Samedi, 02 mars 2024
Dossier > Dossier >

Amenemhat se dévoile à Draa Aboul-Naga

Nasma Réda, Mardi, 12 septembre 2017

Une tombe d'une richesse exceptionnelle remontant au Nouvel Empire (1550-1070 av. J.-C.) a été mise au jour cette semaine dans la nécropole de Draa Aboul-Naga, sur la rive occidentale de Louqsor. Sur place, les archéologues sont à pied d'oeuvre pour explorer la tombe.

Amenemhat se dévoile à Draa Aboul-Naga
Les ouvriers nettoient des crânes et des squelettes découverts sur le site.

La tombe de l’orfèvre du dieu Amon, Amenemhat, remontant à la XVIIIe dynastie, a été mise au jour le 9 septembre sur la nécropole thébaine de Draa Aboul-Naga, véritable musée à ciel ouvert qui contenait une centaine de tombes de nobles creusées dans la roche. « C’est une importante découverte surtout pour la valeur des trouvailles », souligne Khaled Al-Anani, ministre égyptien des Antiquités. En effet, un grand nombre de poteries, de statuettes ouchebti, de figurines funéraires, de momies et de cercueils de différentes époques ont été découverts jusqu’à aujourd’hui. « Le travail a commencé en avril dernier après la découverte de la tombe d’Userhat sur le même site. Les archéologues ont suivi les traces qui se trouvaient derrière la porte portant le numéro TT390 », explique Moustapha Waziri, chef de la mission archéologique et directeur des antiquités de la région de Louqsor. « Le contenu de la tombe est extrêmement riche », déclare-t-il, ajoutant que c’est grâce au soutien financier du gouvernorat de Louqsor qu’ils ont pu faire le travail.

Amenemhat se dévoile à Draa Aboul-Naga2

Sous une chaleur qui atteignait les 50 degrés, les archéologues ainsi qu’une trentaine d’ouvriers ont pu creuser les roches pour arriver au puits principal de 8 m de profondeur, qui renfermait des artefacts d’Amenemhat, ainsi que de sa femme et de son enfant. L’entrée principale conduit à une cour quasi carrée où se trouve une niche. A l’intérieur se trouve une double statue en grès partiellement endommagée, représentant le propriétaire de la tombe assis sur une chaise avec, à côté de lui, toujours assise sa femme qui porte une longue robe et une perruque. Juste au milieu, figure l’image de leur enfant Neb-Nefer. Un passage funéraire dans la tombe conduit à une salle où les archéologues ont découvert plusieurs momies, des statues et des masques funéraires. « C’est dans le puits principal qu’on a trouvé les momies d’une femme et de ses deux enfants. Après avoir analysé les ossements, la femme semble être décédée à l’âge de 50 ans. D’après les tests scientifiques, il paraît qu’elle souffrait de plusieurs maladies dont une maladie bactérienne dans les os, avec un abcès à la mâchoire », déclare Chérine Chawqi, égyptologue spécialiste des os, qui affirme que cette femme a sans doute pleuré abondamment. La taille de ses yeux est anormalement grande. Elle ajoute que l’âge des deux enfants varie entre 2 et 3 ans, et ils souffraient également de maladies osseuses. « Ces deux momies sont dans un très bon état de momification », assure-t-elle. Selon elle, à l’intérieur du cercueil, l’appuie-tête de la femme décédée a été trouvé ainsi qu’un groupe de vases en poterie.

Un puits de 7 m de profondeur

Amenemhat se dévoile à Draa Aboul-Naga3
Une statuette représentant Amenemhat et son épouse.

A chaque côté de la cour principale de la tombe se trouve un puits de 7 m de profondeur. « La mission a découvert une collection de momies, des sarcophages et des masques funéraires sculptés en bois, ainsi qu’une collection de statuettes du propriétaire de la tombe et de son épouse », dit Waziri. Celui de droite conduit à d’autres petites pièces où se trouvent une centaine de pièces antiques. « La tombe est en bon état de conservation. Certaines inscriptions apparaissent clairement avec des couleurs vives », indique l’archéologue Mohamad Baabash, membre de la mission. Selon lui, le puits de gauche, qui renfermait une collection de sarcophages remontant aux XXIe et XXIIe dynasties, est malheureusement le plus endommagé après avoir été soumis à la détérioration au cours de la période tardive. Les sceaux découverts sur le site sont exceptionnels. « La mission a également mis à jour une collection de 50 sceaux, dont 40 prouvent la présence d’autres tombes appartenant à quatre fonctionnaires, dont les tombes ne sont pas encore découvertes : Maati, Bengy, Rourou et vizir Ptahmes », dit Waziri. Les restes appartiennent à Neb-Amun, qui était superviseur des entrepôts de grains du dieu Amon, dont le tombeau est probablement le TT145, et Nebsenu, qui était un grand prêtre du dieu Amon dont le tombeau porte peut-être le numéro TT143. Durant la conférence de presse, le chef de la mission a déclaré que lors des fouilles et du travail de nettoyage, les archéologues ont déterminé des traces d’une tombe à quelques pas du site. « Durant les prochaines saisons, nous suivrons ces traces et nous promettons une découverte de grande valeur », assure Waziri.

En fait, « les titres d’Amenemhat sont éparpillés dans plusieurs endroits de la tombe », dit-il. Ce prénom était courant en Egypte Ancienne et il signifie littéralement « Amon est devant ». Il est porté par plusieurs pharaons.

Objets funéraires

Amenemhat se dévoile à Draa Aboul-Naga4

De même, lors des fouilles, la mission a repéré plusieurs objets funéraires, dont certains appartenant au propriétaire de la tombe. Parmi eux, il y a les restes en calcaire d’une table d’offrande, 4 sarcophages en bois partiellement endommagés et ornés de textes hiéroglyphiques et de scènes de différentes divinités égyptiennes antiques, ainsi qu’une statue en grès d’un commerçant au temple du roi Touthmosis III nommé Mah.

Une collection de 150 statuettes funéraires ouchebtis, sculptées en faïence, en bois, en argile, en calcaire et en brique crue a également été déterrée. Ces statuettes sont déposées dans la tombe pour servir le mort dans l’au-delà. D’après le ministre des Antiquités, « l’Egypte éblouit chaque jour le monde entier par ces découvertes. Nous avons déclaré que l’année 2017 serait riche en découvertes archéologiques et nous sommes sur la bonne voie ». Il assure que le travail dans la tombe de l’orfèvre n’est pas encore terminé. Et les fouilles se poursuivent afin de trouver plus d’objets, de tombes et de momies sur le site et dans toute la région.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique