Mercredi, 17 avril 2024
Al-Ahram Hebdo > L'invité >

Nemr Hamad : Cette violence est voulue par les politiciens israéliens  !

Osmane Fekri, Mardi, 08 juillet 2014

Pour Nemr Hamad, cadre du Fatah et conseiller du président palestinien, Tel-Aviv cherche par tous les moyens à saboter la réconciliation entre le Fatah et le Hamas. Un but qui serait, selon lui, à l’origine des violences de la semaine dernière.

Nemr Hamad
Nemr Hamad, cadre du Fatah et conseiller du président palestinien.

Al-Ahram Hebdo : Quelle est la situation sur le terrain, que ce soit à Ramallah, en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza ?

Nemr Hamad: La situation est tendue et il y a une volonté israé­lienne vers l’escalade. Cette vio­lence est voulue par les politiciens israéliens afin d’alléger les pres­sions qui les accablent depuis la signature de la réconciliation palestinienne et la formation d’un gouvernement d’union qui se fait l’apôtre du programme d’Abou-Mazen.

Malgré les efforts considérables déployés par Abou-Mazen pour l’accalmie, les roquettes en prove­nance de Gaza et qui ciblent Israël brouillent toutes les tentatives d’accalmie. Le problème réside dans les groupuscules hamsawis (affiliés au Hamas, ndlr) à Gaza, qui insistent à lancer des roquettes. Ceci ne fait qu’aiguiser la détermi­nation des Israéliens désireux de revenir à une spirale de violence afin d’alléger la pression politique les étouffant.

Nous devons nous rappeler du rêve israélien stratégique: celui consistant à répéter que si les Palestiniens veulent bâtir un Etat, qu’ils le fassent à Gaza! Un rêve qui date de 1948 et s’est renouvelé à l’époque de Sadate pendant ses négociations de Camp David.

— Comment cette nouvelle phase de violence a-t-elle éclaté ?

— Dès le début, Israël a accusé le Hamas de l’enlèvement des 3 colons, bien que les preuves cré­dibles aient fait défaut à ce niveau. Nous avons été surpris par les évé­nements qui ont suivi, par le cas du jeune Mohamad Abou-Khdeir qui vivait dans le quartier de Chouafat à Jérusalem et qui, pendant le mois du Ramadan, embellissait les rues avec des lanternes.

Trois jours avant l’enlèvement d’Abou-Khdeir, il a été annoncé que 3 cadavres de colons israéliens avaient été retrouvés à Hébron et des appels à la vengeance contre les Arabes ont été lancés. Un regard plus analytique sur les réseaux sociaux attire notre effroi, à cause des cris de vengeance lan­cés à l’encontre des Arabes et des musulmans.

Pire encore, ces appels sont lan­cés par des soldats israéliens. Malgré la cruauté avec laquelle Abou-Khdeir a été tué, Israël cherche l’escalade à cause de la réconciliation à laquelle est parve­nu Mahmoud Abbas avec le Hamas.

Netanyahu vise à faire avorter le gouvernement palestinien: la mort des 3 colons n’est qu’un prétexte pour dire au monde que le prési­dent Abou-Mazen est incapable de contrôler la situation à Gaza ou ailleurs. Ce qui n’est d’ailleurs pas vrai.

— Faites-vous assumer la res­ponsabilité des incidents en Cisjordanie et à Gaza aux seuls israéliens ?

— Ceci est largement vrai. Mais je voudrais dire que certaines déclarations fougueuses émanant des leaders du Hamas, dans les­quelles ils menacent d’anéantir Israël, sapent toute tentative d’ac­calmie. Comment pouvez-vous demander au monde de venir au secours du peuple palestinien, de mettre fin à la tyrannie israélienne et, en même temps, dire que vous allez faire trembler la terre des Israéliens jusqu’à Haïfa? Les déclarations exagérément enthou­siastes à l’encontre d’Israël de la part des leaders du Hamas servent indirectement l’intérêt israélien, bien que paradoxalement Khaled Mechaal adopte un ton plus calme en faveur de l’accalmie.

— L’Autorité palestinienne travaille-t-elle pour parvenir à une telle trêve ?

— Nous travaillons afin de mettre un terme aux bombarde­ments et à l’escalade, afin d’alléger le fardeau sur nos confrères de Gaza et de mettre un terme à cet état de congestion qui a eu des répercussions sur la situation en Cisjordanie. Ceci a perturbé la rue palestinienne et y a injecté une grande dose de colère. Surtout qu’il y a de forts doutes sur le fait que des palestiniens soient derrière le meurtre des colons.

Nous travaillons sur trois axes : l’Egypte, le Hamas et Israël pour arrêter l’escalade et nous le faisons avec beaucoup de logique. Des positions politiques ont été prises condamnant l’enlèvement et la mort des 3 colons israéliens. Nous sommes prêts à ce que les choses reviennent à la normale et à arrêter cette tension prévalant en Cisjordanie, où 40 Palestiniens ont été arrêtés la semaine dernière dans le cadre d’une campagne israélienne visant à affaiblir le Hamas.

Mais si les choses continuent de cette façon, nous allons porter la question d’Abou-Khdeir devant tous les forums internationaux pour exhorter le monde, non seule­ment à contraindre Israël à cesser ses violations contre notre peuple, mais aussi à déférer ces criminels devant la justice. Et surtout pour rappeler au monde sa responsabi­lité juridique et morale envers le peuple palestinien. Il est impératif de mettre fin à l’occupation et il est impératif aussi d’arrêter la coloni­sation.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique