Samedi, 20 juillet 2024
Dossier > Dossier >

Dix procès ministériels

Hana Afifi, Mardi, 15 septembre 2015

Depuis 2011, plusieurs ministres ont été traduits en justice dans des affaires de corruption. Retour sur les cas les plus médiatisés.

Dix procès ministériels
Ahmad Nazif et Habib Al-Adely ont été innoncentés dans un procès d'importation de plaques d'immarticulation en février dernier. (Photos : AP)

Ibrahim Soliman, ancien ministre du Logement : accusé de dilapider des fonds publics de 28 millions de L.E. en vendant des terrains dans la région de la « ceinture verte », à la ville du 6 Octobre, à des prix plus bas que ceux du marché. En mars 2012, il a été condamné à cinq ans de prison, verdict annulé en cassation. Le 21 septembre, le tribunal doit décider de son re-jugement.

Ahmad Al-Maghrabi, ancien ministre du Logement : Il a été reconnu innocent en mars 2013, après avoir été accusé de dilapider des fonds publics en vendant des terrains de l’Etat à Hurghada et à Aïn-Sokhna à des prix plus bas que ceux du marché. Il avait été condamné à cinq ans de prison en mai 2011, pour avoir utilisé son poste et dilapidé des fonds publics. Verdict annulé par un tribunal de deuxième instance.

Zoheir Garana, ancien ministre du Tourisme : Il a été innocenté en mars 2013, après avoir été accusé de dilapider des fonds publics en vendant des terrains appartenant à l’Etat à Hurghada et à Aïn-Sokhna à des prix plus bas que ceux du marché. Garana avait été condamné à trois ans de prison dans un autre procès, où il a été reconnu coupable d’avoir accordé des permis à des agences de tourisme appartenant à des amis à lui.

Habib Al-Adely, ancien ministre de l’Inté­rieur : Il a été blanchi en mars 2015 dans un procès de corruption où il était accusé de dila­pidation de fonds publics (181 millions de L.E.). Al-Adely a été également acquitté dans un autre procès d’importation à une compagnie allemande de plaques d’immatriculation de voitures à des prix exagérés. Il avait aupara­vant été condamné à douze ans pour gains illicites, avant d’être acquitté en 2013. Il a passé trois ans en prison pour avoir utilisé, à des fins personnels, des véhicules de sécurité et des personnels du ministère. Il a été libéré en mai 2015.

Youssef Wali, ancien ministre de l’Agricul­ture : Il a été accusé d’avoir vendu à des prix très bas des terrains à Louqsor, à l’homme d’affaires Hussein Salem, dilapidant 700 mil­lions de L.E. de fonds publics. Il a été arrêté en juillet 2011. Il a été condamné à 10 ans de prison en mai 2012, une peine ensuite annulée en janvier 2013 par un tribunal de deuxième instance, qui a ordonné son re-jugement. Ahmad Nazif, ancien premier ministre : Condamné dans un premier temps à un an de prison avec sursis dans le même procès d’im­portation de plaques d’immatriculation avec Habib Al-Adely. Nazif a été par la suite inno­centé en février 2015. Dans une autre affaire, Nazif a été condamné en juillet 2015 à cinq ans en prison pour des gains illicites et de posses­sion illégale de propriété.

Anas Al-Fiqqi, ancien ministre de la Jeunesse et du Sport, ancien ministre de l’In­formation : Arrêté en 2011, il a été libéré en janvier 2014. Il est actuellement rejugé dans un procès de gains illicites de plus de 22 millions de L.E. Un tribunal de première instance l’avait condamné à une peine d’un an de prison avec sursis, en février 2014.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique