Vendredi, 24 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Tourisme >

Tyti et Inherkhaou revoient le jour

Nasma Réda, Mercredi, 07 mai 2014

Le ministre d’Etat pour les Antiquités a inauguré cette semaine deux tombes dans la Vallée des rois à Louqsor : celle de Tyti et celle d’Inherkhaou.

tyti1
Tombe d'Inherkhaou.

D’ores et déjà, il est possible de visiter la tombe de Tyti dans la Vallée des reines, et celle d’Inherkhaou, à Deir Al-Madinah, après une restauration qui a duré plusieurs années.

Tyti était une reine de la XIXe dynastie. Elle fut la seconde épouse du pharaon Ramsès III (1184-1153). A la fin de son règne, son époux dut faire face à une grève des ouvriers de Deir Al-Madinah. Tyti est représentée dans sa tombe avec une couronne, attribut de la Princesse-Reine.

Ce tombeau fut découvert en 1903 par une mission archéologique italienne. Il fut considérablement endommagé par les visites, ce qui a exigé sa fermeture pour quelques années, afin de pouvoir le restaurer. La tombe est construite sur le modèle des tombeaux royaux de l’époque, mais sur une échelle plus petite. Les illustrations montrent la reine dans différentes scènes, elle est représentée portant les tresses et le costume d’une adolescente, ou comme femme d’âge moyen, habillée plus conventionnellement avec du maquillage et une coiffure plus raffinée contenant 2 grandes plumes.

Dans sa tombe, elle est désignée, d’après les gravures, par les titres de Fille du Roi, Epouse du Roi, Soeur du Roi, Mère du Roi et Epouse du Dieu. Sa momie n’a jamais été retrouvée.

Quant à la tombe d'Inherkhaou, d’assez petite taille, elle renferme de nombreux détails donnant un bon exemple de la peinture de la XXe dynastie. C’est l’une des rares tombes connues de cette période à Deir Al-Madinah. Inherkhaou avait le titre de Contremaître du Seigneur des Deux Terres dans la Place de Vérité. Il vécut sous les règnes de Ramsès III (1184-1153) et Ramsès IV (1153-1147). Ses ouvriers étaient chargés du creusement et de la décoration des tombes de la nécropole thébaine. Sa position importante lui permit d’avoir un tombeau aux décorations très riches et raffinées, représentant le sommet du savoir-faire à cette époque.

Les scènes de la tombe d’Inherkhaou sont faites sur un fond jaune clair, pour imiter le papyrus, matériau sur lequel le Livre des Morts fut originellement dessiné. Selon Mohamad Ibrahim, ministre des Antiquités, « cette tombe est sans doute l’une des sépultures les plus charmantes de toute la nécropole de la Vallée des rois ».

Les personnages grevés sur les murs, qu’ils soient hommes ou dieux, se caractérisent par des proportions étranges et des visages qui arborent un sourire naïf. « Cette tombe a été témoin d’une restauration minutieuse pour les gravures et les inscriptions qui y abondent. De même, le système d’éclairage interne et externe a été complètement rénové », précise le ministre.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique