Jeudi, 18 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Karam Gaber : Je promets de décrocher le titre olympique à Rio de Janeiro

Doaa Badr, Mardi, 31 mars 2015

Le vice-champion olympique 2012 et champion olympique 2004 en lutte gréco-romaine, Karam Gaber, ne cesse de faire polémique. La semaine dernière, il a trouvé un compromis avec le président de la Fédération égyptienne de lutte pour éviter sa suspension. Entretien.

Karam Gaber
Karam Gaber, vice-champion olympique 2012 et champion olympique 2004 en lutte gréco-romaine. (Photo : Reuters)

Al-Ahram Hebdo : La semaine dernière, vous étiez en mauvais termes avec le président de la Fédération égyptienne de lutte, Hassan Al-Haddad, qui a menacé de vous suspendre. Comment avez-vous réglé vos problèmes avec lui ?

Karam Gaber : Le président de la Fédération m’a attaqué dans les médias durant les deux dernières semaines, en déclarant que je risquais d’être suspendu pour manque de discipline. Certains se sont proposés pour intervenir afin de clarifier ma situation. Finalement, samedi dernier, je me suis réuni avec le président et les membres de conseil d’administration de la Fédération. Durant cette réunion, j’ai présenté une note avec toutes les demandes concernant ma préparation aux Jeux Olympiques (JO) de Rio de Janeiro 2016.

Qu’est-ce que l’on vous reprochait sur le plan disciplinaire?

— J’ai raté l’avion lors du retour de la sélection d’Hongrie vers l’Egypte. C’était un stage de préparation, nous étions en transit en Turquie pour une durée de plus de 6 heures. Je suis allé au restaurant avec 2 autres athlètes et nous avons raté l’avion. Nous sommes finalement arrivés en Egypte le lendemain. Chawqi Omrane, président de la délégation, a présenté une note à la Fédération égyptienne en m’accusant de manque de discipline. Mais en fait, les problèmes ont commencé lors de ce stage de préparation. J’étais très malade et j’avais de la fièvre, puis j’ai eu mal aux dents. Je n’ai reçu aucun traitement et c’est moi qui ai assuré les frais de mon traitement. J’ai 36 ans, et à mon âge, on ne pas se passer de vitamines et de suppléments nutritifs, mais il n’y avait même pas l’argent pour cela. Ainsi, dans cette situation, j’ai déclaré forfait au tournoi international d’Hongrie puisque je n’étais pas prêt pour la compétition. Et je crois que c’est ça qui a suscité la colère de Hassan Al-Haddad.

— Et quelles sont les demandes que vous avez avancées lors de votre réunion avec la Fédération ?

— Ce sont les mêmes vieilles demandes. Premièrement, j’ai besoin de stages de préparation de longues durées, de 4 mois au minimum, parce que les stages de courtes durées sont inutiles pour moi. Je dois commencer par un stage au Centre olympique de Colorado Spring aux Etats-Unis, c’est l’un des meilleurs centres d’entraînement au monde. En plus, le fait qu’il se situe à une haute altitude est très bénéfique pour moi au niveau physique. De même, les prochains Championnats du monde, qualificatifs pour les JO, auront lieu aux Etats-Unis. Un tel stage pourrait donc m’aider à s’acclimater à l’environnement là-bas. En outre, j’ai besoin d’un entraîneur privé et d’un entraîneur physique. Enfin, il s’agit de toutes sortes de droits de base : avoir les vitamines et les suppléments nécessaires, résider dans de bons hôtels lors des stages et des tournois, un minimum d’heures de transit lors des voyages, etc. J’ai aussi demandé l’augmentation de mon argent de poche, je voudrais une somme digne d’un champion olympique.

Pensez-vous que ces demandes soient raisonnables?

— Hassan Al-Haddad m’a dit qu’il acceptait toutes mes demandes, mais qu’il devait prendre l’approbation du ministre de la Jeunesse et du Sport, puisque la Fédération égyptienne ne dispose pas de l’argent qu’il faut pour assurer ma préparation. Et oui, je pense que mes demandes sont très raisonnables, je ne demande pas grand-chose. D’ailleurs, ce sont les mêmes demandes depuis mon retour au jeu l’année dernière. Ce n’est pas beaucoup pour un double médaillé. Il faut savoir que j’ai beaucoup sacrifié pour remporter deux médailles olympiques et j’ai beaucoup payé de ma poche pour me préparer. Mais je ne le referai plus. Mon pays doit m’aider à décrocher une 3e médaille olympique.

A 36 ans, pensez-vous être capable de remporter une 3e médaille olympique ?

— Bien sûr. Mon âge ne représente aucun handicap, au contraire, c’est un atout. L’expérience est un avantage en lutte. Mais je dois travailler de manière différente. Si mes demandes sont satisfaites sans retard, et si je n’affronte aucun problème d’ici les JO 2016, je vous promets de décrocher le titre olympique à Rio de Janeiro.

Comment évaluez-vous votre niveau actuel ?

— Dans le passé, je comptais beaucoup sur mes talents, la souplesse, la force, la vitesse, etc. Mais aujourd’hui, avec l’âge, je dois travailler plus sur mon état physique. Malgré mon retour au jeu depuis un an, je n’ai pas fait de grands progrès, vu la perturbation de mon programme de préparation. Jusqu’à maintenant, je n’ai effectué aucun stage de longue durée.

Quel est votre principal objectif pour cette saison ?

— Mon objectif pour cette saison, c’est de me préparer pour les Championnats du monde prévus en septembre prochain. Ces Mondiaux seront d’une importance cruciale puisqu’ils seront qualificatifs pour les JO 2016. En fait, les 6 premiers de chaque catégorie se qualifient directement pour Rio de Janeiro. Je veux décrocher mon ticket olympique lors de ces Mondiaux afin de continuer confortablement ma préparation pour les JO.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique