Vendredi, 12 juillet 2024
Egypte > Politique >

Sissi: « Le coût de la reconstruction de Gaza s'élève à 90 milliards de dollars »

Dalia Farouq , Samedi, 09 mars 2024

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a confirmé que le passage de Rafah est toujours ouvert pour l'acheminement de l'aide au peuple palestinien. Et il a assuré que la récente décision d’adopter un taux de change flexible pour la livre égyptienne a été prise au bon moment.

Sissi

Le président Abdel Fattah Al-Sissi a déclaré, lors de son discours, le 9 mars, à l’occasion de la Journée du martyr, que le coût de la reconstruction de Gaza est évalué à 90 milliards de dollars.

« Nous avons demandé à nos experts leurs estimations concernant le coût de la reconstruction de Gaza après la fin de la guerre et ils nous ont présenté une évaluation initiale de 90 milliards de dollars », a dit Sissi.

Le président a réitéré que l’Egypte avait rejeté toutes les tentatives de déportation des 2 millions de Palestiniens vers le Sinaï et que l'armée et le gouvernement ont une obligation de protéger les frontières du pays.

Sissi a souligné que l'Egypte déploie tous ses efforts pour arriver à un cessez-le-feu et assurer l'acheminement des aides au peuple palestinien.

« J'avais dit à plusieurs reprises que le passage de Rafah était toujours ouvert de notre côté et nous sommes prêts à envoyer n'importe quelle quantité d’aides. Certains avaient douté de ces paroles. Mais est-ce que vous ne vous êtes pas demandé pourquoi de nombreux pays ont recours maintenant au largage aérien ? C’est parce que l'acheminement de l'aide par la voie terrestre éprouve des difficultés de l'autre côté. On a un contrôle total sur un passage (Rafah) et il restera ouvert », a confirmé Sissi.

Dévaluation de la livre

Le président est revenu sur la décision de la Banque Centrale d'Egypte (BCE) d'adopter un taux de change flexible pour la livre égyptienne en précisant qu'il fallait attendre le bon moment pour prendre une telle décision.

« Il y a quelques mois j'avais dit que je n'accepterais pas cette décision si elle touchait à la sécurité nationale du citoyen. A l'époque on n'avait pas assez de liquidités et si on avait pris cette décision plus tôt, on aurait vu les prix du dollar atteindre les 70 ou 80 livres. Il fallait alors avoir les sommes de liquidités nécessaires pour appliquer une telle démarche. Maintenant, avec le projet de Ras Al-Hikma et le prêt du Fonds Monétaire International (FMI) on aura environ 45 à 50 milliards de dollars de financement », a expliqué Sissi.

L'Egypte a signé son plus grand accord d'investissement direct avec le fonds souverain émirati Abu Dhabi Developmental Holding Company PJSC (ADQ) pour le développement de la zone de Ras Al-Hikma pour un montant de 35 milliards de dollars.

En outre, elle a obtenu une somme supplémentaire de 5 milliards de dollars dans le cadre de son programme de financement auprès du FMI pour totaliser ainsi 8 milliards de dollars et le gouvernement a précisé qu'il était en négociation avec d'autres partenaires pour obtenir une somme similaire sous forme de prêt.

Le 6 mars, la BCE a fait flotter la livre et le prix du dollar est passé de 30,93 livres à 49,56 livres, soit une chute de presque 62 % de la valeur de la monnaie locale.

Sissi a souligné qu'il y a plein de défis dans la région qui ont un impact sur le pays mais il a confirmé que l'Egypte est sur la bonne voie et que sa situation s'améliore.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique