Vendredi, 12 juillet 2024
Egypte > Politique >

L'Egypte appelle Israël et le Hamas à faire preuve de « flexibilité » pour une trêve à Gaza

Ahraminfo , Vendredi, 10 mai 2024

Dans un entretien téléphonique Sameh Shoukry, et son homologue américain, Antony Blinken, ont réaffirmé leur opposition à toute offensive militaire contre la ville de Rafah.

s
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, et son homologue américain, Antony Blinken.

L'Egypte appelle le Hamas et Israël à faire preuve de « flexibilité » afin de parvenir « dans les plus brefs délais » à une trêve à Gaza, associée à la libération d'otages, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères diffusé le 9 mai.

« Il est impératif d'exhorter les parties à faire preuve de flexibilité et à déployer tous les efforts nécessaires pour parvenir à un accord de trêve et ainsi mettre fin à la tragédie humanitaire » à Gaza, ont indiqué le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, et son homologue américain, Antony Blinken, lors d'un entretien téléphonique.

Les deux diplomates ont réaffirmé leur opposition à toute offensive militaire contre la ville de Rafah, mettant en avant les graves conséquences humanitaires qu'elle entraînerait pour plus de 1,4 million de Palestiniens.

Ils ont également mis en garde contre les conséquences sécuritaires d’une telle offensive sur la stabilité et la sécurité régionales et ont souligné leur ferme opposition à la déportation des Palestiniens hors de leur territoire.

Défiant les mises en garde internationales, l'armée israélienne a déployé mardi des chars dans Rafah et pris le contrôle du passage frontalier avec l'Egypte, verrouillant la principale porte d'entrée pour les convois d'aide humanitaire vers le territoire palestinien assiégé.

Jeudi, les délégations du Hamas et d’Israël ont quitté le Caire après deux jours de négociations, sans parvenir à un accord.  

Le Hamas avait accepté lundi une proposition de cessez-le-feu présentée par les médiateurs égyptiens et qataris prévoyant, selon le mouvement, une trêve en trois phases, chacune d'une durée de 42 jours, un retrait israélien de Gaza et à un échange d'otages israéliens et de prisonniers palestiniens, en vue d'un cessez-le-feu permanent.

Israël a répondu que cette proposition était « loin de ses exigences » et répété son opposition à un cessez-le-feu définitif tant que le Hamas ne sera pas « vaincu ».

De son côté, le président américain Joe Biden a menacé de cesser les livraisons de certains types de bombes en cas d'offensive sur Rafah, l'avertissement le plus sévère de Washington, principal fournisseur d'armes à Israël, depuis le début du conflit.

 

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique