Lundi, 24 juin 2024
Dossier > Dossier >

Des indicateurs dans le rouge

Mardi, 27 mai 2014

Déficit : Le déficit budgétaire s’approche des 14 % du PIB, soit 240 milliards de L.E.

Dette : En 2012/13, la dette publique de l’Egypte a atteint 99% du PIB, un niveau qui n’avait plus été observé depuis 2006/07. La dette publique intérieure est passée de 78,6 % en juin 2012 à 87,1% du PIB en juin 2013.

Taux de croissance : La croissance économique est au ralenti, atteignant uniquement 2 % sur les exercices 2011/12 et 2012/13.

Inflation : L’inflation annuelle a légèrement baissé en avril dernier, mais reste toujours élevée avec 9,1% de hausse des prix.

Chômage : Le taux de chômage est estimé à 13,4%, contre 9% en 2010. 39% des jeunes des 20-24 ans sont sans emploi.

Pauvreté : 26,3% de la population vit sous le seuil de la pauvreté.

Enfants de la rue : Selon l’Unicef, le nombre des enfants de la rue en Egypte est évalué à 2 millions d’enfants. 36 % d’entre eux se concentrent au Caire.

Corruption : Le dernier classement élaboré par Transparency International, l’ONG de lutte contre la corruption, place l’Egypte au 114e rang sur 177 pays en matière de corruption.

p Terrains : 1,1 million de cas de constructions illégales sur des terrains agricoles, soit une superficie de 47000 feddans (19740 ha), est le volume des agressions commises contre des terres parmi les plus fertiles du Delta égyptien ces trois dernières années.

Electricité : Le déficit de production électrique est estimé à 3500 mégawatts par jour, soit 15% de la production maximale d’électricité par jour évaluée à 24000 mégawatts.

Protestations : Le nombre de protestations durant le premier trimestre 2014 est de 354, selon le Centre égyptien des droits économiques et sociaux. En 2013, le nombre des protestations pour raisons socio-économiques a atteint le record de 7000.

Ouvriers : L’Organisation internationale du travail classe l’Egypte sur la liste noire, car elle affirme que son gouvernement viole les normes sur la liberté des travailleurs.

Consommation et de blé : La consommation annuelle en blé des Egyptiens est évaluée à 15 millions de tonnes, alors que la production nationale s’approche des 10 millions de tonnes.

Investissements : Les investissements étrangers directs se sont effondrés. Ils sont passés de 12 milliards de dollars en 2008 à moins de 2 milliards en 2013.

Tourisme : Durant les trois premiers mois de 2014, les revenus du secteur touristique ont chuté de plus de 40%, selon le ministère égyptien du Tourisme. Cette baisse de janvier à mars est identique à celle constatée sur l’année 2013.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique