Vendredi, 14 juin 2024
Egypte > Politique >

L’Egypte accueille 9 millions d’immigrés qui lui coûtent 10 milliards de dolllars par an : Madbouly

Racha Darwich , Lundi, 29 avril 2024

Une offensive contre Rafah se traduirait par des centaines de milliers de réfugiés supplémentaires.

Madbouly
Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly lors de sa participation au Forum Mondial Economique.

Malgré la crise économique qu’elle traverse, l’Egypte accueille 9 millions de réfugiés qui lui coutent 10 milliards de dollars par an, a déclaré le Premier ministre Mostafa Madbouly le lundi 29 avril.

Madbouly est arrivé à Riyad le dimanche pour participer au Forum économique mondial (FEM).  

Les conflits régionaux ont causé des vagues d'immigration vers l'Egypte lors des dernières années.

Le Conseil des ministres avait publié un rapport en janvier dernier indiquant que l'Egypte abrite 9 millions de réfugiés en provenance de 133 pays/

Les Soudanais arrivent en tête de la liste suivit des Syriens. Selon le Haut-Commissariat des Réfugiés, « en raison de la crise en Syrie et au Soudan, l’Egypte accueille désormais le plus grand nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile de son histoire ». Des ressortissants de 54 pays africains et arabes (Erythrée, Yémen, Iraq entre autres) sont accueillis en Egypte.

Pour éviter une aggravation de la situaiton, Madbouly a mis en garde contre une opération militaire israélienne contre la ville de Rafah, laquelle pousserait les Palestiniens trouver refuge en Egypte.

La ville de Rafah a accueilli quelque 1,1 millions de Palestiniens déportés, qui sont venus s’ajouter à ses 250 000 habitants, note le Premier ministre.

« Toute attaque contre ces habitants représenterait une véritable catastrophe et entrainerait une vague de déportations vers l'Egypte. Sur le plan humanitaire, nous sommes prêts à les accueillir, mais au niveau politique ceci signerait la fin la cause palestinienne. Comment s’accorder sur la création d’un Etat palestinien en l’absence du peuple palestinien ? », s’est-il exclamé.

Madbouly a ajouté que Gaza subissait une punition collective et avait besoin de plusieurs décennies pour sa reconstruction.

Depuis le début de la guerre contre Gaza le 7 octobre, Israël y a ciblé l'infrastructure y compris les hôpitaux et les stations d'électricité.

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique