Différentes formes d’évaluation, autres que les examens, seront utilisées pour déterminer le niveau des élèves. Les compétences des élèves seront de même évaluées à travers des projets qu’ils exécuteront eux-mêmes. Les activités et les interactions enseignant-élève et élève-élève au sein de la classe sont les plus importantes dans ce système ».

Enseignement interactif

Mme Ayat est par ailleurs optimiste quant à la réussite du nouveau système. « Cette réforme en profondeur du système éducatif était impérative. Je crois qu’elle réussira, car le nouveau système s’inspire d’expériences réussies appliquées de par le monde », dit-elle. Concernant la formation des professeurs, elle indique que 25 enseignants ont été formés durant l’été à l’Académie de l’éducation, en coopération avec l’Institut Français d’Egypte (IFE). Des adaptations ont par ailleurs été effectuées au niveau de l’infrastructure. « Le ministère de l’Education a connecté à Internet les classes du secondaire, qui utiliseront des tablettes, et prochainement, le réseau sera étendu au reste de l’école », indique Mme Abir Tawfiq.

A la maternelle, les élèves commencent l’année dans une ambiance festive et sur les rythmes d’une musique gaie. Ils s’amusent avec leurs nouvelles enseignantes et leurs parents. La cour est décorée de guirlandes et les parents prennent des photos avec leurs enfants. Ils sont rassurés après avoir reçu une explication détaillée relative au nouveau système. « Les enseignantes de la maternelle ont été formées au nouveau programme, qui repose sur un enseignement ludique et interactif », indique Mme Abir Al-Sayed, inspectrice du cycle maternel.

Puisque c’est le premier jour d’école, la journée scolaire se termine à midi. La cloche sonne et les parents viennent chercher leurs enfants, tous emplis des premières impressions de cette nouvelle année scolaire qui commence.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique