Mercredi, 24 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Au quotidien >

Faire face au danger

Dina Darwich, Lundi, 14 avril 2014

Le secteur des soins palliatifs au ministère de la Santé, en coopération avec le Comité International de la Croix-Rouge (CICR), vient d'organiser un séminaire sur les techniques de secours des blessés par balle.

Faire face au danger

« Les techniques de secours pour les blessés par balle ». C’est le titre d’un séminaire de trois jours tenu en présence de 40 médecins urgentistes venant des quatre coins de l’Egypte. « Un médecin spécialiste des urgences doit recevoir ce type de formation, car il est le pre­mier à soigner les blessés. Son intervention est primordiale pour sauver la vie d’une personne. Nous avons des médecins bien formés, mais on travaille souvent au milieu de la violence, ce qui fait que nous avons besoin d’autres compé­tences. L’objectif de cet atelier est de former des médecins pour leur donner les compé­tences nécessaires dans ce domaine », déclare Dr Hicham Atta, ministre adjoint de la santé.

Cet événement a été organisé en collabora­tion avec le CICR et le secteur des soins pallia­tifs qui dépend du ministère de la Santé.

« Ce genre de formation gagne de l’ampleur aujourd’hui avec le nombre important de bles­sés et la propagation des armes à feu. Autrefois, c’était rare que des services d’ur­gence reçoivent des blessés par balle, car la plupart les meurtres étaient commis à l’arme blanche. Aujourd’hui, la situation a changé. Les armes blanches sont utilisées dans les bagarres entre les enfants des rues. Les ser­vices d’urgence sont débordés et doivent soi­gner toutes sortes de blessures puisque les armes à feu sont à la portée de tout le monde. L’expérience de la Croix-Rouge dans ce domaine est fructueuse, surtout qu’elle dis­pose d’un personnel qui travaille souvent dans des pays où il y a des conflits armés. La coo­pération avec les médecins des urgences est très utile, car elle nous ouvre un nouvel hori­zon », explique Dr Khaled Al-Khatib, prési­dent de la direction centrale des cas critiques et urgents, dépendant du ministère de la Santé. Cet événement fait partie d’une série de sémi­naires sur le traitement des blessures et des lésions dues aux armes à feu dans les services d’urgence et les services de traumatologie. Deux chirurgiens du CICR ont assisté au séminaire. « Nous avons aussi présenté lors du séminaire des cas de blessés que nous avons reçus après la récente explosion à la direction de la sécurité générale à Daqahliya et nous avons expliqué la manière avec laquelle on a soigné les victimes. L’important pour nous est l’échange d’expériences, car le CICR nous a expliqué comment on arrive à présenter un service correct avec le minimum de moyens. Nous avons vu sur des vidéos com­ment porter secours à un malade dans des pays qui ne possèdent pas les équipements d’urgence les plus élémentaires. Une chose qui peut nous être utile, surtout qu’il arrive parfois que le médecin d’urgence se déplace dans des bourgades éloignées de la Haute- Egypte ou bien dans le Sinaï où les médecins des urgences travaillent sous les rafales des mitrailleuses et sans communication car les réseaux téléphoniques fonctionnent mal », explique Dr Ibrahim Hassan, directeur des équipes médicales de déploiement rapide et urgent. « Ces techniques aideront les méde­cins égyptiens à soigner certaines blessures qu’ils peuvent rencontrer au cours de leurs interventions », conclut Marianne Gasser qui dirige la délégation du CICR en Egypte.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique