Jeudi, 25 juillet 2024
Egypte > Politique >

Décès de Fathi Sorour, l'un des symboles du régime de Moubarak

Dalia Farouq , Samedi, 06 avril 2024

Président du Parlement égyptien de 1990 à 2011, Ahmad Fathi Sorour a été l'une des grandes figures de l'ère Moubarak.

s
L'ancien président du parlement égyptien, Fathi Sorour.

L’éminent juriste et ancien président du Parlement, Fathi Sorour, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi 6 avril à l’âge de 91 ans, a annoncé son fils Tarek Fathi Sorour, sur sa page Facebook.

Les funérailles ont lieu samedi 6 avril à partir de 12h dans le quartier d’Al-Tagammoe au Caire.

Sorour était entré à l'hôpital après avoir ressenti une fatigue extrême durant sa présence à la Cour de Cassation. Admis en soins intensifs, il décédera quelques jours plus tard.

Président du Parlement égyptien de 1990 et jusqu'à sa dissolution après la révolution du 25 janvier 2011, Ahmad Fathi Mostafa Kamel Sorour était l’un des symboles du régime de l’ancien président Hosni Moubarak.

Détenu pendant 18 mois (d’avril 2011 à octobre 2012) pour corruption après la chute du régime, il est acquitté par la justice pour insuffisance de preuves.

Né le 9 juillet 1932 dans la province de Qéna en Haute-Egypte, Sorour était marié et père d’un fils et de deux filles. Après l’obtention de son diplôme de droit en 1953, il intègre le parquet général de 1953 à 1959 et poursuit des études post-universitaires. En 1959, il est nommé professeur de droit pénal à l’université du Caire.

Entre 1978 et 1983, il est le chef du département de droit pénal à la Faculté de droit de l'Université du Caire avant de devenir le doyen de la faculté de 1983 à 1985. 

Il a été nommé ministre de l'Education en 1986 jusqu'à 1990.

Il est élu à l'Assemblée du peuple en 1989 dont il devient le président, un poste qu'il conservera jusqu'à la révolution de 2011.

Au niveau international, il a occupé le poste de président de l'Union interparlementaire, l'organisation mondiale des parlements des Etats souverains, entre 1994 et 1997, et celui de président de l'Union des parlements africains entre 1990 et 1991. 

Hanafy Gebaly, l’actuel président du parlement égyptien et les députés ont également exprimé, dans un communiqué, leur profonde tristesse et leur chagrin après le décès de Sorour. « C'est avec des cœurs remplis de foi que nous avons appris le décès du Dr. Ahmed Fathi Sorour, ancien président du Parlement et l'une des figures les plus éminentes de la jurisprudence, qui a rendu l’âme après une vie pleine de dévouement et de services rendus à la patrie. Le défunt était un exemple à suivre en matière de dévouement à son travail et à sa patrie », affirme le communiqué.

Le ministre de la Justice Omar Marwan et tous les juges ont aussi déploré la mort de Sorour et exprimé leurs sincères condoléances et sympathie à la famille du défunt, implorant Dieu le Tout-Puissant d'accorder au défunt sa sainte miséricorde et de l'accueillir dans son vaste paradis.

Le président de l'Université du Caire, Mohamed El-Khosht, a exprimé ses sincères condoléances après la « perte du professeur Ahmed Fathi Sorour ». « Une grande figure et une référence juridique du monde arabe nous a quitté après une vie remplie de contributions et un parcours professionnel remarquable dans les domaines juridique, diplomatique et parlementaire, tant au niveau national qu'international », affirme un communiqué publié sur la page de l'université.

Au cours de sa longue carrière, Fathi Sorour a reçu de multiples distinctions. Parmi celles-ci l’Ordre des Sciences et des Arts de première classe en 1963, 1984 et 1993, le Prix d'excellence en sciences sociales en 1993, l’Ordre de la Pléiade de l'Assemblée internationale des parlementaires francophones en 1992, le Grand Cordon de l'Ordre du Trône du Royaume du Maroc en 1997 et le doctorat honorifique en sciences politiques de l'Université de Johnson and Wales en juillet 2001.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique