Lundi, 15 juillet 2024
Egypte > Politique >

Sissi et Biden réitèrent leur refus aux tentatives de déportation des Palestiniens et leur soutien à la solution à deux Etats

Ahraminfo , Samedi, 27 janvier 2024

Sissi et Biden ont discuté de la guerre dans la bande de Gaza, des efforts en cours pour assurer un cessez-le-feu afin de protéger les civils, des échanges des prisonniers et de l'acheminement des aides humanitaires.

Biden,Sissi
Le président Joe Biden et le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi lors d'une réunion à Charm Al-Cheikh en novembre 2023. Photo : AP

Le président Abdel Fattah Al-Sissi et son homologue américain, Joe Biden, se sont entretenus par téléphone, vendredi 26 janvier au soir, et ont réitéré leur refus à toute tentative de déportation des Palestiniens, ainsi que leur soutien à la solution à deux Etats en tant que pilier de stabilité au Proche-Orient, a rapporté le porte-parole de la présidence, Ahmed Fahmy.

Les deux présidents ont examiné la situation au Proche-Orient, notamment la guerre dans la bande de Gaza, les efforts en cours pour assurer un cessez-le-feu afin de protéger les civils, les échanges des prisonniers et l'acheminement des aides humanitaires.

Selon le porte-parole, le président Sissi a évoqué les efforts égyptiens pour assurer le cessez-le-feu et pour faire acheminer les aides humanitaires tout en confirmant la nécessité que la communauté internationale assume ses responsabilités à cet égard.

De son côté, le président américain a loué le rôle de l'Egypte et ses efforts déployés pour la stabilité dans la région, confirmant ainsi le soutien des Etats-Unis aux efforts de l'Egypte pour acheminer les aides humanitaires à la bande de Gaza.

Cet appel intervient suite à la décision, vendredi, de la Cour Internationale de Justice (CIJ) enjoignant Israël à prévenir tout éventuel acte de génocide dans la bande de Gaza.

La plus haute juridiction de l'ONU, qui était saisie par l'Afrique du Sud, a également demandé à Israël de permettre l'accès de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza, sans toutefois évoquer un cessez-le-feu, dans un verdict très attendu rendu à son siège de La Haye.

L’Egypte, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, a salué la décision de la CIJ, soulignant qu’elle aspirait parvenir à une décision imposant le cessez-le-feu. Elle a également réitéré son appel au Conseil de sécurité et aux parties internationales influentes à assumer la responsabilité d’exiger explicitement un cessez-le-feu global et permanent.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique