Mardi, 23 avril 2024
Dossier > Dossier >

Mohamad Al-Khayat : Nous voulons porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2022, et à 42 % en 2035

Ghada Ismaïl, Mardi, 31 juillet 2018

Mohamad Al-Khayat, président de l’Organisme des énergies nouvelles, explique le plan de l’organisme pour développer les énergies renouvelables et stimuler les investissements dans ce secteur.

Mohamad Al-Khayat

Al-Ahram Hebdo : Quel est le plan de l’organisme pour développer les projets de production d’électricité à partir des énergies renouvelables ?

Mohamad Al-Khayat : Le développement durable est directement lié à la disponibilité des sources d’énergie. D’où les efforts déployés pour augmenter l’utilisation des énergies renouvelables afin de répondre à la demande croissante, et donc, d’accroître les investissements dans ce domaine. Notre objectif est de porter à 20 % la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2022, et à 42 % en 2035. Ceci, à travers la mise en oeuvre de plusieurs projets lancés par l’organisme en coopération avec le secteur privé et l’introduction de nouvelles utilisations des énergies renouvelables comme l’approvisionnement des voitures électriques en électricité et leur utilisation d’une façon plus large dans les projets d’irrigation et de pompage d’eau.

— Quels sont les projets lancés par l’organisme dans les domaines de l’énergie solaire et éolienne ?

— Plusieurs projets sont en cours et devraient être achevés avant la fin de l’année. Après l’inauguration de la plus grande centrale éolienne d’une capacité de 220 MW, mise en place en coopération avec le gouvernement japonais, à Gabal Al-Zeit 2, une nouvelle centrale de 120 MW est en construction avec la coopération du gouvernement espagnol dans le golfe de Suez dans la région de Gabal Al-Zeit 3. Nous avons aussi terminé l’expansion d’une centrale éolienne dans la région de Gabal Al-Zeit 1, d’une capacité de 200 MW, et nous l’avons amenée à 240 MW en coopération avec la Banque allemande de construction, la Banque européenne d’investissement et la Commission européenne. La liste des projets de l’énergie solaire est longue. Il y a entre autres une centrale solaire d’une capacité de 26 MW dans la ville de Kom Ombo, dans le gouvernorat d’Assouan en Haute-Egypte, et une autre centrale d’une capacité de 20 MW à Hurghada. Quant au complexe solaire de Benban, dont la première sous-station a été inaugurée la semaine dernière, ce projet vise à générer 2 000 MW d’électricité. Il est réalisé par 32 entreprises et un consortium de 9 banques mondiales qui investissent pour la première fois dans le secteur des énergies renouvelables en Egypte, avec des investissements atteignant 1,9 milliard de dollars.

— Comment les projets d’énergie renouvelable sont-ils actuellement mis en place ?

— La politique du gouvernement vise à diversifier les sources d’énergie et à accorder la priorité aux projets de production d’électricité à partir des énergies renouvelables avec la coopération du secteur privé, conformément à la loi n° 203 de l’année 2014. Les législations organisent le développement de l’énergie renouvelable à travers plusieurs mécanismes, comme l’organisation des appels d’offres pour les projets. En septembre 2014, le ministère de l’Electricité a lancé des tarifs pour le rachat de l’énergie solaire photovoltaïque et éolienne afin de stimuler la production de ces énergies, en permettant aux producteurs de revendre leur électricité au réseau central.

— Quels sont-ils les critères de choix des entreprises qui travaillent avec l’organisme ?

— Nous choisissons d’abord les entreprises qui n’ont jamais coopéré avec l’organisme. Il faut d’abord s’assurer de la capacité de l’entreprise à mettre en place les projets d’énergie solaire. L’entreprise doit aussi avoir exécuté trois projets non raccordés au réseau national d’une capacité totale de 5 kW ou un seul projet d’une capacité de 5 kW. Elle doit également prouver qu’elle possède l’expertise nécessaire et nous livrer un inventaire du matériel qu’elle utilisera et qui doit être conforme aux normes internationales, outre les documents sur le statut financier et juridique de l’entreprise. Pour ce qui est des entreprises qui ont déjà travaillé avec l’organisme et qui souhaitent renouveler leur contrat, elles doivent fournir la liste des projets menés dans le cadre du contrat. La capacité de ces projets ne doit pas être inférieure à 30 kW.

— Comment un citoyen peut-il choisir une entreprise d’installation de centrales solaires ?

— Le citoyen peut consulter la liste des entreprises sur le site Web de l’organisme (www.nrea.gov.eg), pour choisir une entreprise qui viendra faire une visite des lieux avant de présenter une offre technique et financière et conclure un contrat avec le citoyen.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique