Dimanche, 19 mai 2024
Dossier > Dossier >

Renforcements économiques

Salma Hussein, Lundi, 02 février 2015

Les échanges commerciaux entre l’Egypte et la Russie pourraient tripler d’ici un an.

renforcements economiques
L'Egypte importe environ 40 % de son blé de la Russie.

Une délégation d’investisseurs égyptiens était en Russie, la semaine dernière, pour promouvoir la conférence économique de Charm Al-Cheikh. La visite précède de quelques jours le sommet égypto-russe qui aura lieu les 9 et 10 février. L’Egypte avait annoncé, en 2014, qu’elle discutait de la création d’une zone de libre-échange. Les échanges commerciaux entre l’Egypte et la Russie ont considérablement augmenté, en partie grâce à l’embargo européen sur les fruits et légumes. Une soixantaine de producteurs égyptiens ont réussi à décrocher des contrats d’exportation pour un total d’un milliard de dollars, affirme Ahmad Al-Wakil, président de l’Union des chambres de commerce. Cela représente environ le double du total des expor­tations égyptiennes vers la Russie en 2013.

« Le volume des échanges commerciaux s’élève à 3 milliards de dollars. Nous visons à doubler ce chiffre », a déclaré à l’Hebdo le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mounir Abdel-Nour.

Sergey Vershinin, l’envoyé spécial du ministre russe des Affaires étrangères, a qualifié le sommet du Caire « d’histo­rique ». Le Caire espère que ce soutien se traduira en investis­sement. Une trentaine de projets égyptiens pourraient intéres­ser les investisseurs russes (voir p. 13).

Selon l’ambassadeur égyptien à Moscou, « des responsables d’entreprises égyptiennes ont mené des discussions bilaté­rales, avec leurs homologues russes pour encourager à inves­tir en Egypte », a-t-il dit au site Al-Youm Al-Sabie.

En 2013-2014, la Russie a signé 25 contrats d’armements en Afrique, pour 1,7 milliard de dol­lars, avec en tête l’Egypte et l’Al­gérie. Un accord signé en 2013 avec Le Caire prévoit la moderni­sation du système de défense anti-aérienne. L’Egypte plaide pour une sorte d’échanges « Armes contre investissements ».

La Russie souffre de conditions économiques difficiles, en raison des sanctions économiques impo­sées par les Etats-Unis et l’UE. Le 3e plus grand fournisseur mondial du brut s’est aussitôt heurté à une baisse à moitié du Rouble qui a perdu 70% de sa valeur.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique