Dimanche, 03 mars 2024
Dossier > Dossier >

Les initiatives se suivent et se ressemblent

Mercredi, 18 janvier 2017

Initiatives arabes :

C’est environ 8 mois après le déclenchement de la crise syrienne, plus précisément en novembre 2011, que la Ligue arabe a présenté un plan de 13 articles pour mettre fin au conflit. Celui-ci prévoyait notamment la mise en place d’un gouvernement de coalition et d’unité nationale avant l’organisation d’élections législatives et présidentielle. Celle-ci était supposée être ouverte à tous, y compris Bachar Al-Assad. En janvier 2012, une nouvelle initiative arabe a appelé le régime syrien à entamer un dialogue politique avec l’opposition dans un délai de deux semaines, afin de former un gouvernement d’union nationale dans un délai de deux mois, avant la tenue d’élections législatives et présidentielle anticipées. Cette initiative a proposé le vice-président syrien Farouq Al-Shara pour mener les négociations avec l’opposition.

Ces initiatives arabes n’ont pas abouti, et la Syrie a été expulsée de la Ligue arabe. Les interventions de la communauté internationale ont commencé à travers les Nations-Unies.

Plan de Kofi Annan :

Durant son mandat, qui a commencé le 23 février 2012 en tant qu’envoyé des Nations-Unies et de la Ligue arabe, Kofi Annan a mis un plan de six points pour mettre fin à la guerre en Syrie, dont les plus importants sont le lancement d’un processus politique, l’arrêt de la violence armée, une trêve quotidienne permettant l’introduction de l’aide humanitaire, la libération des activistes pacifiques détenus, le respect de la liberté de la presse et du droit de manifester pacifiquement. Après des semaines de tractations, Damas a accepté le plan de Kofi Annan, le 27 mars 2012. Mais sur le terrain, la violence s’est poursuivie.

Genève I :

Un groupe de travail international, comprenant les membres permanents du Conseil de sécurité, ainsi que des pays arabes et régionaux, a élaboré, en juin 2012, les éléments d’une phase de transition, lors d’une conférence tenue à Genève. La déclaration de Genève I comprenait plusieurs points, notamment la mise en place d’un conseil d’administration avec des pouvoirs exécutifs complets et composé des membres du gouvernement et de l’opposition. La déclaration a insisté sur le maintien des institutions gouvernementales, notamment l’armée et les services de sécurité. Cette déclaration devient lettre morte, et Annan a finalement présenté sa démission en août 2012.

Plan Lakhdar Brahimi :

Trois mois après la démission d’Annan, l’Onu et la Ligue arabe ont désigné Lakhdar Brahimi comme médiateur international. Celui-ci a présenté au Conseil de sécurité de l’Onu son plan de sortie de crise en Syrie. Le plan prévoyait la formation d’un « gouvernement de transition doté des pleins pouvoirs exécutifs » pour diriger la Syrie jusqu’à la tenue, en 2014, d’élections législatives et présidentielle sous la supervision des Nations-Unies.

Genève II :

Tenue en février 2015, la deuxième conférence de Genève entre le régime de Damas et l’opposition en exil a tourné au dialogue des sourds, les représentants du régime et de l’opposition n’ayant trouvé aucun terrain d’entente pour une issue politique au conflit.

Vienne I :

Le 30 octobre 2015, une nouvelle rencontre consacrée à la crise syrienne a eu lieu à Vienne entre les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l’Union européenne, la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Arabie saoudite, le Qatar, l’Egypte, l’Iran, la Jordanie et les Emirats arabes unis. Cette rencontre a abouti à un accord sur l’intégrité territoriale de la Syrie et la mise en place d’un « organe de gouvernement transitoire » non sectaire et qui soit doté de pleins pouvoirs exécutifs.

Vienne II :

Un mois après la réunion de Vienne I, des représentants de 20 gouvernements et acteurs se sont réunis de nouveau à Vienne, et sont parvenus à un accord pour entamer le processus politique en Syrie. Le calendrier prévoyait la formation d’un gouvernement de transition dans les six mois, et des élections dans les dix huit mois. Il n’en a rien été.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique