Mercredi, 17 juillet 2024
Egypte > Politique >

L’Egypte nie de nouveau tout arrangement avec Israël concernant l’axe de Salah Al-Din : haut responsable égyptien

Ahraminfo , Vendredi, 02 février 2024

L'Egypte nie les allégations avancées dernièrement par un rapport diffusé par la radio de l'armée israélienne citant un accord sur la gestion de l'axe de Philadelphie, ainsi que l'installation de la population durant la période de l'après-guerre.

s
Un camion de carburant entre dans la bande de Gaza par le terminal de Karm Abou Salem avec Israël, à Rafah dans l’enclave sud-palestinienne. Photo : AFP

Un haut responsable égyptien a démenti, jeudi 1er février, qu’il y ait un quelconque arrangement avec le côté israélien concernant l’axe de Salah Al-Din (Philadelphie), selon la chaîne Al-Qahera News.

« L’Egypte n'acceptera aucun mouvement de la part d'Israël concernant l’axe en question », a-t-il ajouté.

Ces déclarations viennent à la lumière de ce que la radio de l'armée israélienne a rapporté concernant le fait que « Tel Aviv » et Le Caire sont sur le point de parvenir à un accord concernant la ville de Rafah et l'axe de Salah Al-Din.

D'après le site d'infos israélien Times of Israel, l'Egypte et Israël sont sur le point de conclure un accord sur la gestion des frontières communes durant la période de l'après-guerre.

Un rapport diffusé par la radio de l'armée israélienne avait cité qu’Israël ne réagira pas militairement dans la ville de Rafah à Gaza, près de la frontière égyptienne, avant que la population palestinienne là-bas n’ait « le temps suffisant pour être évacuée vers d’autres parties de la bande ».

Ce même rapport a indiqué qu’Israël ne sait toujours pas où déplacer la population de Gaza, estimée à environ 1 million d'habitants, qui sont censés se diriger vers le nord de Gaza. Cela nécessite une décision du gouvernement israélien pour permettre aux Gazaouis de retourner au nord de l’enclave palestinienne ou se diriger vers Khan Younis.

Selon la radio, ces deux options vont prévenir la déportation des habitants de Gaza vers l'Egypte, refusée par cette dernière à plusieurs reprises.

D'après ce même rapport, la gestion de l'axe de Salah Al-Din (Philadelphie) est également une question de débat. « La conclusion qui ressort de ce rapport est qu’Israël aura une certaine intervention sur ce qui se passe le long de l’axe, mais sans présence physique permanente des forces israéliennes. Cette présence pourrait se limiter aux équipements technologiques qui seront installés tout le long du corridor de Philadelphie », a avancé la radio de l'armée israélienne.

La radio a marqué qu’« il est probable qu'un pays arabe du Golfe financera la construction d’un mur souterrain, affirmant qu'il existe des tunnels de contrebande reliant Gaza à l'Egypte ».

« Le pays, dont le nom n'a pas été révélé, a exprimé sa volonté pour financer la construction du mur, mais à condition que l’Egypte approuve l’ensemble de la démarche ».

L’Egypte a démenti à plusieurs reprise qu’il y ait une coopération égypto-israélienne concernant l'axe en question.

L’axe de Salah al-Din est une bande frontalière de 14 kilomètres située entre la bande de Gaza et l'Egypte. Elle s’étend de la Méditerranée au nord au point de passage de Karm Abou Salem au sud dans la zone tampon à la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique