Mardi, 28 mai 2024
Egypte > Politique >

Les forces de l’occupation doivent gérer la situation humanitaire vu que six points de passage sont contrôlés par Israël : Shoukry

Ahraminfo , Jeudi, 14 mars 2024

Lors d'une conférence de presse tenue jeudi, les chefs de la diplomatie égyptien et espagnol ont évoqué la situation humanitaire à Gaza, ainsi que les effets d'une opération militaire à Rafah.

s
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, et son homologue espagnol, José Manuel Albares, lors d’une conférence de presse au Caire.

« Le poste-frontière de Rafah n’a jamais été fermé », a indiqué le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, lors d’une conférence de presse avec son homologue espagnol, José Manuel Albares, le 14 mars au Caire.

Il a ajouté qu’« il a été fermé seulement pour trois jours à cause de sa destruction » et « l’Egypte l'a réparé en moins de 24 heures ».

Shoukry a également accentué que le point de passage de Rafah est désigné pour accueillir les gens et non les camions, mais il a été aménagé pour les accueillir.

« 200 camions peuvent passer quotidiennement de l'Egypte à l’enclave et c'est bien en deçà de la quantité nécessaire ». Il est essentiel de vérifier le passage sûr de ces camions et la distribution par l’Unrwa de ces aides. De l’autre côté, il faut insister que « c’est la responsabilité des forces de l’occupation de gérer la situation humanitaire, vu que six autres points de passage sont contrôlés par Israël », a déclaré le chef de la diplomatie égyptienne.

Les deux homologues ont souligné la nécessité d’aboutir à un cessez-le-feu à Gaza pour sauver les civils qui confrontent la famine.

De son côté, Albares a souligné qu’un contour doit être établi pour permettre au peuple palestinien de vivre en paix.

Lors de sa rencontre jeudi avec le ministre espagnol des Affaires étrangères, le président égyptien, Abdel Fattah Al-Sissi, a mis en garde contre les conséquences humanitaires désastreuses de toute opération militaire à Rafah et la nécessité de soutenir l'Unrwa afin d’accomplir son rôle.

Ils ont souligné la nécessité de prendre des mesures claires et concrètes de la part de la communauté internationale pour reconnaître l'Etat palestinien et son droit d'obtenir une adhésion à part entière aux Nations-Unies, ainsi que d'appliquer la solution des deux Etats.

Albares s'est également entretenu jeudi avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul-Gheit: Ils ont discuté de l'idée d'organiser une conférence internationale pour la paix, qui serait tenue en Espagne, selon un communiqué de la Ligue arabe.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique