Jeudi, 25 avril 2024
Egypte > Politique >

Sissi reçoit le président brésilien Lula da Silva en visite officielle en Egypte

Ahraminfo , Jeudi, 15 février 2024

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et son homologue brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, signent plusieurs accords de coopération, Jeudi 15 février au Caire. La crise à Gaza et les relations bilatérales sont également au centre des discussions.

Sisi
Le président Abdel-Fattah Al-Sissi et le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva.

Le président Abdel-Fattah Al-Sissi, a accueilli, jeudi 15 février, le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, qui effectue en Egypte la première visite officielle de son 3éme mandat présidentiel. Cette visite coïncide avec le centenaire de l'établissement des relations diplomatiques entre Le Caire et Brasilia, et l'adhésion des deux pays au groupe des BRICS.

La crise à Gaza et les relations bilatérales sont au centre des discussions. 

Le président brésilien, Luiz Inácio Lula da Silva, qui effectue sa deuxième visite officielle en Egypte en 20 ans, et le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, ont signé jeudi 15 février plusieurs accords de coopération, plaidant tous deux pour une « nouvelle étape dans les relations ». « Nous avons convenu de créer un comité mixte au niveau des deux pays pour coordonner les questions de coopération » a déclaré Sissi lors de la conférence de presse. 
Il a insisté sur l’importance de développer les relations bilatérales dans les différents domaines.
De son côté le président brésilien a annoncé avoir proposé au président Sissi d'élever les relations au niveau d'un partenariat stratégique.
« Nous cherchons à établir des échanges commerciaux équilibrés avec l'Egypte », a déclaré Lula rappelant que les échanges commerciaux entre les deux pays se sont élevés à environ 2 milliards de dollars en 2023, « ce que nous voulons augmenter ».
Lula a ajouté que le Brésil compte sur le soutien égyptien au sommet du G20 pour réaliser les objectifs de l'Alliance internationale contre la faim, la pauvreté et le changement climatique.
Au niveau du BRICS, le chef de l’Etat brésilien a indiqué que l’adhésion de l'Egypte à ce groupe offre une opportunité de renforcer les pays en développement.
Lors de la visite de Lula en Egypte, plusieurs protocoles ont été signés dont un entre le ministère égyptien de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministère brésilien de l'Education, de la Technologie et de l'Innovation sur la coopération dans le domaine scientifique, technologique et de l’innovation.

Un autre accord a été conclu entre le ministère égyptien de l’Agriculture et de la Bonification des terres, et le ministère brésilien de l'Agriculture et de l'élevage, pour exporter de la viande et des produits carnés du Brésil vers l'Egypte.

Les deux homologues ont également discuté des efforts visant à réformer le système de gouvernance internationale.
A noter qu’il s'agit de la deuxième visite officielle du président Lula en Egypte en 20 ans, la dernière datant de décembre 2003. Il s'était toutefois rendu à Charm Al-Cheikh en novembre 2022 pour participer à la 27ème Conférence des Parties sur le changement climatique (COP 27). 

Le droit de veto critiqué

Le président égyptien, Sissi, a souligné : "Nous avons convenu de l'importance d'un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, de la libération des prisonniers et des détenus et de l'entrée de l'aide humanitaire."

De son côté, Lula da Silva a salué les efforts égyptiens pour évacuer les ressortissants brésiliens après les attaques du 7 octobre. Il a également affirmé : "Le Brésil est l'un des premiers pays à reconnaître l’Etat de la Palestine." Lula da Silva a critiqué le pouvoir limité des Nations Unies à mettre fin à l'escalade à Gaza, déclarant : "Les Nations Unies ne disposent pas du pouvoir nécessaire pour stopper l'escalade dans la bande de Gaza", tout en accusant Israël de violer les résolutions de l'ONU et qualifiant les offensives israéliennes d'"injustifiées".

Il a également appelé à l'abolition du "droit de veto" au Conseil de sécurité de l’ONU, en affirmant qu’il contribue à la poursuite des guerres, dont la guerre à Gaza et la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Il affirme "Nous devons travailler pour inclure d'autres pays d'Afrique et d'Amérique du Sud au Conseil de sécurité", comptant sur le soutien égyptien pour restaurer la gouvernance du système international.

Solides relations bilatérales


Le gouvernement brésilien avait affirmé, dans un communiqué de presse le 7 février, que le Brésil souhaite développer ses relations avec l’Egypte.
L’Egypte est l’un des principaux partenaires commerciaux du Brésil en Afrique, notamment en ce qui a trait aux produits agricoles, tandis que le Brésil est le premier partenaire commercial de l’Egypte en Amérique latine.
Les échanges commerciaux entre les deux pays se sont élevés à environ 2,4 milliards de dollars au cours des 10 premiers mois de 2023, selon l’ambassadeur du Brésil en Egypte, Paulino Franco de Carvalho.
L’Egypte est un important importateur de viande du Brésil, ce dernier étant le plus grand exportateur et producteur mondial de viande et de volailles. 60% des viandes importées par l’Egypte proviennent du Brésil, a déclaré Ehab Saber, adjoint du ministre de l’Agriculture, en 2023.
Le gouvernement brésilien a affirmé que l’Egypte devrait prochainement approuver de nouvelles importations de viande de bœuf et de volailles en provenance du Brésil.
En 2023, l’Egypte a ouvert son marché à plusieurs produits brésiliens dont le poisson, le coton, la gélatine et le collagène, a noté le gouvernement brésilien. Il précise que les deux pays devraient également discuter d’une nouvelle ligne aérienne entre le Caire et São Paulo.


 

La crise palestinienne


Le président Lula, ardent défenseur de la cause palestinienne, a critiqué la guerre d’Israël contre Gaza, affirmant qu’Israël « tue des innocents sans aucun critère ». Le Brésil a également soutenu le procès pour génocide de l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour Internationale de Justice.
En janvier, le ministère brésilien des Affaires étrangères a appelé à un respect « total et immédiat » des décisions de la Cour pour prévenir le génocide à Gaza.
Par ailleurs, le Brésil soutient l’établissement d’un Etat palestinien indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale.
En novembre dernier, Le Caire avait facilité l’évacuation de 32 Brésiliens bloqués à Gaza via le poste-frontière de Rafah, avait indiqué le ministère brésilien des Affaires étrangères.
Lors d’un appel téléphonique en octobre dernier, Sissi et Lula avaient évoqué les moyens de mettre fin à la guerre à Gaza et de faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire dans l’enclave palestinienne.
« L’Egypte est un acteur important dans la région. Le dialogue sur le rapatriement des brésiliens s’est déroulé à différents niveaux rendant les relations entre les deux pays encore plus importantes », a déclaré l’ambassadeur Carlos Duarte, secrétaire d’Afrique et du Moyen-Orient au ministère brésilien des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse début février.
Sissi avait rencontré Lula da Silva le 10 septembre 2023, en marge du sommet du G20 à New Delhi. Les deux présidents avaient alors discuté des moyens de renforcer les relations bilatérales.


Coopération dans les forums internationaux


En janvier, l’Egypte est officiellement devenue membre du groupe des BRICS grandes économies émergentes dont l’un des fondateurs est le Brésil.
L’Egypte vise à accroître ses investissements, à stimuler les flux étrangers et à favoriser la coopération économique avec les Etats membres des BRICS.
Les échanges commerciaux de l’Egypte avec les membres des BRICS en 2022 et 2023 s’élèvent à 46,673 milliards de dollars, soit plus d’un tiers du commerce extérieur total du pays.

Selon des sources, Lula da Silva prononcera également un discours à la Ligue arabe au Caire. 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique