Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Maintenir le dialogue

May Al-Maghrabi, Mardi, 24 septembre 2019

La participation du président Abdel-Fattah Al-Sissi à la 74e session de l’Assemblée générale des Nations-Unies, qui s’est ouverte mardi 24 septembre à New York, a permis d’étaler le point de vue de l’Egypte sur divers dossiers. Le président a également pris part au sommet sur le climat et s’est entretenu, dans une rencontre bilatérale, avec son homologue américain, Donald Trump.

Le chef de l
Le chef de l'Etat avec le président américain, Donald Trump.

Agenda chargé à New York. Le président Abdel-Fattah Al-Sissi y est arrivé samedi 21 septembre pour participer à la 74e session de l’Assemblée générale des Nations-Unies. Il s’agit de la sixième session consécutive à laquelle il assiste depuis son arrivée au pouvoir en 2014. Le séjour présidentiel à New York a été aussi l’occasion d’évoquer des dossiers régionaux, internationaux et bilatéraux avec les dirigeants des quatre coins du monde participant à cet important rassemblement onusien (voir encadré). De même, la stimulation de la coopération égypto-américaine dans tous les domaines, notamment économique, a été à l’ordre du jour de la visite.

Avec le premier ministre italien
Avec le premier ministre italien

Cette année, le président Sissi, assumant la présidence tournante de l’Union Africaine (UA), représente l’Egypte et l’Afrique à la tribune de l’Onu. Dans une interview à la chaîne Extra News, le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a indiqué que le discours du président Sissi devant l’Assemblée générale de l’Onu, qu’il prononce ce mercredi, porterait sur les principaux défis que relève l’Egypte, l’Afrique et le Proche-Orient. Il a cité entre autres la paix et la sécurité mondiales, les derniers développements des crises régionales, dont, en tête, la question palestinienne, les efforts internationaux en matière de la lutte contre le terrorisme, le développement et l’importance de tirer profit des mécanismes africains pour réaliser le progrès économique et l’intégration africaine ainsi que la vision de l’Egypte sur les moyens d’agir avec les changements climatiques. Selon le politologue Tarek Fahmi, la participation dynamique et influente du président Sissi à l’Assemblée générale de l’Onu contribue à « renforcer le rôle de l’Egypte à obtenir un soutien accru politique et économique international à ses efforts en faveur de la paix, de la stabilité, du développement et de la prospérité ».

Egypte-Etats-Unis : Relations distinguées

sissi

Pour ce qui est des relations égypto-américaines, elles étaient au centre des discussions lors du sommet entre le président Sissi et son homologue américain, Donald Trump, tenu lundi 23 septembre en marge de l’Assemblée générale. Il a été question de stimuler tous les domaines de la coopération, notamment économique. La rencontre a aussi abordé les dossiers régionaux ainsi que les efforts de la lutte antiterroriste. Une rencontre qui a surtout mis l’accent sur les relations distinguées entre les deux présidents ainsi que sur leur volonté de consolider les relations entre leurs deux pays. « C’était un honneur d’être avec mon ami le président de l’Egypte », a déclaré le président Trump lors d’une conférence de presse conjointe. « Je ne suis pas inquiet des récents événements en Egypte. Le président Sissi est un vrai leader qui a réalisé des choses absolument incroyables en un temps record. Il a surtout rétabli la sécurité au pays qui était en plein chaos », a ajouté le président américain en réponse à une question sur les manifestations qui ont eu lieu cette semaine. Il a ajouté que l'Egypte est un partenaire incontournable des Etats-unis au Proche-Orient.

De son côté, le président Sissi a exprimé sa gratitude envers son homologue américain, affirmant que « la région arabe ne connaîtra pas la stabilité tant qu’il existe des mouvements de l’islam politique qui cherchent à arriver au pouvoir ». « L’Egypte n’admettra jamais un régime islamiste au pouvoir. Et c’est ce qu’ont manifesté les Egyptiens lors de la Révolution de 2013 contre le régime des Frères musulmans », a rappelé le président Sissi qui, par ailleurs, a loué la « sagesse du président Trump en ce qui concerne le recours à l’option militaire comme dernière option pour faire face à la situation dans la région du Golfe ».

Opportunités d’investissements

Le président Sissi avec le roi de Jordanie et le premier ministre iraqien.
Le président Sissi avec le roi de Jordanie et le premier ministre iraqien.

Par ailleurs, le président Sissi a participé à un dîner offert lundi par The Business Council For International Understanding, pour discuter des moyens d’accroître le taux des investissements américains en Egypte, et ceci en présence du premier vice-président de The Business Council For International Understanding et du chef du Conseil d’affaires égypto-américaines, ainsi que d’un grand nombre de chefs d’entreprises américaines. Le président a jugé évident de « mener un dialogue direct et franc avec la société d’affaires américaines des opportunités et des problèmes qu’envisagent les investisseurs américains en Egypte pour pouvoir oeuvrer à les régler ». Il a de même exprimé son appréciation envers le rôle de The Business Council For International Understanding dans le soutien des relations économiques et commerciales entre les deux pays. Affirmant le succès du programme de la réforme économique de l’Egypte mis en oeuvre en coopération avec le Fonds Monétaire International (FMI), le président Sissi a invité les entreprises américaines à exploiter les grandes opportunités qu’offrent les méga-projets de développement en cours en Egypte en y augmentant leurs investissements.

Le président a tenu à souligner que l’Egypte était devenue un point de départ pour les marchés africains. De leur côté, les chefs des entreprises américaines, saluant « le bond économique qu’a réalisé l’Egypte et les mesures adoptées pour améliorer et encourager le climat d’investissement », ont affiché « leur volonté de stimuler les investissements américains en Egypte », comme a rapporté Bassam Radi, porte-parole de la présidence. A noter que le volume des échanges commerciaux entre l’Egypte et les Etats-Unis a augmenté, pour atteindre 3,7 milliards de dollars au cours du premier semestre de 2019, contre 3,4 milliards de dollars lors de la même période en 2018, soit une augmentation de 8 %, a annoncé l’Agence Centrale pour la Mobilisation Publique et les Statistiques (CAPMAS), dans un communiqué publié dimanche 22 septembre. La CAPMAS a précisé que les investissements américains nets en Egypte au cours du premier semestre de l’exercice financier 2018-2019 avaient augmenté de 5,2%, enregistrant 1,7 milliard de dollars.

Environnement et santé

En marge des travaux de l’Assemblée générale, s’est également tenu lundi 23 septembre un sommet spécial pour le climat, auquel a pris part le président Sissi (avec une soixantaine de dirigeants mondiaux) et qui est censé revigorer l’accord de Paris. Le président Sissi a présenté la vision de l’Egypte concernant les questions environnementales, insistant sur l’importance d’unifier les efforts mondiaux et internationaux pour faire face aux changements climatiques, une menace directe pour le monde entier, notamment les pays africains qui sont les plus touchés.

C’est dans ce contexte que l’Egypte et le Royaume-Uni coprésideront une coalition sur l’adaptation et la résilience au changement climatique lors du Sommet sur le changement climatique de 2019. La coalition Egypte-Royaume-Uni vise à recueillir des fonds nécessaires pour mettre en oeuvre les stratégies de résilience et d’adaptation qui s’attaquent aux impacts du changement climatique. La coalition Egypte-Royaume-Uni est l’une des neuf coalitions formées par les gouvernements mondiaux, les sociétés civiles et les organismes internationaux concernés.

Par ailleurs, l’Egypte a passé en revue son expérience réussie en matière de la couverture santé intégrale ainsi que des initiatives destinées à procurer et à améliorer les services de santé en Egypte et à transmettre cette expérience à l’Afrique. C’est ce qu’a dit le président Sissi lors de son discours prononcé lundi également, devant la réunion de haut niveau sur « la couverture santé universelle ». L’Egypte a placé la santé en tête de ses priorités, a-t-il souligné. Une réunion qui s’est soldée par l’adoption d’une déclaration politique sur la santé pour tous. L’adoption de cette déclaration intervient au lendemain de l’appel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de ses partenaires concernant la nécessité de doubler la couverture des soins de santé d’ici 2030 et d’empêcher que près de 5 milliards de personnes soient privées de soins de santé.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique