Samedi, 13 avril 2024
Egypte > Education >

Favoriser le dialogue

Ahraminfo , Lundi, 25 décembre 2023

L’Université du Caire, sous la direction de son président, Dr Mohamed El-Khocht, a reçu cette semaine le président de la Ligue islamique mondiale, Mohamed bin Abdel Karim El-Issa. Celui-ci a donné une conférence sur « L’évolution de la pensée entre l’Orient et l’Occident », en présence d’un grand nombre de personnalités. Compte rendu.

s

C’est en présence du grand mufti d’Egypte, Dr Shawki Allam, de l’ambassadeur du Royaume d’Arabie saoudite en Egypte, Oussama Nuqli, du secrétaire général de l’Association des universités islamiques, Sami Al-Sharif, et du professeur de jurisprudence comparée à l’Université d’Al-Azhar, Dr Saad El-Din El-Hilali, que le président de la Ligue islamique mondiale, Mohamed bin Abdel Karim El-Issa, a donné une conférence dans les locaux de l’Université du Caire sous le titre « L’évolution de la pensée entre l’Orient et l’Occident ». Plusieurs recteurs et vice-présidents d’universités égyptiennes, des doyens de facultés, ainsi que des rédacteurs en chef, des membres du corps professoral et des étudiants ont assisté à l’événement.

Au début de la conférence, Dr Mohamed El-Khocht a félicité le président Abdel Fattah Al-Sissi pour le nouveau mandat présidentiel. Il a déclaré que la présence du Dr Mohamed bin Abdel Karim El-Issa sous le dôme de l’Université du Caire a une grande signification. « Le Dr Mohamed bin Abdel Karim a joué un rôle remarquable dans le développement de la pensée islamique et juridique, il a mené de nombreuses réformes au sein du système judiciaire saoudien, surtout lorsqu’il s'est occupé du ministère de la Justice. Il a permis la légalisation de la loi islamique et a octroyé la première licence d'avocat aux femmes saoudiennes », a déclaré le président de l’Université du Caire.

Dr Mohamed bin Abdel Karim El-Issa a rendu, à son tour, hommage au Dr Mohamed El-Khocht en tant que président d’une université historique « qui a fait des bonds importants grâce à sa vision ambitieuse et au soutien de la direction politique égyptienne, sous les auspices du président Abdel Fattah Al-Sissi ». Il a félicité le peuple égyptien pour la victoire méritée du président Sissi à l’élection présidentielle, notant les progrès sans précédent accomplis par l’Université du Caire sous la direction du Dr El-Khocht.

Le président de la Ligue islamique mondiale a évoqué les anathèmes qui existent entre l’Orient et l’Occident et qui ont atteint le stade de l’affrontement, des conflits et des guerres au cours des dernières années, comme en témoigne l’Histoire. Il a expliqué que la principale raison des conflits au niveau de la pensée est la fermeture d’esprit et aussi la divergence des intérêts. « L’homme n’est pas infaillible et ne possède pas la Vérité absolue. Il faut savoir que Dieu Tout-Puissant a ordonné aux gens de s'éloigner des ignorants », a déclaré le cheikh Abdel Karim El-Issa, soulignant que la pensée humaine se caractérise par son évolution constante, ce qui nécessite de comprendre ce changement continu.

Dr Abdel Karim El-Issa a souligné que la religion est « complète » et qu’elle est représentée par le Saint Coran et la sunna du prophète confirmée, qui est renouvelée et qui est valide en tout temps et en tout lieu. « La jurisprudence, en revanche, change avec le temps, le lieu, les circonstances et les intentions », a-t-il affirmé. L’ijtihad n’est pas limité à une personne sans l’autre ou à un lieu sans l’autre, mais c’est un devoir légitime qui revient à tout le monde.

Le président de la Ligue islamique mondiale a évoqué le concept de mondialisation et souligné que la laïcité signifie que la religion ne conduit pas la vie publique dans les pays laïcs et n’intervient pas dans les aspects de la vie.

Dr Abdel Karim El-Issa a estimé, par ailleurs, qu’il est nécessaire de respecter le droit de l’Autre et de ne pas porter atteinte aux identités religieuses, car chaque être humain a un bon sens auquel il faut s’adresser par le dialogue et l’appel à l’amour pour tous sans exception.

 

Faire la distinction entre le sacré et l’humain

Dr Mohamed El-Khocht a estimé, quant à lui, que cette rencontre égypto-saoudienne porte sur « les derniers développements de la pensée sur les arènes mondiale et islamique, le renouvellement du discours religieux et l’orientation des idées vers l’ouverture, le pluralisme et la confrontation avec la pensée extrémiste ».

Il a souligné la nécessité de faire la distinction entre ce qui est sacré et ce qui est humain, et de faire la distinction entre l’islam et les musulmans, car l’islam est fixe, c’est-à-dire que le Coran et la sunna du prophète sont inchangeables, mais les hommes changent. « Au niveau mondial, nous n’avons pas besoin d’être en accord pour vivre en paix, car Dieu a créé plusieurs types de gens, et il nous appartient tous d'accepter la diversité et la différence », a déclaré le Dr El-Kocht, ajoutant que le projet de l’université de renouveler le discours religieux montre que celle-ci n’est pas seulement pionnière dans les sciences naturelles, mais qu’elle est aussi devenue une plateforme pour l’esprit rationnel et un endroit où se rencontrent les scientifiques et les personnalités éminentes.

Commentant les propos du Dr Mohamed bin Abdel Karim El-Issa, Dr Shawky Allam a déclaré qu’ils tracent une feuille de route à travers laquelle on peut corriger le chemin de la pensée, expliquant que la charia est venue pour réaliser les intérêts de toute la création. Allam a ajouté que l’esprit éclairé peut faire face aux problèmes des gens et prendre en compte les différentes dimensions et les divers contextes, soulignant que la jurisprudence antérieure est une jurisprudence rationnelle et que les scientifiques avec leur mentalité unique ont été capables de résoudre de nombreux problèmes qui convenaient à leurs époques.

Dr Saad El-Din El-Hilali a souligné qu’il avait écouté dans sa jeunesse un discours religieux qui suscitait la haine de l’Autre et mettait l'accent sur certaines idées, à savoir que Dieu est notre Seigneur, que nous sommes des Survivants et que les Autres périront. Il a ajouté que la religion islamique construit chaque être humain pour qu’il soit lui-même un juriste, et que le dialogue doit avoir lieu au moment de désaccord. « Le rôle des gens de la connaissance religieuse est de rappeler et non de contrôler l’humanité par la religion parce que la religion est pour Dieu Tout-Puissant », a-t-il estimé.

A la fin de la conférence, Dr El-Khocht a remis au cheikh El-Issa le bouclier d’or de l’université, et le cheikh El-Issa a remis au Dr El-Khocht le bouclier de la Ligue islamique mondiale et celui des universités islamiques.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique