Mercredi, 21 février 2024
Dossier > Dossier >

L’Egypte prône une action arabe commune

May Al-Maghrabi, Lundi, 16 avril 2018

Lors du Sommet arabe, le président Abdel-Fattah Al-Sissi a insisté sur les menaces qui pèsent sur la sécurité arabe et les dangers des velléités de certaines forces régionales.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi a estimé, dimanche 14 avril, que les pays arabes sont confrontés à « des menaces sans précédent », tout en critiquant les tentatives de certaines forces régionales et internationales qui cherchent à exploiter les tensions en cours, pour accroître leur influence dans la région, alimen­tant le sectarisme et le terrorisme. « Notre réunion intervient alors que la sécurité nationale arabe est menacée plus que jamais », a alerté le président Sissi, lors de son discours au Sommet arabe.

Une menace que représentent, selon lui, les ingérences étran­gères dans les affaires arabes, les velléités de certaines forces régionales d’instaurer des zones d’influence dans les zones de ten­sions ainsi que l’échec des efforts visant à résoudre le conflit israé­lo-palestinien. Des défis qui nécessitent, selon le président Sissi, de se doter d’une stratégie globale destinée à préserver la sécurité régionale et à barrer la route à toute tentative d’ingé­rence étrangère. Et ceci pour « contrecarrer les menaces exis­tentielles auxquelles est confron­tée la nation arabe et rétablir de bons rapports de voisinage sur base d’indépendance et de res­pect mutuel ».

Sur la cause palestinienne, Sissi a mis en garde contre le fait que les décisions internationales sur le conflit israélo-palestinien ne sont toujours pas activées et contre la persistance des clivages interpalestiniens et des facteurs entravant l’instauration de l’Etat palestinien, tant réclamé, dont Jérusalem-Est sera la capitale. « La communauté internationale endosse sa part de responsabilité, en fermant les yeux sur les tenta­tives de consacrer l’occupation des territoires palestiniens et de créer une nouvelle réalité sur le terrain », a affirmé le président.

Pour ce qui est des crises yémé­nite et libyenne, le président a rappelé qu’elles ne pourraient être résolues qu’à travers des canaux politiques. Sissi a égale­ment dénoncé les agressions répétitives des milices houthies sur l’Arabie saoudite. « L’Egypte n’acceptera pas en aucun cas que des éléments yéménites bombar­dent le territoire saoudien avec des missiles balistiques. Il s’agit d’une menace pour la sécurité nationale arabe et non pas seule­ment pour la sécurité de l’Arabie saoudite », a-t-il averti. A la fin de son discours, il a réaffirmé l’engagement de l’Egypte d’être au coeur de toute initiative visant à réactiver l’action arabe com­mune.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique