Jeudi, 25 avril 2024
Egypte > Présidentielle 2024 >

Présidentielle égyptienne 2024: Les grandes lignes des programmes des candidats

Chaïmaa Abdel-Hamid, Dimanche, 03 décembre 2023

Ahraminfo présente les grandes lignes des quatre candidats pour les élections égyptiennes 2024

la présidentielle égyptienne
Les quatre candidats à la présidentielle égyptienne. (Archives)

Le candidat Abdel-Fattah Al-Sissi 

Les projets de développement colossaux et d’infrastructure entamés dans les deux mandats actuel et précédent continuent à être une priorité. Objectif : réaliser un essor économique important à travers la localisation de l’industrie, l’augmentation de la production et la diminution des importations pour lutter contre la cherté de la vie.

Le programme comprend également la poursuite du plan de développement global du Sinaï à travers des projets capables de générer des emplois et des programmes de protection sociale, en plus de l’amélioration du niveau des services sanitaires, éducatifs, culturels et sportifs.

La promotion de l’Homme est l’un des principaux objectifs du programme à travers des programmes de formation et d’enseignement technique dans les villes et les zones rurales. Le travail sur le dossier de la santé se poursuivra à travers des campagnes visant à sensibiliser les citoyens et à améliorer leur état de santé, en particulier les enfants. L’autonomisation de la femme est également une priorité, et ce, en lui permettant d’avoir accès à l’enseignement et à l’emploi et en garantissant sa participation politique.

Sur le plan politique, la campagne électorale du candidat a assuré que la réforme politique, qui a connu un grand développement mené par le Dialogue national qui a fourni un espace commun entre les forces politiques pro-régime et celles de l'opposition, est également sur la table.

 Le candidat Farid Zahran

Au niveau politique, Zahran a annoncé qu’il aspirait à ce que l’Egypte soit un Etat civil démocratique moderne, basé sur les principes d’égalité, de justice sociale, de dignité humaine et de souveraineté de la loi, mettant l’accent sur le droit des citoyens à fonder des associations, des syndicats, des partis politiques et des mouvements estudiantins pour défendre leurs intérêts, participer aux politiques publiques et obtenir leurs droits politiques, économiques et sociaux.

Au niveau économique, Zahran compte sur les investissements étrangers et sur le secteur privé et donne la priorité à l’industrie afin de renforcer les exportations, et ce, parallèlement au développement du secteur agricole et à l’augmentation de sa productivité. Zahran a également l’intention d’augmenter les revenus fiscaux en élargissant la base fiscale pour qu’elle englobe les catégories les plus riches de la population et celles bénéficiant des revenus les plus élevés.

Au niveau social, Zahran accorde un intérêt primordial aux droits des minorités, des femmes et des handicapés afin de leur permettre de participer à la vie politique et économique, de leur donner un plus grand accès aux aides sociales et de garantir leur autonomisation sur les plans politique, éducatif et culturel. Zahran croit également au rôle de l’Etat dans la lutte contre la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie des couches les plus fragiles de la population.

 Le candidat Abdel Sanad Yamama

Le programme électoral de Yamama porte essentiellement sur le secteur social. Le programme accorde un intérêt particulier au dossier de l’enseignement en prévoyant des solutions urgentes pour améliorer le système éducatif. Yamama pense que les sommes consacrées à l’enseignement dans le budget de l’Etat par les gouvernements actuels sont de loin inférieures à celles des anciens gouvernements du Wafd qui atteignaient 20 % du budget. Il prévoit la formation d’un comité national, qui ne sera pas affilié au ministère, qui sera chargé de développer ce dossier très important.

Yamama aborde également la question de la réforme législative faisant part de sa volonté d’effectuer un certain nombre d’amendements constitutionnels afin de donner plus de liberté au Sénat et de créer un équilibre entre les prérogatives du président de la République et celles du pouvoir judiciaire, dont les institutions doivent être totalement indépendantes.

Pour ce qui est de l’économie, Yamama estime que ce dossier doit être assumé par des experts pour régler les problèmes cruciaux, tels que la hausse des prix et l’importation d’environ 90 % des besoins du pays.

Le programme aborde également la question de la protection des droits hydriques de l’Egypte dans les eaux du Nil, assurant que l’Egypte doit se retirer de la Déclaration de principes et recourir à l’arbitrage international pour résoudre le différend sur le barrage éthiopien de la Renaissance.

Le candidat Hazem Omar

Son programme est basé sur des objectifs stratégiques dont le premier est de diminuer la polarisation politique à travers le soutien aux partis politiques et l’alternance pacifique du pouvoir.

Le deuxième objectif est le règlement efficace de la crise économique à travers des réformes structurelles, la réduction de l’emprunt et une plus grande justice fiscale en réduisant les taxes sur les médicaments et les aliments. Il est également question de consolider le rôle du secteur privé dans l’économie et d’augmenter les investissements locaux et étrangers en éliminant certains obstacles, tels que le manque de devises étrangères et la bureaucratie. Le programme comprend également l’expansion des activités productives comme l’industrie, l’agriculture et l’extraction des minéraux. Il se donne trois ans pour sortir de la crise économique.

Le troisième objectif stratégique du programme est la promotion des droits de l’homme en réalisant un équilibre entre les exigences de la sécurité nationale et les droits et les libertés des citoyens. Le quatrième objectif consiste à renforcer les relations de l’Egypte avec le monde extérieur.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique