Vendredi, 19 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

L’église des Apôtres retrouve son éclat

Nasma Réda, Mardi, 03 février 2015

Après des travaux de restauration qui ont duré 4 ans, l'église des Apôtres à Atfih ouvre ses portes au public et devrait attirer de nombreux visiteurs.

L’église des Apôtres retrouve son éclat
L'inauguration officielle de l'église. (Photo:Ministère des Antiquités égyptiennes)

Pendant 4 ans, des travaux de restauration avaient eu lieu à l’église des Apôtres d’Atfih et qui ont permis enfin sa réouverture. L’inauguration de l’église s’inscrit dans le cadre d’un projet lancé par le ministère d’Etat pour les Affaires des antiquités et visant à inclure de nouveaux sites sur le circuit touristique égyptien.

Située à 20 km au sud du village d’Al-Saff, dans le gouvernorat de Guiza, cette église historique, qui remonte au IVe siècle, a retrouvé son éclat. Elle était aussi appelée « Eglise des dômes », à cause de ses 12 dômes représentant les disciples de Jésus.

Moustapha Amin, secrétaire général du Conseil Suprême des Antiquités (CSA), a déclaré pendant l’inauguration que « le coût de la restauration de l’église s’élève à 6 millions de L.E. ».

L’église, comme d’autres monuments coptes et islamiques situés au centre-ville dans les zones surpeuplées, a été gravement endommagée pour diverses raisons, dont l’augmentation du niveau des eaux souterraines, l’humidité des murs et les effets néfastes du tremblement de terre de 1992 qui a augmenté le nombre de fissures dans la structure de l’église.

Le chef du secteur des restaurations au ministère d’Etat pour les Affaires des antiquités, Mohamad Al-Cheikha, affirme que « les travaux de restauration ont été accomplis en plusieurs étapes en utilisant des méthodes scientifiques modernes, car les dommages étaient importants alors que le monument représente un vrai trésor historique. Il y a 10 ans, on a pu, en première phase, diminuer les niveaux d’eau du sous-sol et s’assurer que les pompes installées empêcheraient l’eau de s’accumuler à nouveau ».

Une deuxième phase, d’après Al-Cheikha, a commencé il y a 6 ans, afin de renforcer et de restaurer les murs menacés d’effondrement. « Et enfin, il y a 4 ans que le ministère a lancé les travaux à l’intérieur de l’église pour qu’elle retrouve sa splendeur et pour empêcher de futurs dommages », ajoute-t-il. Il explique que des colonnes en béton cachées sous cet édifice archéologique ont renforcé les fondations afin de les empêcher de s’affaisser. « Bien qu’on ait été obligé de remplacer quelques pierres dégradées, on a pu maintenir l’aspect d’origine », dit Al-Cheikha.

Occupant une superficie de 400 m2, cette église est bâtie dans le style architectural d’une basilique. D’après Moustapha Amin, « ce style distingue l’église des Apôtres des autres églises, notamment en raison de ses dômes. De plus, le mur ouest de l’église des Apôtres est recouvert d’une pierre en basalte ». Celle-ci montre une scène pharaonique de Ramsès II faisant une offrande à la déesse Hathor. La présence de cette stèle est la preuve qu’un temple de l’Egypte Antique était situé à cet endroit, avec des textes en hiéroglyphes montrant différents titres et noms du roi. A partir du IVe siècle, quand la religion chrétienne a été autorisée à l’époque romaine, les chrétiens ont construit leur église sur les ruines de ce temple.

Selon le directeur du CSA, « des icônes, des manuscrits et d’autres objets de valeur sont rassemblés sous le toit de cet édifice ». Deir Al-Rossol, ou l’église des Apôtres, reste un monastère riche en histoire qui a le potentiel nécessaire pour attirer les touristes ainsi que les amateurs d’art copte.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique