Vendredi, 23 février 2024
Al-Ahram Hebdo > Arts >

Iqaa, l’underground qui monte

May Sélim, Lundi, 01 septembre 2014

Iqaa (rythme) est une jeune société qui promeut les artistes de la scène underground. Elle vient de lancer Al-Moharrek (le moteur), une agence qui organise et programme les concerts. L’initiative en inspire déjà d’autres.

Iqaa, l’underground qui monte

En 2007, la société Iqaa (rythme) est fondée pour soutenir les artistes de la scène musicale underground. Il s’agit d’une plateforme de musique arabe indépendante. « Je travaillais dans plusieurs projets musicaux. A la fin de chaque projet, j’ai constaté qu’il n’y avait aucun moyen qui puisse garantir son lancement vers le public. Après avoir rencontré plusieurs producteurs commerciaux et indépendants, j’ai remarqué qu’il n’y avait pas de véritable marché pour la musique indépendante dans le monde arabe. A l’époque, seules les ONG offraient le soutien culturel nécessaire à l’art indépendant. Nous avions donc besoin de construire un marché pour cette musique, afin d’assurer sa création continue », explique Tamer Abou-Ghazala, fondateur d’Iqaa.

Iqaa a commencé en tant que société de production et de distribution en Egypte, en Jordanie et au Liban. Abdallah Minyawy et Ahmad Saleh, Mariam Saleh, Khayam Ellami et la troupe Telepoetic figurent parmi les artistes qu’elle soutient. Iqaa s’occupe des concerts et des tournées des artistes. Elle oeuvre à obtenir les licences nécessaires à leur production ainsi qu’à protéger leurs droits d’auteur.

La société nourrit le marché de la musique underground par diverses initiatives: programmation des festivals locaux et régionaux, coordination avec les artistes et les troupes indépendantes, découverte de nouveaux talents, organisation de rencontres et d’ateliers ainsi que campagnes médiatiques de promotion.

Aujourd’hui, Iqaa lance Al-Moharrek (le moteur), une agence de réservation qui s’intéresse aux artistes indépendants dans le monde arabe et qui s’occupe uniquement de l’organisation et la programmation de leurs concerts.

« Depuis le début de l’année, Iqaa a largement évolué grâce à ses divers activités et services. Il fallait trouver une structure pour cette large plateforme qui cherche à créer et à développer plusieurs domaines dans le marché de la musique indépendante », précise Abou-Ghazala. Al-Moharrek n’est qu’une première agence. D’autres devraient être lancées prochainement. Une manière de mieux s’organiser.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique