Lundi, 04 mars 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Halte aux fuites d’eau

Nada Al-Hagrassy, Mardi, 15 janvier 2019

Pour rationaliser la consommation de l'eau, le gouvernement lance l'initiative des « robinets économiques ». Les mosquées seront les premières à en être équipées.

L’installation de robinets économiques doit permettre de faire face au gaspillage de l’eau.
L’installation de robinets économiques doit permettre de faire face au gaspillage de l’eau.

Quelque 180 robinets économiques ont été installés dans trois grandes mosquées du Caire et il est prévu de généraliser l’expérience dans 200000 mosquées dans plusieurs gouver­norats avant la fin de cette année. Mohamad Mokhtar Gomaa, ministre des Waqfs, a fait savoir que dorénavant, l’installation de robi­nets économiques sera une condition pour la construction de nouvelles mosquées.

Cette mesure est prise dans le cadre de l’ini­tiative des « robinets économiques », lancée cette semaine par le ministère des Waqfs (biens religieux), celui de l’Irrigation et des Ressources hydriques et le ministère de la Production militaire, qui fabrique ce genre de robinets. Le général Mohamad Al-Assar, ministre de l’Etat à la Production militaire, a déclaré que son ministère « fabriquera et pro­posera ces robinets à des prix abordables, convenant à toutes les classes sociales, à savoir 40 L.E., et que leur installation sera obligatoire dans toutes les institutions gouver­nementales et publiques ».

Les trois ministères signeront aussi des contrats avec les Unions des propriétaires de logements, contrats selon lesquels l’installa­tion de ces robinets deviendra obligatoire éga­lement pour les logements privés. Et ce, tout en leur accordant un espace de temps pour rem­placer les robinets ordinaires par des robinets économiques, comme l’a déclaré Al-Assar lors de la conférence de presse tenue conjointement avec le ministre de l’Irrigation et celui des Waqfs. « Cette initiative fait partie de la straté­gie 2017-2030 du ministère de l’Irrigation et des Ressources hydriques, destinée à rationali­ser la consommation des ressources hydrau­liques pour pouvoir faire face à la pénurie d’eau dont souffre l’Egypte », a déclaré Mohamad Abdel-Ati, ministre de l’Irriga­tion.

Les robinets économiques en question sont dotés d’une bague en caoutchouc ou en matière synthétique qui réduit la vitesse de passage de l’eau à la minute, tout en produisant un beau jet d’eau. Les premiers indices relatifs à la consommation d’eau après l’installation expérimentale de ces robinets dans trois mosquées ont montré leur capacité à réduire la consommation d’eau. D’après les chiffres du ministère de l’Irrigation et des Ressources hydriques ainsi que l’Organisme de l’eau et du drai­nage sanitaire, l’usage des robinets écono­miques a permis de réduire la consomma­tion d’eau de 12 à 3 litres par minute.

Le député Raef Temraz salue la mise en place de cette initiative, qui intervient à un moment où le pays affronte un véritable défi hydraulique. « Rationaliser la consommation de l’eau n’est plus un luxe, d’où l’importance de cette initiative. D’autant plus que le mauvais usage de l’eau potable gaspille d’énormes quantités d’eau, alors que le pays a besoin de chaque goutte pour com­bler le fossé entre ses ressources et ses besoins hydrauliques », indique-t-il. Selon lui, il est nécessaire de généraliser la mise en place des robinets économiques, notamment dans les institutions publiques, où se trouvent des mil­liers de fonctionnaires. « Dans la plupart des établissements publics, les robinets ordinaires sont usés et fuient. C’est donc important de les remplacer par des robinets économiques pour économiser de grandes quantités d’eau, qui seront, sinon, gaspillées en vain. Il est aussi nécessaire de durcir les peines pour toute forme de gaspillage », estime le député.

La culture de la rationalisation

Pour sa part, l’expert hydraulique Nader Noureddine appelle à revoir les priorités du plan d’installation des robinets économiques. « Vu que ce projet devra être exécuté sur plusieurs phases en fonction du budget disponible, il vau­drait mieux commencer par les établissements scolaires, fréquentés quotidiennement par des millions d’élèves, et non pas par les lieux de culte », indique-t-il, tout en soulignant l’importance de cette initiative. Selon les chiffres de l’Organisme national pour la mobilisation et le recensement (CAPMAS), il existe en Egypte 45000 écoles publiques et 7000 écoles privées accueillant 20 millions d'élèves. « Le nombre d’établissements scolaires dépasse de loin celui des lieux de culte. L’utilisation de robinets économiques dans les écoles permettrait en plus d’ap­prendre aux élèves le concept de la ratio­nalisation de l’eau, qui ne se limite pas au recours à de tels robinets, mais qui est plutôt lié à toute une culture. D’où l’im­portance de la sensibilisation sur le dan­ger que représente la pénurie d’eau et les moyens et l’importance de rationaliser l’usage de l’eau pour pouvoir modifier le comportement des gens et les motiver à utiliser ce genre de robinets », souligne Noureddine.

Le lancement de l’initiative des robi­nets économiques fait partie des mesures entreprises par le gouvernement pour combler le fossé entre les ressources hydrauliques et les besoins. Parmi ces mesures, citons aussi le projet de loi sur la gestion des ressources hydrauliques, qui prévoit le durcissement des peines contre toute forme d’agression contre le Nil et qui réduit la superficie des agricul­tures avides en eau. Par ailleurs, l’Egypte multiplie les projets d’installation de stations de traitement des eaux ainsi de creusement de puits pour surmonter le défi hydraulique.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique