Vendredi, 19 juillet 2024
Economie > Economie >

L’Egypte plafonne l'importation des voitures à 10.000 véhicules par mois selon Asharq Bloomberg

Ghada Ismail , Mardi, 09 juillet 2024

L’Egypte a connu une grave pénurie de devises étrangères au cours des derniers mois. La pénurie a disparu après la signature de certains accords d’investissement majeurs comme l’accord de Ras Al-Hikma qui a généré environ 24 milliards de dollars en liquidités directes.

L’importation
Des voitures importées en Egypte. Photo : Al-Ahram

L’Egypte a pris la décision en juin dernier de limiter le nombre de voitures importées à 10 000 véhicules par mois, a déclaré un responsable qui a préféré garder l’anonymat au site Asharq Bloomberg, mardi 9 juillet.

« Cette mesure est une tentative du gouvernement de rationaliser les dépenses en dollars et limiter les importations », a annoncé le responsable.

Selon Asharq, l’Autorité douanière égyptienne (ETA) a mis en place un calendrier pour le dédouanement des voitures importées. Le nombre de véhicules est limité à 10 000 par mois.

L’application de cette mesure signifie que le nombre total des voitures importées ne dépassera pas les 120.000 par an. Ce chiffre est de 33% supérieur à celui des véhicules importés en 2023 (90 000 voitures). Mais il est bien inférieur aux chiffres de 2021 et 2022 (avant la pénurie de dollar), selon un rapport du Conseil égyptien d’information du marché automobile (AMIC Egypt) spécialisé dans les études du marché automobile.

En 2020, le gouvernement a mis en place un système de pré-enregistrement obligatoire des véhicules importés (ACI). Le système requiert la disponibilité des données et des documents nécessaires au moins 48 heures avant l’expédition, ce qui permet à l’importateur d’obtenir un numéro d’identification de cargaison. Le système vise à simplifier le travail des douanes, à accélérer le dédouanement des marchandises et à faciliter la circulation des biens commerciaux.

Mais selon la source anonyme, les importateurs ont constaté en mai 2023 que le système ne fonctionne plus. Ils ont alors commencé à recourir à des moyens détournés pour importer les véhicules (pour ne pas devoir attendre le mois suivant le nombre étant limité à 10 000) comme le fait de les importer sous l’étiquette d’une autre marchandise quitte à payer une amende. Le résultat a été la saisie par les douanes égyptiennes d’environ 18000 véhicules de différentes catégories (personnelles, commerciales et pour personnes handicapées).

L’Egypte a connu une grave pénurie de devises étrangères au cours des derniers mois. La pénurie a disparu après la signature de certains accords d’investissement majeurs comme l’accord de Ras Al-Hikma qui a généré environ 24 milliards de dollars en liquidités directes.

En mars dernier, le taux de change du dollar a baissé pour la première fois en 14 mois passant sous la barre des 50 livres dans les transactions bancaires.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique