Vendredi, 24 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Législatives : Sept coalitions en lice

Mardi, 24 février 2015

La liste définitive des coalitions vient d’être publiée. Elles seront sept à se disputer les 120 sièges qui leur sont réservés.

Legislative
Répartition des coalitions et des partis sur les quatre circonscriptions consacrées aux listes électorales :

Pour l’amour de l’Egypte

C’est l’alliance de l’ancien premier ministre Kamal Al-Ganzouri qui s’est aujourd’hui retiré de la scène. Elle a simplement changé de nom. Pour certains, la raison de cet échec est qu’Al-Ganzouri voulait rassembler les figures de l’ancien régime. Selon les experts, cette coalition a tenté de faire ce que les autres partis ont échoué à réaliser : rassembler le plus grand nombre de personnalités et de partis en une seule liste.

Cette liste est, en effet, la plus vaste. La coalition réunit des membres de partis comme Les Egyptiens Libres, Al-Moätamar (le Congrès), Al-Wafd, Al-Sadate démocratique, et le mouvement Tamarrod. Le président du parti du néo-Wafd, qui fait partie de cette coalition, Sayed Al-Badawi, a récemment déclaré dans un communiqué de presse que les jeunes du parti sont en colère. Sayed Al-Badawi a toutefois affirmé que le parti a surtout rejoint cette liste « pour que l’Egypte gagne contre le terrorisme et l’extrémisme ».

La liste est menée par le général Sameh Seif Al-Yazal, un ancien officier des renseignements. Elle comprend aussi l’ancien ministre de l’Information, Ossama Heikal, et l’ancienne star de football, Taher Abou-Zeid. L’alliance, qui n’a pas hésité à utiliser la photo du président Al-Sissi pour sa campagne électorale, est vue comme étant proche du régime et soutenue par certains appareils de l’Etat.

Le Réveil de l’Egypte

Formée par l’ancien opposant, Abdel-Guélil Moustapha, cette liste a commencé en position de force sur la scène politique. Elle se trouve actuellement affaiblie après le retrait d’Al-Tahalof Al-Chaabi, du parti Al-Dostour et du Mouvement populaire, Al-Tayar Al-Chaabi, de l’ancien candidat à la présidentielle, Hamdine Sabahi.

Elle comprend un certain nombre de partis, notamment Al-Karama, l’Egyptien démocratique socialiste, ainsi que quatre membres du parti du Rassemblement qui se présentent individuellement. La liste comprend des figures comme Georges Ishaq, ancien membre du mouvement Kéfaya et membre du Conseil national des droits de l’homme, l’écrivaine Sékina Fouad et l’expert en droit constitutionnel Nour Farahat.

Le Courant de l’indépendance

Ce courant comprend plusieurs partis politiques, dirigé par le parti Al-Salam Al-Démocrati et son chef Ahmad Al-Fadali. Ce courant, qui a choisi une voiture comme logo électoral, est en lice dans 4 circonscriptions, avec en tête de liste l’ancien ministre de la Santé Hélmi Al-Hadidi et l’actrice Tayssir Fahmi pour le Grand Caire. Pour la Haute-Egypte, on retrouve Gamal Allam, président de la Fédération de football, Manal Zaazoa, membre de l’organe suprême du parti de la Réforme et du Développement, et Nanat Nawar Ali, membre du comité suprême du parti des Conservateurs, qui a démissionné du parti pour rejoindre ce courant. Dans l’est du Delta : Hazem Omar, chef du parti du Peuple démocratique, tandis qu’à l’ouest du Delta, on retrouve Sahar Talaat Moustapha et Mohamad Abdallah, ancien directeur de l’Université d’Alexandri e.

Nidaä Misr (l’appel de l’Egypte)

Cette liste, comme l’assure son porte-parole Tareq Zidan, se présentera dans deux régions seulement : la Haute-Egypte et le Grand Caire. Parmi les noms de cette liste, on trouve Adel Abdel-Hamid, ancien ministre de la Justice, et l’ancien président de la radio, Hamdi Al-Konayessi. Cette coalition comprend en son sein le mouvement Je suis égyptien.

Le Front National

Cette coalition comprend surtout des figures de l’ancien régime de Moubarak, dont des membres de l’ancien Parti National Démocrate (PND). Parmi les membres de cette coalition figurent notamment l’ancien premier ministre de Moubarak, Ahmad Chafiq, et le journaliste Moustapha Bakri, qui a quitté sa circonscription de Hélouan pour se présenter en Haute-Egypte. Ce front a choisi l’échelle comme symbole électoral. Il se présente dans tous les gouvernorats.

Cette coalition comprend le Parti du Mouvement national présidé par Chafiq, ainsi que les partis Misr Baladi, Al-Guil et l’Egypte moderne. Parmi ses candidats, on peut mentionner, outre Chafiq et Bakri, Qadri Abou-Hussein, ancien gouverneur de Hélouan, Yéhia Qadri, vice-président du Parti du Mouvement national, et Mona Makram Ebeid, professeure de sciences politiques à l’Université américaine. On note aussi Ahmad Zaki Badr, ancien ministre de l’Education, et Ayman Farid Abou-Hadid, ancien ministre de l’Agriculture.

La Coalition républicaine

Cette alliance a déposé sa demande de candidature à la dernière minute. Elle comprend un certain nombre de forces civiles, notamment l’Union des syndicats professionnels et la Fédération des femmes égyptiennes, ainsi qu’un certain nombre de syndicats ouvriers, et des personnalités tel le conseiller Mourad Khedr, directeur de campagne de Omar Soliman aux élections de 2012.

Aux côtés de Tahani Al-Guébali, ancien vice-président de la Cour suprême, on trouve la présidente du syndicat des Infirmières, Kawsar Mahmoud. Dans le gouvernorat de Guiza, Hossam Khaïrallah, ancien candidat à la présidentielle et ancien agent des renseignements, la professeur à la faculté de mass-médias, Naila Omara, et l’acteur Tareq Al-Dessouqi. Cette alliance a contesté la décision de la Haute commission électorale qui a rejeté ses candidatures en Haute-Egypte.

Al-Nour

C’est la coalition islamiste de ces législatives. Selon les experts, Al-Nour est très fort à l’ouest du pays, notamment à Alexandrie, Béheira et Matrouh. Dans ces régions, les candidats du parti sont Nader Bakkar, porte-parole du parti, l’ingénieur Achraf Sabet, Mohamad Ibrahim Mansour, membres du comité suprême du parti, et Hanan Allam, secrétaire pour la femme au sein de cette formation. On note aussi la présence de deux coptes : Hani Samir et Nadet Al-Sérafi.

En outre, Al-Nour a ouvert ses portes aux membres du PND qui n’ont jamais fait l’objet de condamnations devant la justice. Il a formé 4 listes électorales sans faire d’alliance avec d’autres partis. Cette liste d’Al-Nour comprend un certain nombre de personnalités indépendantes. En tête de liste en Haute-Egypte : Bassam Al-Zarqa, deuxième vice-président du parti. Tareq Al-Sahry représentera Al-Nour dans le Grand Caire, et Mahmoud Saqsaqah dans l’est du Delta.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique