Vendredi, 19 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Dôme historique à moitié détruit

Nasma Réda, Lundi, 16 février 2015

Le dôme d'Al-Maaddawi, un monument d'Assouan datant de l'époque fatimide (996-1167) a été partiellement détruit par la chute d'une grue.

Assouan
(Photo : Bassam Al-Zoghbi)

« C’est une grande perte », déplore le ministre des Antiquités, Mamdouh Al-Damati.

Faisant partie de la nécropole islamique d’Assouan, mieux connu comme le cime­tière fatimide, le mausolée d’Al-Maaddawi a perdu la moitié de son dôme. En cause: la chute d’une grue qui servait à déplacer des pierres dans le cadre des préparations pour le Symposium international de la sculpture. Cet événement organisé par le ministère de la Culture depuis 20 ans, de la fin janvier à la fin mars, regroupe chaque année des dizaines d’artistes qui sculptent ensemble des oeuvres d’art dans des blocs de granit. « C’est dommage que le conducteur de cette grue transportant de lourds blocs de pierre n’ait pas fait attention, car maintenant, le mausolée est gravement endommagé », a indiqué Al-Damati, ajoutant que le minis­tère avait pris « les démarches juridiques nécessaires ».

Un comité archéologique et scientifique examine les dégâts et va proposer les meilleurs moyens de restauration. Les tra­vaux de restauration commenceront juste après les investigations de la police. Le ministère a décidé de lancer la restauration du dôme avec l’aide d’une équipe de restau­rateurs allemands en charge depuis des années de l’entretien des mausolées d’As­souan. Le ministre estime également que de nouvelles procédures doivent être prises pour préserver le cimetière et prévenir ce type d’accidents. Pour sa part, Mohamad Abdel-Aziz, responsable du département des antiquités islamiques au ministère, indique que « ce cime­tière fatimide est l’un des sites archéologiques les plus impor­tants à Assouan ». Il compte, en effet, plus de 330 tombes isla­miques et plus de 50 mausolées datant de la fin du VIIe au XIIe siècles. Depuis 2006, une équipe de l’Institut allemand d’archéo­logie (DAI) a été engagée pour restaurer et reconstituer l’histoire du site de son origine à aujourd’hui. En décembre 2014, le site a été ouvert au public. Ce cimetière est depuis l’une des étapes incontournables du circuit touristique d’Assouan qui passe par l’obélisque inachevé et le Musée de la Nubie.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique