Jeudi, 30 mai 2024
Egypte > Société >

L’Egypte appelle les étrangers qui résident sur son territoire à régulariser leurs statuts

Racha Darwich , Lundi, 08 janvier 2024

Le gouvernement égyptien fait état du nombre d’immigrés et de réfugiés, ainsi que les coûts des services qui leur sont présentés.

nécessaires
Les immigrés syriens ont ouvert de nombreux commerces de fast-food. Photo: AFP

Lors d’une réunion ministérielle, tenue lundi 8 janvier, le premier ministre Mostafa Madbouly a examiné les services que l’Etat égyptien octroie aux 9 millions d’immigrés et réfugiés, accueillis sur son territoire.

Le ministère de l’Intérieur a appelé tous les étrangers présents en Egypte à régulariser le statut de résidence.

Le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel-Ghaffar, a déclaré que l’Egypte présente à  « ses invités »  les mêmes services de santé dont bénéficient les citoyens égyptiens.

 Il a ajouté que l’Egypte accueille près de 9 millions d’immigrés et de réfugiés de près de 133 nationalités dont 50,4% d’hommes, 49,6% de femmes. Ce nombre représente 8,7% de la population égyptienne.

Ainsi selon le ministre, 56% des étrangers résident dans 5 gouvernorats : Le Caire, Guiza, Alexandrie, Daqahliya et Damiette. 60% vivent en Egypte depuis plus de 10 ans et 6% depuis plus de 15 ans, alors que 37% travaillent dans des emplois stables.

D’autre part, Abdel-Ghaffar a fait référence au rapport de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) publié en août 2023. Selon ce dernier, les immigrés, les réfugiés et les demandeurs d’asile en Egypte ont accès aux services d’éducation et de santé au même titre que les Egyptiens, et ce malgré les défis auxquels font face les deux secteurs et en dépit des coûts élevés de ces services.

Le rapport a rappelé par ailleurs que l’inclusion de ceux-ci dans le plan national des vaccinations est une preuve évidente de l’approche du gouvernement égyptien envers « ses invités ».

D’autre part, les ministres de la santé, de l’éducation et de l’approvisionnement ont présenté le coût qu’assument leurs ministères pour subvenir aux besoins des immigrés, refugiés et demandeurs d’asiles.

A son tour, le ministre du Travail a annoncé officiellement le nombre de ceux qui ont reçu un permis de travail est très faible par rapport au nombre total d’immigrés et de réfugiés dans le pays.

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique