Mercredi, 22 mai 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

Des 8es de finale très spéciaux

Mohamad Mosselhi, Mardi, 18 mars 2014

Pour Ahli, Zamalek et Ismaïli, les 8es de finale des interclubs africains auront cette année une saveur particulière. Passage en revue.

Des 8
Suite à sa qualification difficile aux dépens des Tanzaniens de Young Africans, Ahli vise à surpasser Ahli Benghazi ce vendredi.

Ce week-end, Ahli, Zamalek et Ismaïli, qui représentent l’Egypte aux compétitions africaines interclubs, poursuivront leur parcours dans les différentes compétitions. Les trois équipes qui n’ont pas convaincu lors du tour précédent vont disputer leurs matchs avec des objectifs qui vont au-delà de la simple qualification pour le tour suivant. Alors que Zamalek vise à confirmer sa supériorité historique contre les Zambiens de Nkana, Ahli et Ismaïli chercheront la victoire respectivement contre Ahli Benghazi (Libye) et Petro Atletico (Angola) pour d’autres raisons.

Ahli, le tenant du titre de la Ligue des champions, a frôlé de justesse le spectre de l’élimination en 16es de finale. Heureusement, la chance était du côté des Rouges lors de la séance de tirs au but. Une séance qui les a conduits au tour suivant aux dépens de la modeste formation tanzanienne de Young Africans.

Ce vendredi, Ahli aura un test assez difficile face à la formation libyenne d’Ahli Benghazi. La difficulté de cette rencontre, qui aura lieu en Tunisie à cause de l’instabilité en Libye, ne réside pas dans la force de l’équipe libyenne mais dans le fait qu’elle est entraînée par l’Egyptien Tareq Al-Achri. Ce dernier a été pressenti à plusieurs reprises pour le poste de directeur technique d’Ahli. Ainsi, Mohamad Youssef, actuel directeur technique d’Ahli, doit être prudent lors de cette rencontre. « Le face-à-face de vendredi est entre Ahli et Ahli Benghazi. Ce n’est pas une rencontre entre Tareq Al-Achri et moi », a déclaré Youssef.

Ce dernier est sous le feu des critiques à cause des mauvais résultats de son équipe. Une défaite contre Ahli Benghazi sous une direction égyptienne pourrait avoir des conséquences terribles pour son avenir au sein du club.

En fait, la formation libyenne est une équipe à craindre, vu ses bons résultats, que ce soit au championnat national où elle s’est installée à la tête du groupe B ou en compétition africaine où elle s’est qualifiée aux dépens de la puissante formation ghanéenne Chelsea après un nul de 1-1 à l’aller et une victoire de 2-0 au retour en Tunisie.

Mohamad Youssef et ses poulains n’auront pas la tâche facile vendredi.

Tout comme Ahli, Ismaïli s’est qualifié difficilement pour les 8es de finale de la Coupe de la confédération, grâce aux tirs au but. Les Derviches doivent affronter les Angolais de Petro Atletico cette semaine à domicile. Bien que cette rencontre soit la première entre les deux équipes en compétitions africaines, Ismaïli et son directeur technique Ricardo ont de mauvais souvenirs du duo Gilberto et Flavio Amado. Ce duo qui évoluait en 2009 dans les rangs d’Ahli avait réduit en poussière le rêve d’Ismaïli de remporter le titre national. Un beau coup de tête de Flavio sur un centre millimétré de son compatriote Gilberto lors du match de barrage a offert le titre à Ahli sous le regard incrédule des joueurs d’Ismaïli et de son directeur technique brésilien Ricardo. Cette fois-ci, les Derviches veulent se venger de ce duo même s’il évolue dans un autre club.

Quant à Zamalek, second représentant de l’Egypte à la Ligue des champions d’Afrique, il veut confirmer sa supériorité historique contre les Zambiens de Nkana, samedi à Lusaka. Zamalek a battu Nkana à 5 reprises en 10 rencontres. Il a concédé 3 matchs nuls et il a subi 2 défaites.

Théoriquement, les Blancs ne devraient pas avoir beaucoup de problèmes contre Nkana. Mais la performance mitigée de l’équipe au championnat et dans les compétitions africaines laisse planer le doute sur la victoire. Même si l’équipe n’a subi aucune défaite depuis l’arrivée d’Ahmad Hossam « Mido » à la tête du cadre technique, les Blancs n’ont pas convaincu. Le bilan de l’équipe laisse beaucoup à désirer avec 2 victoires et 3 nuls au championnat.

« Les joueurs ratent beaucoup d’occasions, ce qui a coûté cher à l’équipe », explique Mido. « On va travailler sur cette lacune, car il est inacceptable qu’on perde des points à cause de l’impuissance de notre attaque », ajoute-t-il.

Lors de la rencontre de samedi, les hommes de Mido seront appelés à faire un parcours sans faute dans la compétition africaine afin de se faciliter la tâche au match retour qui aura lieu au Caire une semaine après. Une mission qui ne sera pas trop difficile pour les Blancs qui n’ont pas de problèmes au niveau de la défense.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique