Lundi, 17 juin 2024
Al-Ahram Hebdo > Egypte >

Harcèlement local et Suédoises de tous les fantasmes  !

Najet Belhatemtim, Mardi, 20 mai 2014

A part le déluge de manchettes et d’éditos sur Sissi, quelques articles sortent du lot pour s’attarder sur des sujets non moins importants. Projet de loi sur le harcèlement sexuel, 24 000 Palestiniens dans l’oeil du cyclone et les Suédoises qui enflamment le Web égyptien.

Le Conseil des ministres a validé il y a quelques jours le projet de loi sur la modification du code pénal pour y introduire le harcèlement sexuel comme un crime passible de sanction. Le sujet n’a pas fait couler beaucoup d’encre, mais un article de Bahaa Ezz Al-Arab publié sur le site d’informations alternatives Mada Masr, comme il en existe de plus en plus ces derniers temps en réaction à une presse formatée et sélective, fait le point critique sur la question: « Le projet de loi est certes une victoire non négligeable, mais le problème est que l’incrimination du harcèlement de manière vulgaire et ouverte n’exclut pas le fait que ce crime est encouragé par la société, l’Etat et la loi ». Selon l’auteur, la loi et les tribunaux encouragent le harcèlement de manière tacite en imposant une certaine idée de la femme… Il donne l’exemple d’un verdict de la Cour constitutionnelle qui, dans l’affaire numéro 8 de l’année judiciaire 17, énonce que « la femme doit avoir une allure vestimentaire qui préjuge de sa chasteté (…) celle-ci doit être exempte de vulgarité pour les hommes qui, attirés par les contours de son corps, ne soient pas intrusifs à son égard, de quoi porter atteinte à son statut ». L’auteur donne un autre exemple d’injustice légale à l’égard de la femme qui est l’article « 267 du code pénal et qui semble consacrer une idée bien définie des causes qui justifient de défendre la femme contre le viol. L’article 268 du code pénal ne considère pas le fait que l’homme oblige la femme au sexe comme un viol sauf s’il y a pénétration, ce qui veut dire que tout viol qui ne se fait pas sur les parties génitales de la femme n’en est pas un. L’article valorise ainsi certaines parties du corps de la femme aux dépens d’autres ». Quant au harcèlement, « il ne fait pas partie des actes répréhensibles socialement comme le viol ou le meurtre. Mais c’est plutôt un acte qui est encouragé de plusieurs manières. Pour les adolescents, c’est l’un des portails pour accéder à la virilité. Pour les autres, c’est une punition contre la femme qui ne se plie pas aux exigences sociales en ce qui concerne son accès à l’espace public. Et si nous sommes d’accord sur le fait que ce n’est pas seulement une poignée de harceleurs qui s’attaque aux femmes égyptiennes, mais c’est la plupart des hommes égyptiens, il paraît très étonnant que cet acte soit désormais incriminé ! ». Plus encore, l’auteur rappelle un fait que beaucoup omettent, à savoir que le harcèlement en masse contre les femmes a été initié par l’Etat lui-même en 2005: « L’affaire des femmes journalistes qui ont été agressées sexuellement sous les regards de la police lors des manifestations du mouvement Kéfaya en 2005 est encore vivace. Et l’Etat refuse encore de prendre des mesures pour connaître les auteurs et les punir malgré un verdict de la commission africaine des droits de l’homme et des peuples depuis plus d’un an ». L’auteur rappelle aussi l’affaire des tests de virginité datant de 2011 et effectués par les médecins militaires sur des manifestantes incarcérées. « Le médecin incriminé n’a été condamné par le tribunal militaire que sur la base de l’article 278 du code pénal qui incrimine toute atteinte aux moeurs. C’est le même article sur la base duquel on condamne les amoureux qui s’embrassent sur la corniche du Nil ! ».

24000 Egypto-Palestiniens dans la ligne de mire

Dans un article publié dans le quotidien Al-Masry Al-Yom, l’éditorialiste Hamdi Rizq tire ses salves contre les 24000 Palestiniens qui ont obtenu la nationalité égyptienne depuis mai 2011 « dont 8000 durant le règne de Mohamad Morsi. Le président de la République doit ordonner la révision des décisions d’octroi de nationalité durant cette période. Cela est une affaire de sécurité de l’Etat. Il faut aussi revoir les décisions d’octroi de nationalité aux 24000 Palestiniens, car le Conseil suprême militaire n’était pas maître de ses décisions durant ces trois dernières années, et souvent, il a cédé au chantage des Frères musulmans. 24000 octrois de nationalité en trois ans, c’est une armée. Dites-moi quel pays arabe distribue sa nationalité à des terroristes ainsi au nom de la question palestinienne? Qu’en est-il des 8000 Palestiniens pro-Hamas qui ont obtenu la nationalité du temps de Morsi? Seront-ils fidèles à la sûreté nationale ou à l’organisation des Frères musulmans ou vont-ils être le bras armé de ces derniers ? ». L’auteur tente ensuite de tempérer sa vindicte contre ces 24000 Palestiniens qu’il accuse tous de terroristes : « Ils ne le sont pas tous, mais je n’exclus aucun de l’accusation jusqu’à ce que l’enquête soit faite. Il sont la cinquième colonne du Hamas à l’intérieur de l’Etat égyptien ».

Le buzz de la semaine

« Des Suédoises à la recherche de mari manifestent en Suède ». L’information diffusée sur le Web a fait le buzz sur le Web égyptien. Des photos avec de belles blondes en hot-short ont circulé sur toutes les pages des réseaux sociaux et blogs. Information reprise par la presse égyptienne qui avec tout le sérieux du métier a pondu des articles avec même des statistiques sur le taux de mariage en Suède. Et lundi, le quotidien Al-Watan publie sur son site en alerte urgente: « L’information des Suédoises est fausse. La vérité est que cela est faux. Cela a commencé par la circulation de la photo sur les réseaux sociaux, ensuite l’information s’est répandue en tant qu’information de presse sur les sites d’information arabes et égyptiens. Or, la réalité de cette photo est qu’elle a été prise en Lituanie à l’occasion du Festival Go Blonde où les femmes portent la couleur rose pour insuffler l’espoir et relever le moral du peuple ». Un internaute égyptien a commenté devant cette rectification: « Dommage, j’allais juste prendre un billet d’avion pour la Suède ». Quoi qu’il en soit, la photo a relevé le moral des internautes égyptiens en ces temps de marasme. C’était de toute façon le but du festival !

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique