Jeudi, 25 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Le Caire condamne les propos d’un ministre israélien

Samar Al-Gamal , Vendredi, 03 mars 2023

L'Egypte a fermement condamné, vendredi, les déclarations incendiaires d'un ministre israélien appelant à « effacer » le village palestinien de Huwara.

Le Caire condamne les propos d’un ministre israélien

« Ces déclarations constituent une incitation à la violence contraire à toutes les lois et les valeurs morales (…). Elles dénotent d’un manque de responsabilité inacceptable de la part d’un officiel », affirme un communiqué du ministère des Affaires étrangères en référence aux propos de Bezalel Smotrich, ministre israélien des Finances et chef du parti Sionisme religieux. Smotrich s'était vu demander pourquoi il avait « liké » le tweet d’un responsable israélien, qui appelait à « anéantir le village palestinien de Huwara ». Il avait alors répondu : « Parce que je pense que le village de Huwara doit être anéanti. Je pense qu'Israël doit le faire ».

Les propos du ministre israélien radical interviennent quelques jours après des attaques d’extrémistes et de colons juifs contre cette ville de Naplouse en Cisjordanie qui ont provoqué la mort d'un Palestinien et fait 150 blessés. Des dizaines de bâtiments, de véhicules et de bétail ont été incendiés dans ces attaques.

L’armée israélienne avait intensifié l’année dernière ses attaques en Cisjordanie faisant de 2022 l’année la plus meurtrière depuis 2004, où 150 Palestiniens avaient été tués dans des raids israéliens. Depuis le début de cette année, Israël a tué 62 Palestiniens dans les territoires occupés.

Le Caire a également appelé à mettre fin aux « provocations et incitations contre le peuple palestinien, et à mettre fin aux mesures unilatérales, afin de parvenir à une désescalade entre Palestiniens et Israéliens ». L’Egypte a encore plaidé, dans le communiqué, pour la création d’un environnement propice à la reprise du processus de paix sur la base du principe de deux Etats et des résolutions internationales.

A New Delhi où il participe, en marge du G20, à une session intitulée « Région des opportunités : de la Méditerranée à la mer d'Arabie », dans le cadre du dialogue Raisina, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a déclaré que l'absence jusqu’à présent de solution à la question palestinienne est due « au manque de volonté politique de la part d'Israël et de la communauté internationale, qui n'ont pas traité de manière équitable les droits de l'homme et les droits politiques du peuple palestinien ». Ahmad Abou-Zeid, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, qui a reporté les propos de Choukri, a ajouté que cela avait créé une situation compliquée et conduit à l'extrémisme en raison de la frustration et de l'absence d'une solution juste.

Choukri a réitéré la position du Caire appelant à « la création d'un Etat palestinien sur les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale ». Ses déclarations font écho au communiqué dans lequel l’Egypte estime que « c'est le seul moyen de parvenir à une paix globale et juste dans la région ».

Sur le terrain une délégation de l'Union européenne et des représentants d'environ 20 pays ont visité vendredi la ville palestinienne de Huwara, au sud de Naplouse, et le village voisin de Zaatara pour exprimer leur solidarité avec les résidents palestiniens après le saccage terroriste des colons israéliens la semaine dernière. Leur visite intervient peu après que des soldats israéliens ont tué un adolescent palestinien et blessé deux autres dans un village à l'est de Qalqilya, rapporte Wafa, l’agence de presse palestinienne.

Les colons ont par ailleurs attaqué vendredi des éleveurs de moutons, au sud-est d’Hébron, ainsi que des voitures, près de Jéricho. Des attaques ont eu lieu également à Jérusalem. Gardés par la police israélienne, les extrémistes israéliens ont attaqué des Palestiniens et des militants internationaux alors qu'ils étaient en visite de solidarité aux familles palestiniennes à Sheikh Jarrah, un des quartiers occupés de Jérusalem, qui risquent d'être expulsées par les forces d'occupation israéliennes.

 

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique