Vendredi, 19 juillet 2024
International > Monde Arabe >

MSF s'alarme de ne plus recevoir de matériel médical à Gaza depuis deux mois

AFP , Mercredi, 10 juillet 2024

s
Des blessés pendant le bombardement israélien attendent un traitement à l’hôpital Nassr de Khan Yunis. Photo : AFP

Médecins sans frontières (MSF) alerte sur une "grave" pénurie de matériel médical dans la bande de Gaza, où aucun camion de l'ONG française n'a pu entrer depuis plus de deux mois, alors que la guerre continue de faire rage entre le Hamas et Israël.

"Nous sommes confrontés à une pénurie grave de beaucoup de matériel, comme des compresses" ou des "gants chirurgicaux", a déploré dans une interview avec l'AFP à Paris Amber Alayyan, responsable du programme médical pour la Palestine de MSF.

"Aucun camion de MSF n'est entré à l'intérieur de Gaza depuis la fin du mois d'avril", déplorait l'ONG dans un communiqué daté du 5 juillet, exhortant Israël à ouvrir "davantage de points de passage" vers le territoire assiégé.

"Nous recevons des personnes blessées dans des bombardements, par balle, des attaques de drones", s'est alarmée Amber Alayyan. "Nous voyons des gens qui vivent dans des conditions si précaires qu'ils cuisinent à même le sol et le poêle explose".

Face aux pénuries, les équipes de l'ONG changent les pansements tous les quatre jours, au lieu de deux auparavant, a donné comme exemple la pédiatre.

Les hostilités ont été déclenchées le 7 octobre par l'attaque du Hamas contre Israël qui a coûté la vie à 1.195 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP à partir de données officielles.

En représailles, la campagne militaire israélienne a dévasté la bande de Gaza et fait plus de 38.200 morts, majoritairement des civils, selon des chiffres fournis par le ministère de la Santé de Gaza.

Si MSF dispose encore de médicaments pour des anesthésies, le risque de pénurie existe là aussi, selon Amber Alayyan: "Si nous continuons comme ça, nous ne serons plus en mesure de fonctionner car nous n'opérons pas sans anesthésie".

Fin juin, l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) avait estimé que dix enfants par jour perdaient une ou deux jambes en moyenne.

"La plupart des amputations pratiquées le sont pour sauver des vies", a-t-elle poursuivi. "Nous n'avons même pas assez de fauteuils roulants dans notre propre hôpital, encore moins de prothèses".

Dans la bande de Gaza, plus de 88.000 personnes ont été blessées, selon le ministère de la Santé du Hamas.

"Ce que nous évoquons est une véritable catastrophe pour les années à venir", a observé la responsable de MSF.

"Gaza aura besoin d'être reconstruit. Donc il va falloir reconstruire avec des rampes accessibles (...) partout pour des milliers de personnes qui seront en fauteuils roulants".

"La guerre doit s'arrêter", a-t-elle imploré, "le système de santé est totalement détruit".

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique