Dimanche, 25 février 2024
Dossier > Dossier >

2015 en photos

Dimanche, 27 décembre 2015

L’année 2015 s’en va avec son lot de surprises, de rebondissements et de péripéties, et c’est désormais avec espoir que l’Egypte accueille l’année 2016. Espoir de stabilité tout d’abord. Après cinq années difficiles dues à deux révolutions, et à un processus de transition parfois chaotique, les Egyptiens sont en quête de meilleures conditions de vie. Si l’année 2015 a été celle de l’achèvement de la feuille de route, mise en place en juillet 2013, l’année 2016 sera sans doute celle de la consolidation des acquis, obtenus en 2011 et 2013.

2015 en photos

Une tâche que le nouveau parlement se voit d’ores et déjà confier. Celui-ci doit plancher dès cette semaine sur 400 textes de lois émis durant la période transitoire. Il s’agira aussi d’adapter l’environnement législatif égyptien à la nouvelle Constitution promulguée en 2014 (voir page 2). Espoir de relance économique aussi. Le contexte est difficile certes, mais il est question pour l’Egypte de consolider son économie, en stabilisant les taux de change du dollar face à la livre égyptienne, en boostant l’investissement, mais aussi et surtout en achevant une lutte âpre et difficile contre le terrorisme, où une bataille difficile se déroule dans le Sinaï. Le tout dans un contexte régional et international extrêmement tendu, marqué par des crises en Syrie, en Libye et au Yémen, par l’avènement de l’Etat islamique, et l’internationalisation du terrorisme. Dans cette édition spéciale 2016, Al-Ahram Hebdo revient sur les événements politiques et économiques majeurs de l’année 2015 avec toujours un regard porté sur 2016, ceci sans oublier les événements culturels, artistiques et sportifs. C’est un décryptage politique, économique et social que nous mettons entre les mains de nos lecteurs.

Décembre

Le retour du parlement
Le retour du parlement
Photo: Reuters
L’Egypte retrouve enfin son parlement. Près de deux ans et demi après la chute de l’ancien président Mohamad Morsi, la troisième et dernière étape de la feuille de route, initiée en juillet 2013, vient d’être franchie avec l’achèvement des élections législatives. Composé de 596 membres, dont 28 doivent encore être
nommés par le président et 13 dont l’élection a été réorganisée par la justice, le nouveau Conseil des députés s’avère assez problématique. L’hémicycle est
en effet dominé par les partisans du président Abdel-Fattah Al-Sissi qui veulent former un bloc afin de le soutenir. Les Egyptiens libres, L’Avenir d’une patrie et le Néo-Wafd ont respectivement obtenu 65, 50 et 45 sièges. Les partis d’opposition sont donc quasiment absents. Et le taux de participation aux législatives était
assez faible : 28,3 %, comparé à 47,5 % aux élections présidentielles et 38,6 % au référendum constitutionnel.
Toutankhamon et son masque
Tout
Photo: Yasser Al-Ghoul
Le 16 décembre a marqué la fin des travaux de restauration et d’études accomplis sur le masque du jeune pharaon Toutankhamon. Après 8 semaines de restauration au sein du Musée égyptien du Caire, le masque de Toutankhamon rejoint sa salle originelle faite spécifiquement pour lui.
Durant les travaux, les restaurateurs avaient découvert un tube en or à l’intérieur de la barbe royale. Celui-ci servait à fixer la barbe au masque sans utiliser des
matières chimiques, comme de coutume chez les Anciens Egyptiens qui utilisaient toujours des matériaux naturels pour fixer leurs monuments. Lors de la découverte du tombeau de Toutankhamon par l’Anglais Howard Carter, en 1922, le masque et sa barbe étaient détachés. Sa première restauration a été faite en 1925 par l’archéologue britannique lui-même.
Toutankhamon a fait beaucoup parler de lui, durant toute l’année 2015, car un autre expert britannique, Nicholas Reeves, a dû effectuer des sondes et analyses au radar dans la tombe du jeune pharaon, dans la Vallée des Rois à Louqsor. Ce, afin de vérifier sa théorie sur la chambre, qui cacherait le tombeau de sa mère, la reine Néfertiti, jamais découvert
Les Frères bénéficient d’un recours
Les Frères bénéficient d’un recours
(Photo:AP)
La Cour de cassation, la plus haute juridiction pénale du pays, a annulé un jugement de peine de mort contre le guide suprême des Frères musulmans, Mohamad Badie, ainsi que d’autres dirigeants de la confrérie bannie dans une affaire de violences qui a suivi la destitution de l’ancien président Mohamad Morsi.
La Cour de cassation a également ordonné la reprise du procès de Badie et ses compagnons devant une nouvelle juridiction de la Cour pénale. Celle-ci devra fixer ultérieurement la date de la reprise du procès qui date d’avril dernier.
Parmi les 37 concernés, 12 étaient condamnés à mort, dont Badie, le guide suprême des Frères musulmans qui est sous la coupe d’autres verdicts. Il a été condamné à mort en juin dernier aux côtés de Mohamad Morsi pour des violences durant la révolte de 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir. Il a écopé des peines de prison à vie dans cinq autres affaires.Aucun de ces verdicts n’est définitif et sont tous passibles de cassation.
Minée par des divisions internes, la confrérie est au bord de l’implosion. Ses jeunes membres se radicalisent et appellent à la violence, alors que les figures
traditionnelles font l’objet de sévères condamnations.

Octobre

Un crash entraîne un autre
Un crash entraîne un autre
Un drame humain, un défi pour les
spécialistes de la sécurité, le crash de l’avion russe dans le Sinaï a aussi porté un coup dur au secteur du tourisme, vital pour l’économie égyptienne.
Ayant fait 224 morts, le 31 octobre dernier, l’Airbus A321 de la compagnie Kogalymavia (plus connue sous le nom de Metrojet), s’était écrasé 23 minutes après son décollage de Charm Al- Cheikh. Il avait perdu tout contact avec les autorités de l’aviation civile, alors qu’il volait à 30 000 pieds d’altitude. Le crash a eu des répercussions importantes sur un secteur déjà en berne : la Grande-Bretagne a suspendu ses vols à destination de Charm Al- Cheikh, et la Russie, quant à elle, a suspendu ses vols à destination de l’ensemble du pays. L’Egypte a reçu en 2014 plus de 3 millions de touristes russes et près d’un million de touristes anglais, soit environ 40 % du flux du tourisme dans le pays. Seuls 9,9 millions de touristes ont visité l’Egypte en 2014 contre près de 15 millions en 2010, le tourisme pesait alors 12 % du PIB du pays et 15 % de ses apports en dollar.
Plus d’illuminations
Plus d’illuminations
L’écrivain Gamal Al-Ghitani, le promeneur solitaire qui connaissait les ruelles du Caire comme les lignes de sa main, s’est éteint à l’âge de 70 ans. Figure iconique du roman arabe, sa mort marque la fin de la génération des écrivains des années 1960.
Son écriture s’inspire largement du patrimoine arabe et de la littérature soufie. De quoi lui avoir valu d’être l’écrivain égyptien le plus traduit en français après Naguib Mahfouz. Dessinateur de tapis à 17 ans, autodidacte qui commence à écrire à 14 ans, il devient reporter de guerre à 23 ans, puis opposant politique, incarcéré en 1966-1977 pour avoir critiqué le régime de Nasser. Il est notamment l’auteur de l’incontestable Zayni Barakat (1974), qui dénonce la corruption politique. Son oeuvre phare est Le Livre des illuminations (1987).
Alexandrie fait naufrage
Alexandrie fait naufrage
(Photo:Ibrahim Mahmoud)
La perle de la Méditerranée sombre dans la vétusté et se noie sous les ordures. Les pluies torrentielles, survenues le 25 octobre, n’ont fait que mettre en avant des problèmes endémiques qui remontent à plusieurs années. Le système de drainage sanitaire est inefficace, les infrastructures se détériorent de plus en plus, les immeubles s’écroulent, les ordures jonchent les rues et les transports publics sont insuffisants et coûteux. La situation de la deuxième ville d’Egypte est lamentable. Selon les chiffres donnés par le ministère de la Santé, au moins 5 personnes ont trouvé la mort. Deux hommes sont morts électrocutés lorsqu’un câble électrique qui alimente le tramway est tombé dans une rue inondée. Le gouverneur d’Alexandrie, Hani Al-Messeiri, a présenté sa démission au premier ministre, Chérif Ismaïl.

Septembre

Grâce présidentielle, un geste symbolique
Grâce présidentielle, un geste symbolique
(Photo:AP)
Une centaine de prisonniers, la plupart détenus pour avoir enfreint la loi sur les manifestations, ont été graciés par le président de la République, à l’occasion de la fête du Grand Baïram. Parmi les graciés figurent les deux activistes, Sanaa Seif et Yara Sallam, condamnés à deux ans de prison pour manifestation illégale devant le Conseil consultatif, le jeune poète et activiste, Omar Hazeq, et les activistes Hani Al-Gamal et Peter Galal Youssef. Cette grâce présidentielle était la quatrième depuis l’accession du président Abdel-Fattah Al-Sissi au pouvoir. La première a eu lieu en janvier 2015.

Août

La fin d’une idylle amoureuse
La fin d’une idylle amoureuse
La mort de Omar Sharif, disparu à l’âge de 83 ans, après avoir souffert de la maladie d’alzheimer, a mis fin à son histoire d’amour avec la femme de sa vie, Faten Hamama, surnommée la grande dame du cinéma arabe. Malgré leur divorce en 1974, leur amour est resté gravé dans la mémoire des spectateurs, lesquels ont eu l’impression que Omar Sharif a décidé d’aller rejoindre sa dulcinée ailleurs, à l’éternité. Car Faten Hamama est décédée au mois de janvier, l’année même (elle a plus de 100 films à son actif, dont 18 sélectionnés parmi les meilleurs de l’histoire du cinéma égyptien).
C’était le réalisateur Youssef Chahine qui a attribué à Omar Sharif son premier rôle dans le film Seraa fil Wadi (ciel d’enfer, 1954). Il y partageait la vedette avec la star, Faten Hamama, et y tenait le rôle d’un paysan de souche modeste, épris de la fille d’un aristocrate. Après
quelques années passées en Egypte, son rôle dans Lawrence d’Arabie (en 1962) a scellé son destin avec la carrière internationale.
Le Canal possède une nouvelle voie
Le Canal possède une nouvelle voie
(Photo:AP)
Une attente plus courte, une circulation à double sens. Les transporteurs maritimes peuvent désormais franchir le Canal de Suez en seulement 11 heures au lieu de 18 grâce à la nouvelle voie construite en un temps record et qui a été inaugurée, le jeudi 6 août. Cette nouvelle voie, parallèle à l’ancien Canal, a été creusée le long de 34 kilomètres. Les autorités espèrent accroître les revenus qu’elles tirent des droits de passage de 4,7 milliards d’euros en 2015 à 11,7 milliards d’euros en 2023. Mais ces estimations dépendent de beaucoup d’autres facteurs comme la croissance attendue du commerce international durant la prochaine décennie et les prix du pétrole, sachant que près d’un tiers de ce qui passe par le Canal est le pétrole en provenance du Golfe vers l’Europe.
L’Egypte cherche en effet à développer toute la région du Canal de Suez, en y installant
une zone franche partagée en plusieurs régions, avec chacune sa spécialité industrielle
Zamalek enfin champion d’Egypte
Zamalek enfin champion d’Egypte
(Photo:AP)
2015 a été la fin de la traversée du désert pour Zamalek qui a finalement remporté le titre de champion national pour la première fois depuis 2004. L’équipe de football a ainsi fermé une
parenthèse de 11 ans marqués par une série de crises financières et administratives. De quoi l’avoir menée dans une vraie galère au point de chuter à deux reprises à la 6e place du classement (2005 et 2009). Il a fallu 17 nouveaux joueurs et 4 entraîneurs pour réaliser
l’exploit.

Juin

Assassinat du procureur général Objectifs atteints à Charm Al-Cheikh
Assassinat du procureur général
(Photo:AP)
Il était environ 10h, le lundi 29 juin, lorsque le convoi du procureur général, Hicham Barakat, passant à l’intersection de la rue Moustapha Mokhtar et Ammar Ibn Yasser, a été touché par une bombe. L’explosion a été d’une telle violence que les vitres des immeubles ont été brisées jusqu’au dixième étage. Les funérailles du procureur ont eu lieu à la mosquée du maréchal Hussein Tantawi dans la région d’Al-Tagammoe Al-Khamès, en présence du président de la République. Hicham Barakat avait été nommé au poste de procureur le 10 juillet 2013. Il avait été en charge de plusieurs dossiers importants, dont celui de la fuite des prisonniers de la prison de Wadi Al-Natroun durant la révolution du 25 janvier, dont faisait partie l’ancien président islamiste Mohamad Morsi. Il était également président du bureau technique à la Cour d’appel d’Ismaïliya qui a examiné le procès du stade de Port-Saïd. Barakat était au-devant de la guerre menée par les autorités contre le terrorisme. Il avait notamment déféré devant les tribunaux plusieurs militants islamistes accusés d’implication dans des attaques
terroristes.

Mars

Assassinat du procureur général Objectifs atteints à Charm Al-Cheikh
Objectifs atteints à Charm Al-Cheikh
(Photo:Reuters)
Durant la conférence de l’économie et du développement, tenue du 13 au 15 mars dernier, à Charm Al-Cheikh, l’Egypte a réussi à se présenter comme un pays attractif, ouvert aux investissements. La conférence s’est achevée par des accords d’investissements étrangers directs à hauteur de 36,2 milliards de dollars, dont le quart doit se matérialiser dans un an. Objectif atteint donc, puisque c’est le montant visé par le gouvernement avant l’événement. Les riches pays pétroliers du Golfe ont annoncé lors de la conférence des dons et dépôts en dollars auprès de la Banque Centrale d’Egypte (BCE). Il s’agit en gros de 12 milliards de dollars. L’objectif principal est de soutenir la valeur de la livre égyptienne, en chute depuis 2011.
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique