Mercredi, 19 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Afrique >

Burkina-Faso : Les pouvoirs du président en question

Sabah Sabet avec agences, Mardi, 25 novembre 2014

Michel Kafando est devenu officiellement le président intérimaire du Burkina-Faso. Il devra conduire le pays pour un an jusqu'aux présidentielles. Mais des observateurs pensent que ses pouvoirs sont limités, avec l’existence du lieutenant-colonel Isaac Zida, l'homme fort du pays.

Après 27 années de règne du président déchu Blaise Compaoré, contraint à la démission le 31 octobre par la rue, l’homme civil, Michel Kafando, devient président inté­rimaire du Burkina-Faso, ceci après une période marquée par les Burkinais d’« injustice » et de « gabegie ».

Le président de la transition, qui dirigera le pays jusqu’à la tenue des élections présiden­tielles et législatives, prévues en novembre 2015, s’est montré très ferme lors de son pre­mier discours, vendredi dernier, fustigeant le régime de Blaise Compaoré. Il l’a pourtant représenté alors qu’il oeuvrait de 1998 à 2011 auprès des Nations-Unies en tant qu’ambassa­deur du Burkina.

Dénonçant un régime gangrené par « l’injus­tice » et la « corruption », il a alors averti, s’attirant les vivas de la foule: « Avec ceux qui ont méprisé cette justice et qui pensent qu’ils peuvent dilapider impunément le denier public, nous réglerons bientôt les comptes ».

Michel Kafando, de nature plutôt réservé et au profil de technocrate, a envoyé un autre signal fort en annonçant des investigations pour identifier le corps du président Thomas Sankara, tué lors du putsch qui porta au pou­voir en 1987 Blaise Compaoré. Une mesure très populaire, de nombreux jeunes ayant contribué à chasser Compaoré se revendiquent du « sankarisme ». La famille Sankara demande depuis 1997 l’exhumation du corps de ce héros national, icône du panafricanisme qualifiée de « Che africain », pour vérifier que le corps enterré est bien le sien, ce que la justice burki­naise n’a jamais accepté.

Zida va diriger le pays

Par ailleurs, le pouvoir, que Kafando a reçu des mains du lieutenant-colonel Isaac Zida, l’homme fort du pays depuis la chute de Compaoré, est en question selon des observa­teurs. Ils pensent que Zida pourrait continuer de tenir les rênes du pays, comme il le faisait depuis la chute du régime Compaoré.

De plus, la nomination de Zida au poste de premier ministre a, cependant, eu « un goût de gueule de bois », d’après un diplomate interro­gé par l’AFP, « Personne ne s’y trompe, c’est (Zida) qui va diriger le pays », prédit-il. Dans les faits, le nouveau chef du gouvernement a déjà pris le pays en main: deux patrons d’en­treprises publiques, proches de la famille Compaoré, ont été remerciés « pour sabo­tage », et les conseils municipaux et régionaux ont été suspendus.

En outre, la composition du gouvernement, promise cette semaine et qui ne sera actif qu’un an, sera scrutée à la loupe: elle permettra d’en savoir plus sur la répartition des pouvoirs au sommet de l’Etat et sera révélatrice de l’état d’esprit du nouveau pouvoir et surtout de la marge de manoeuvre de Kafando. « Maintenant qu’on a un numéro un et un numéro deux, on va voir si le numéro deux a, oui ou non, plus de pouvoir que le numéro un », a décrypté un diplomate.

Selon des experts du dossier, si l’armée s’oc­troie les portefeuilles clés, la mainmise d’Isaac Zida devrait être ouvertement confirmée, même si le lieutenant-colonel a transmis symbolique­ment le pouvoir, vendredi dernier au président intérimaire. Si, à l’inverse, les civils occupent les principaux ministères (Sécurité, Affaires étrangères, Finances, Affaires sociales et les Mines, etc.), cela signifiera que Michel Kafando gagne en indépendance ou que l’ar­mée manoeuvre plus subtilement.

Pour sa part, la communauté internationale avait menacé le pays de sanctions si le prési­dent intérimaire était un militaire. Le président sénégalais Macky Sall, qui fut l’émissaire de la Cedeao, l’organisation régionale ouest-afri­caine, durant la crise burkinaise, a appelé à « accompagner » la transition. « Les militaires au Burkina font partie du décor politique », a-t-il fait valoir. « L’armée a accepté le prin­cipe sur lequel nous n’avons pas du tout lési­né: il ne pouvait pas y avoir un chef d’Etat militaire, ce n’était pas acceptable », a-t-il souligné. La période de transition s’arrêtera en novembre 2015 avec la tenue des élections présidentielles et législatives, auxquelles ni Kafando, ni Zida ne pourront légalement se présenter.

Burkina-Faso est un pays sahélien pauvre de 17 millions d’habitants et où tous les change­ments de régime se sont faits par putsch depuis son indépendance en 1960.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique