Lundi, 22 juillet 2024
Al-Ahram Hebdo > Sports >

La gymnastique en mauvaise posture

Mirande Youssef, Mardi, 04 mars 2014

La sélection nationale de gymnastique prépare la nouvelle saison malgré les conflits au sein de la Fédération qui se répercutent négativement sur les athlètes.

La sélection de gymnastique
La sélection de gymnastique s'attend à de difficiles défis durant cette saison. (Photo: Reuters)

Le 25 mars prochain marquera le début de la saison pour la sélection nationale de gymnastique, car il coïncide avec le lancement des Championnats d’Afrique qui auront lieu en Afrique du Sud. Pour être au meilleur de sa forme lors du premier tournoi de la saison, la sélection nationale est actuellement en stage au Centre olympique de Maadi, pendant 15 jours. Le premier stage a eu lieu à Alexandrie pour une période de deux semaines. Le but de ce regroupement était d’opérer des évaluations pour choisir les athlètes représentant l’Egypte pour cette saison. « Ce qui mar­quera cette saison est le choix de 4 gymnastes de la sélection juniors, 2 garçons et 2 filles, afin de les intégrer à la sélection seniors pour la rajeunir. Les stars de la sélection plus âgées et expérimentées comme Chérif Al-Saharti (23 ans), médaillé d’or aux Championnats d’Afrique 2011 et le seul Egyptien à avoir participé aux JO de Londres 2012, feront partie de l’équipe aussi », assure Ossama Ezz Al-Régal, directeur technique de la sélection.

La sélection renferme d’autres gymnastes très talentueux comme Fadwa Mahmoud, la seule gymnaste qui a pu, à 18 ans, remporter une médaille d’or aux Jeux méditerranéens de Mersin en Turquie en juin dernier dans l’épreuve du saut du cheval.

La performance de la sélection a été modeste durant la saison 2013. Le seul exploit a été une médaille d’or aux JM de Mersin en juin, en Turquie, et une première place pour la gymnas­tique rythmique aux Championnats d’Afrique à Pretoria.

La seule bonne performance a eu lieu lors des Mondiaux de Belgique en septembre dernier où les deux gym­nastes Ali Aboul-Qassem, (24 ans), et Farida Choukri, (19 ans), ont réussi à inscrire leur nom dans le registre de la Fédération internationale pour avoir inventé de nouveaux mouvements artis­tiques qui leur sont propres.

L’année 2014 sera plus difficile, car elle comporte d’impor­tantes compétitions et la qualification olympique. Les deux tour­nois importants sont les Championnats d’Afrique qui auront lieu le 25 mars prochain en Afrique du Sud et les Mondiaux qui auront lieu en octobre en Chine. « Les Championnats d’Afrique sont très importants pour la sélection juniors car ils sont qualificatifs aux Jeux olympiques de la jeunesse dont la deuxième édition aura lieu en Chine en août prochain. Vers la fin de l’année, précisément en octobre, auront lieu les Championnats du monde qualificatifs pour les Jeux olympiques 2016 », explique Ezz Al-Régal.

Selon lui, pour être à la hauteur de ces compétitions, il faut effectuer au moins 10 stages de préparation, 8 en Egypte et au minimum 2 à l’étranger. La sélection doit aussi disputer un bon nombre de tournois Grand Prix avant les grandes compétitions pour acquérir de l’expérience. Mais depuis l’élection en sep­tembre dernier de Lamiaa Saqr, la nouvelle présidente, une tension a surgi car la Fédération a été scindée en deux partis. Le premier avec le groupe ayant élu Lamiaa Saqr, et l’autre, celui qui a choisi son concurrent Wagdi Aboul-Maati. « Taher Abou-Zeid, ex-ministre du Sport, a donné des ordres pour que le travail com­mence vu que les élections étaient transparentes. Pourtant, les membres qui soutenaient Wagdi Aboul-Maati ont intenté un procès et envoyé une lettre à la Fédération internationale de gymnas­tique pour s’opposer aux résultats des élections considérées pour eux comme illégitimes », explique Mariam Samir, membre de la Fédération. Cette instabilité a fait que le Comité olympique a refusé de financer les stages que doit effectuer la sélection à l’étranger, ainsi que quelques autres tournois, ce qui a affecté le moral des athlètes. « La situation de confusion et de conflits perturbe notre concentration. Les stages à l’étranger annu­lés sont pourtant très importants », conclut Chérif Al-Saharti, gymnaste.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique