Mardi, 25 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Après le foot, Ahli s’impose en hand

Mohamad Mosselhi , Mardi, 27 novembre 2012

Ahli a été sacré champion d’Afrique en battant Zamalek 21-17. Une bonne performance pour les Rouges qui décrochent leur premier titre continental depuis 1994.

Handball
Ahli a remporté son 4ème titre africain dans son histoire.

Une semaine après la victoire de l’équipe de football d’Ahli en Ligue des champions d’Afrique, son homologue du handball décroche la Coupe d’Afrique des clubs champions avec une victoire 21 à 17 contre Zamalek. C’était samedi à Tanger que se disputait cette finale purement égyptienne. Si l’on pouvait parier sur le succès des footballeurs ahlawis, ce ne serait pas le cas pour les handballeurs, qui affrontaient un adversaire tenant du titre et qui affiche 8 titres continentaux à son palmarès.
Les Rouges ont décroché leur premier titre continental depuis 1994, au temps de la génération en or d’Ahli, comprenant Achraf Awad et Gohar Nabil, qui avait remporté le titre aux dépens de la formation gabonaise de Petro Sport.
« Je suis particulièrement ravi de ce titre, car c’est le premier titre continental du club depuis 1994. Et décrocher le titre aux dépens d’une équipe supérieure a définitivement un goût différent », déclare Karim Al-Saïd, capitaine d’Ahli, victorieux au terme d’un véritable parcours du combattant.
Placé dans le groupe C avec l’Espérance de Tunis, les Angolais de Primero de Agosto, JSK du Congo et la formation algérienne Olympique Al-Ouad, Ahli commence son parcours par une défaite contre l’Espérance (18 -20) avant de remporter trois victoires successives
contre JSK (35-26), l’Olympique Al-Ouad (36-20) et Primero de Agosto (22-17).
Les Rouges se qualifient pour les quarts, arrivant deuxième de leur groupe derrière l’Espérance. Ils battent la formation marocaine de Marrakech (23-20), avant d’affronter de nouveau l’Espérance en demi-finale. Lors de cette rencontre, les Rouges vengent leur défaite du match d’ouverture en s’imposant 24-23 après une prolongation suite à un nul de 22-22 à la fin du temps réglementaire.
En finale, les Rouges décrochent le titre après une excellente performance contre Zamalek. C’est la performance du gardien de but de l’équipe, Hadi Refaat, qui a en grande partie permis à Ahli de s’imposer face aux tenants du titre. « Je remercie tous les joueurs et, à leur tête, Hadi Refaat, pour leurs efforts tout au long de la compétition.
Ce titre est le fruit d’un grand travail de la part des joueurs et de l’encadrement technique. Notre prochain objectif sera de remporter la Supercoupe d’Afrique pour représenter l’Afrique à la Coupe du monde des clubs », explique Assem Hamad, directeur technique d’Ahli
Zamalek, une grande équipe
De leur côté, les responsables de Zamalek saluent les efforts de leur équipe malgré leur défaite dans la compétition africaine. « La défaite de l’équipe n’est pas la fin du monde. En sport, on peut gagner ou perdre. Notre équipe de handball reste une grande équipe, même si elle a perdu le titre. Il est difficile d’oublier que cette équipe a fait la joie des Zamalkawis toutes les années passées », déclare Mamdouh Abbas, président du club de Zamalek. « Atteindre la finale africaine malgré les grandes difficultés qu’a affrontées l’équipe reste un exploit », ajoute Sabri Serag, vice-président du club. La participation de Zamalek à cette compétition avait, en effet, été compromise, les joueurs ayant menacé de ne pas aller à Tanger à cause d’arriérés impayés par leur club. Ayman Salah, directeur technique de l’équipe, avait aussi présenté sa démission pour défendre les droits de ses joueurs, avant de revenir sur sa décision, suite à un versement partiel des arriérés des joueurs.
En outre, la puissance de cette équipe réside dans le trio Ahmad Al-Ahmar, Mohamad Abdel-Salam « Richa » et Hassan Yousri. La grave blessure de Richa, qui a raté la compétition africaine, a joué en défaveur de Zamalek, en plus de l’absence de Hassan Yousri, pour cause de blessure également. Les Blancs ont dû disputer la finale au tiers de leur puissance, ce qui permet d’expliquer leur défaite face à une équipe réputée médiocre comme Ahli.
Les Rouges peuvent être fiers de leur titre, mais les Blancs ne doivent pas pour autant désespérer : ils ont donné le meilleur d’euxmêmes dans des circonstances malheureuses. Le titre, lui, est à la joie de tous, resté égyptien.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique