Samedi, 22 juin 2024
Opinion > Opinion >

Le terrorisme en Europe

Lundi, 19 janvier 2015

Depuis quelque temps, des estimations occidentales parlent d’une éventuelle émergence du terrorisme en Europe, après le retour d’Européens qui font la guerre dans les rangs de Daech et autres. Et ces estimations se sont avérées exactes. Les experts en terrorisme ne craignent pas des opérations majeures comme celle du 11 septembre 2011 aux Etats-Unis, mais plutôt des opérations à plus petite échelle et influentes, aptes à causer des victimes et semer la frayeur.

L’attentat terroriste qui a eu lieu dans le journal satirique français Charlie Hebdo en est la preuve. Cet événement n’est pas le premier et il semble qu’il ne sera pas le dernier. Cet attentat terroriste prouve la justesse des avis qui disent que l’Europe souffrira pendant un certain temps non d’un terrorisme organisé, mais d’opérations limitées provoquant des pertes humaines et matérielles.

Et il y a 7 mois, le 24 mai 2014, un incident identique a eu lieu en Belgique, quand un citoyen français d’origine algérienne appelé Mahdi a ouvert le feu à l’intérieur du musée juif. Il a été arrêté à Marseille par un douanier à la découverte d’une kalachnikov dans sa valise. Les investigations ont dévoilé que ce jeune homme, âgé de 29 ans, avait passé un an en Syrie, précédé par 5 ans en prison. Et pendant ce séjour, il a adopté la pensée djihadiste et est revenu en Europe depuis la Turquie vers l’Allemagne, où les autorités allemandes l’avaient détecté et averti les autorités françaises.

Selon les autorités françaises, plus de 1000 de leurs citoyens font la guerre en Iraq et en Syrie, dont 118 sont revenus. Et environ 5 Britanniques rejoignent les rangs de Daech chaque semaine. Les estimations européennes annoncent que le nombre d’Européens qui font la guerre au Proche-Orient a atteint 4 000. Et il y a une opération de surveillance et de poursuite de ces éléments pendant leur retour vers leurs pays.

Un sondage de l’Institut Washington pour le Moyen-Orient a constaté que les communautés arabes sympathisent moins avec Daech que les communautés musulmanes en Europe. Selon l’ambassadeur Ahmad Akbar, auteur de l’ouvrage « Voyage en Europe: L’Islam, l’Immigration et l’Empire », les jeunes musulmans en Europe adhèrent aux groupes djihadistes extrémistes parce que la seconde et la troisième générations d’immigrés souffrent de marginalisation sociale et de manque de protection religieuse. Et de plus, ils ont une cause à défendre en Syrie où plus de 200 000 personnes ont trouvé la mort. Selon Akbar, cette situation s’est produite précédemment pendant la guerre contre les forces soviétiques en Afghanistan et aussi pendant la guerre de Bosnie. Ceci ressemble un peu à la participation des forces américaines avec les forces espagnoles dans la lutte contre le régime fasciste de Franco.

Or, il faut avouer qu’il existe des millions de musulmans qui vivent en Europe sans grands problèmes et nombreux jeunes djihadistes ont grandi dans des sociétés européennes caractérisées par la tolérance envers les minorités comme la Grande-Bretagne. A ce propos, le professeur Anthony Glees, de l’Université de Buckingham, avance que l’extrémisme se répand en Grande-Bretagne sous le prétexte de la liberté d’expression et du pluralisme culturel. Ceci signifie donc que la pensée takfiriste est le motif essentiel de l’adhésion des jeunes musulmans à Daech et non la marginalisation économique et sociale.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique