Dimanche, 16 juin 2024
Dossier > Dossier >

La population oubliée du Yémen

Amira Samir, Mardi, 11 août 2015

Face à la passivité de la communauté internationale, la situation humanitaire au Yémen est de plus en plus critique.

L
L'Onu a décrété le niveau d'alerte humanitaire maximal au Yémen. (Photo: Reuters)

4 000 morts et environ 16 000 blessés, 1 million de déplacés et 245 000 réfugiés. L’offensive menée par la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen est entrée dans son quatrième mois. Selon le Haut commissariat de l’Onu aux droits de l’homme, envi­ron la moitié des 1 693 morts dans le conflit sont des civils. Les trêves humanitaires, annoncées à plusieurs reprises, n’ont jamais pu se concré­tiser. Des quartiers résidentiels, des hôpitaux, des mosquées, des mar­chés, des réservoirs d’eau, des écoles et des vestiges archéolo­giques ont été touchés par les frappes.

Depuis fin mars, début des affron­tements entre le mouvement rebelle houthi et la coalition internationale menée par l’Arabie saoudite, 80 % de la population du Yémen (plus de 21 millions de personnes) n’ont d’accès suffisant ni à l’eau potable, ni à la nourriture, ni aux soins médi­caux, ni à l’électricité. L’essence aussi se fait de plus en plus rare. Faute de carburant pour les généra­teurs et les stations de pompage, certains hôpitaux ne fonctionnent plus. « Les équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) ont vu mou­rir au Yémen des femmes enceintes ou des enfants arrivés bien trop tard au centre de santé, faute d’avoir trouvé de l’essence, ou après s’être terrés des jours dans l’attente d’une accalmie dans les combats. Certaines personnes ayant besoin de soin en urgence sont mortes aux barrages tenus par les combattants, empêchées d’aller plus loin », pré­cise Mézo Térzian, président de Médecins Sans Frontières France.

La guerre de Yémen a créé une crise humanitaire sans précédent, pour laquelle l’Onu a décrété le niveau d’alerte humanitaire maxi­mal. « Sur le plan humanitaire, la situation s’est nettement détériorée, ces dernières semaines, surtout avec l’arrivée de milliers de réfu­giés qui fuient les combats. La crise se prolonge et les aides humani­taires sont insuffisantes dans cer­taines régions et arrivent rarement dans d’autres », souligne Hussein Soliman, chercheur économique au Centre des Etudes Politiques et Stratégiques (CEPS) d’Al-Ahram. Au-delà de quelques rares convois, les Nations-Unies, qui ne cessent d’afficher leur vive préoccupation au sujet de la détérioration de la situation humanitaire, n’ont pas éta­bli de voie de ravitaillement qui permettrait l’acheminement de biens de première nécessité, dont les médicaments, la nourriture et le carburant. A Aden en 4 mois de guerre, l’Onu n’a acheminé sa 1re aide humanitaire que le 20 juillet dernier. « Le Yémen est un pays très pauvre malgré ses richesses natu­relles variées, notamment le pétrole. L’économie yéménite est très faible. La durée et la dureté des opérations militaires ont eu des impacts catas­trophiques sur la situation humani­taire », explique Soliman. Selon l’Onu, 54,5 % de la population yéménite vit en dessous du seuil de pauvreté selon des chiffres de 2012. 61 % des enfants yéménites souf­frent de malnutrition et 45 % de la population se trouvent en situation d’insécurité alimentaire. Malgré cela, le Fonds Monétaire International (FMI) a annoncé la suspension pour une durée indéter­minée de son plan d’aide au Yémen, en raison des nombreuses incerti­tudes liées à la crise grandissante dans le pays.

Les parties en conflit se renvoient les accusations. D’une part, les Houthis chiites et l’Iran accusent la coalition arabe de « crimes de guerre ». Et d’autre part, l’Arabie saoudite et sa coalition accusent les Houthis et leur allié iranien de cibler les civils. « A Aden, depuis des semaines, les Houthis bombar­dent aveuglément des zones rési­dentielles densément peuplées et le 19 juillet, tandis que les combats pour la reprise de la ville par la résistance du sud faisaient rage, ils ont pilonné un quartier résidentiel très densément peuplé. En à peine quelques heures, 150 blessés, femmes, enfants et personnes âgées, ont afflué dans l’hôpital de MSF, et 42 étaient déjà morts à l’arrivée. Plusieurs dizaines de corps sont restées à l’extérieur de l’hôpital, saturé », témoigne Mézo Térzian.

De même, les offensives menées par la coalition arabe pour reprendre les territoires conquis par les Houthis sont accompagnées de violences contre les civils. Ces violences sont assumées par les pays soutenant la coalition comme un dommage colla­téral acceptable. Toutefois, la guerre au Yémen reste largement ignorée des médias occidentaux et ceux du monde arabo-musulman. Le sort de la population yéménite intéresse peu la communauté internationale. « On ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, et on les casse d’autant plus facilement que leur sort intéresse peu les chancelleries, comme nous l’ont fait percevoir les diplomates que nous avons tenté de mobiliser ces derniers mois, à Paris, Genève, ou Washington, sur la nécessité de faire pression sur les belligérants afin d’épargner les civils », reprend le président de MSF France. Et de conclure : « Il est encore temps que les Etats qui portent la responsabilité du coût humain du conflit mettent tout en oeuvre pour le diminuer, en sanctionnant comme tels les crimes de guerre de toutes les parties en conflit et en rétablissant de toute urgence l’accès de la population à des services essentiels ».

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique