Samedi, 13 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Les groupes terroristes du Sinaï

May Al-Maghrabi, Mardi, 28 octobre 2014

Ansar Beit Al-Maqdes
Il est le plus actif des groupes terroristes implantés dans la péninsule du Sinaï. Peu connu avant la révolution du 25 janvier, il menait des opérations qui visaient principalement les soldats de l’armée israélienne dans les territoires hébreux. Ce groupe a revendiqué, depuis la destitution de Morsi, la plupart des attaques contre les forces de l’armée et de la police. Il dit commettre ses attaques en représailles à « la répression » des partisans des Frères musulmans.

Ansar Beit Al-Maqdes est une fusion de la pensée djihadiste salafiste et de celle d’Al-Qaëda. Ce groupe a récemment exprimé son soutien à l’organisation de l’Etat Islamique (EI), qui s’est emparée de larges territoires en Iraq et en Syrie.

Aknaf Beit Al-Maqdes
Ce groupe est moins connu et souvent confondu à Ansar Beit Al-Maqdes. Aknaf Beit Al-Maqdes suit la pensée djihadiste salafiste. Revendiquant leur indépendance par rapport aux autres organisations djihadistes, ils sont moins bien organisés et moins bien équipés qu’Ansar Beit Al-Maqdes.

L’organisation Al-Tawhid Wal-Djihad
Cette faction est née de « Takfir wal-Hijra », mouvement qui a vu le jour en Egypte dans les années 1970 sous l’impulsion des Frères musulmans emprisonnés par Nasser et remis en liberté par Sadate.

Elle est aujourd’hui l’une des plus puissantes organisations terroristes de la péninsule, et serait à l’origine des prises d’otages. Ce mouvement se réclame de la nébuleuse Al-Qaëda et regroupe djihadistes égyptiens, salafistes de Gaza et bédouins de la région, traditionnellement hostiles au pouvoir central. Tous appartiennent à la faction des « Takfiristes ». Pour les adeptes de cette idéologie, les sociétés musulmanes d’aujourd’hui se sont écartées de la foi et doivent donc être attaquées jusqu’à ce qu’un régime islamique authentique soit rétabli.

Ansar Al-Djihad
Affilié d’Al-Qaëda, ce nouveau mouvement avait déclaré sa formation le 20 décembre 2011 dans un communiqué publié sur Internet et dans lequel il a rejeté le fait que le « gouvernement mécréant » approvisionne en gaz « l’ennemi israélien ». Il a ainsi revendiqué cette année plus de 14 sabotages de l’oléoduc entre l’Egypte et Israël. Ils ont également revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques contre les militaires. Selon eux, l’armée, la police et les services de renseignements sont des « apostats » qui entravent leur lutte contre les ennemis de l’Egypte.

Jound Al-Islam
Ce mouvement provient d’Al-Tawhid Wal-Djihad, lui-même inspiré par l’organisation d’Abou-Moussaab Al-Zarqawi en Iraq. Son fondateur, Khaled Messaeid, a été tué dans une fusillade en 2005. Suite à sa mort, son mouvement fut dissout et ses membres se sont dispersés dans d’autres mouvements du Sinaï. Après la révolution de janvier, Jound Al-Islam a commencé à se réorganiser. Le groupe suit une pensée djihadiste takfiriste selon laquelle la société entière est apostate, car elle accepte un régime et des institutions n’appliquant pas la charia.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique