Mardi, 16 juillet 2024
Opinion > Opinion >

La crise du Yémen

Mardi, 03 février 2015

Le Yémen vit une violente division dans tous les domaines de sa vie politique, religieuse, tribale et ethnique. Le Yémen, sa civilisation ancienne et son peuple cultivé qui pratique la politique dans toute sa diversité, se sont divi­sés. Il est vrai qu’il possède une longue histoire de conflits internes entre les tribus et qu’il y a un sud et un nord, ainsi que des volontés de séparation ou d’union. Il y a aussi Al-Qaëda qui a longtemps proliféré sur les terres du Yémen, ainsi que les Houthis avec l’Iran en appui. Cependant, le Yémen se trouve aujourd’hui à un carre­four important. Il semble géo­graphiquement lointain, mais il se trouve au centre des événe­ments. Il fait partie du Golfe arabique, il donne sur l’Afrique et n’est pas très loin de la Chine et de l’Inde. Il gouverne le détroit de Bab Al-Mandab, à l’entrée de la mer Rouge, du Canal de Suez, du Golfe de Aqaba et de la Méditerranée vers l’Europe. Quelques mètres seulement le séparent du conti­nent africain. Bref, il occupe un emplacement stra­tégique critique. Il réunit sunnites, chiites et d’autres confessions. Il a, un jour, été deux Etats puis s’est uni en un seul, bien que le projet de séparation soit encore valable pour de nombreuses parties.

Le Yémen possède des fron­tières importantes avec l’Ara­bie saoudite et représente un élément influent dans tous les pays qui l’entourent. L’Egypte possède une histoire commune avec le Yémen depuis l’ère pharaonique. Elle a combattu auprès du peuple yéménite dans sa révolution contre l’Imam, sous la direction de Abdullah Al-Selal. Le sang de nos martyrs a arrosé les terres du Yémen dans une expérience historique, autour de laquelle les Egyptiens n’étaient pas una­nimes, la considérant comme un projet qui manquait de sagesse alors que l’avis des Yéménites était tout autre.

Les évolutions au Yémen menacent l’Arabie saoudite ainsi que les pays du Golfe arabique. Il est cer­tain que les tenta­cules de l’Iran ont atteint les fins fonds du Yémen. Il est cer­tain aussi que Bab Al-Mandab peut représenter un grave problème pour l’Egypte à cause du Canal de Suez.

Il faut maintenant revoir les leçons du passé et ne pas nier nos erreurs, car la guerre du Yémen a été le prélude de la défaite de 67, qui a avorté le grand projet de la reconstruc­tion de l’Egypte. Nous devons nous souvenir de ces leçons surtout que de nombreuses par­ties posent, autour de nous, des mines. En effet, l’Egypte repré­sente le dernier obstacle face à l’effondrement total de la nation arabe sinistrée .

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique