Samedi, 18 mai 2024
Enquête > Enquéte >

Hossam Abdel-Latif : Je demande aux malades d’avoir de la patience 

Hanaa Al-Mekkawi et Ola Hamd, Mardi, 14 octobre 2014

3 questions au vice-président de l’Institut du foie, Dr Hossam Abdel-Latif.

Dr Hossam Abdel-Latif
Dr Hossam Abdel-Latif, vice-président de l’Institut du foie.

Al-Ahram Hebdo : Comment s’est organisé le ministère de la Santé pour distribuer le Sovaldi ?

Hossam Abdel-Latif: Le ministère de la Santé applique un nouveau système. C’est le comité national des virus de foie, au Caire, qui est chargé de vérifier toutes les demandes et d’identifier les cas les plus urgents. Le comité a décidé de commencer par les gouvernorats les plus touchés par l’hépatite C : Alexandrie, Damiette et Mansoura.

— Nombreux sont les patients qui se plaignent du retard. Quelles en sont les raisons ?

— Le retard est dû à la compagnie qui produit le médicament. Le traitement sera disponible avant la fin du mois d’octobre. En février, le ministère importera d’autres médicaments pour compléter le traitement au Sovaldi.

— Le Sovaldi peut-il vraiment guérir l’hépatite C ?

— Les malades doivent prendre le Sovaldi en plus des deux anciens médicaments, l’Interféron-Ribavirine, pour une durée de 3 mois au lieu d’un an comme avant. Le taux de la réussite de ce mélange est de 95%. Tout le monde aura droit à ce traitement, mais je demande aux malades d’avoir de la patience.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique