Vendredi, 19 juillet 2024
Culture > Arts >

A ne pas rater : Mounir et Medhat Saleh au Festival Al-Alamein, « Casino Badi3a » à l’espace Room et Hiba El Gizouli au Cairo jazz Club

Névine Lameï, Samedi, 06 juillet 2024

Du 7 au 13 juillet, spectacles de danse, soirées musicales, expositions d'arts plastiques et films, des manifestations culturelles pour tous les goûts à découvrir en Egypte.

s

 

MUSIQUE :

Joe Aiaad et AlSharif


Le 8 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club. Rue 26 juillet, Agouza.
Les sets du DJ Joe Aiaad et AlSharif se caractérisent par des expéditions émotionnelles qui visent à faire vivre son auditeur dans des voyages musicaux remplis de sons mélodiques et doux, passant de l’électro au disco, de la musique minimale aux grooves.

Soirée Karaoké


Le 8 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.
Voici des micros de karaoké adaptés à l’appareil de lecture. Une sono de qualité. Un projecteur et un écran, c’est tout ce qu’il en faut pour une soirée karaoké.

« Nazra »


Le 8 juillet, à 20h
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.
Les membres de la troupe égyptienne « Nazra » (un regard) se réunissent autour du « zikr », un rituel central des mystiques égyptiens. (La soirée est en célébration de l’année de l’Hégire).

Lotfy et Belahadaf


Le 9 juillet, à 22h
Cairo Jazz Club. Rue 26 juillet, Agouza.
Le pianiste Lotfy est un chevronné de la musique d’ambiance qui met l'accent sur les textures et les paysages sonores, plutôt que sur les mélodies et les rythmes habituels. Sa musique à l’effet calmant et relaxant, est capable de transporter son auditeur dans une ambiance acoustique et électronique. Et ce, en usant des synthétiseurs virtuels et analogiques, fascinants et innovants. Lotfy jouera de son nouvel EP « Talata » (Trois).

Andy Cheikho et Anis


Le 9 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.
Le Cairo Jazz Club invite son public à une soirée qui regroupe les DJs Andy Cheikho et Anis. Ensemble créeront un paysage musical alternatif, repoussant les frontières et les conventions établies. Ces DJ visionnaires, qui repoussent les limites de la musique électronique, promettent de partager sur leurs platines vinyles et en interaction avec le public, des moments de bonheur et une expérience sonore immersive transcendant les frontières.

Lydie the Djette


Le 10 juillet, à 22h
Cairo Jazz Club. Rue 26 juillet, Agouza.
Une soirée « Lydie the DJette » rassemble Lana et Monhara. Ensemble, elles joueront un set dansant d’Afrobeats, voire dans un mix de nombreux steps : Dancehall, Reggaeton, Afro-House, baile funk, électro, hip-hop, et surtout de la bass music et du garage rock.

Zaid Khaled, Lella Fada et Turk


Le 10 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.
Zaid Khaled est un instrumentiste connu pour son mélange captivant de mélodies arabes traditionnelles et d'influences occidentales modernes et émouvantes. Chanteuse à la présence magnétique, avec ses rimes acérées et son charisme inégalé qui font bouger la foule, Lella Fada jouera à son tour, du hip-hop et un medley de chansons inédites de son nouvel EP. Quant à Turk, il est une star montante du rap qui captivera à coup sûr le public avec des sons frais, innovants et des paroles acharnées.

Hiba El Gizouli


Le 11 juillet, à 22h
Cairo Jazz Club. Rue 26 juillet, Agouza.

Chanteuse et compositrice, la Soudanaise Hiba El Gizouli s’engage dans les diverses activités musicales et théâtrales, celles qui mettent largement l'accent sur l'importance des femmes dans le domaine de la musique. Avec la troupe « Aradib », elle animera une soirée de musique soudanaise aux sons émouvants, aux mélodies envoûtantes et à la voix puissante. A savoir que Hiba El Gizouli a cofondé et dirigé « Salute Yal Bannot » (respect envers les filles), l'un des premiers groupes musicaux formés exclusivement de  femmes musiciennes à Khartoum.

Amer Al-Touni


Le 11 juillet, à 20h
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.
La troupe « Al-Mawlawiya » des derviches tourneurs de Amer Al-Touni, s’inspire de la tradition soufie turque à laquelle elle lui ajoute un air contemporain. Elle présente sa propre version de chant et de danse religieux. Au niveau du chant, c’est le mawal, les invocations et les chansons religieuses les plus populaires. Alors qu’au niveau de la musique, les instruments traditionnels de la musique soufie (nay, rebab et tambours de basque) se mêlent à d’autres, plus occidentaux (violon, guitare). Au programme, un extrait des poèmes des grands maîtres soufis : Jalaleddine Al-Roumi, Ibn Al-Farid, Al-Hallaj et autres. 

Clay Lio, Algopack et SeifO


Le 11 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guézira Plaza. Sheikh Zayed.
Le rappeur Clay Lio rejoint sur ses platines vinyles, Algopack et SeifO. Ensemble, ils sont prêts à faire tourner les rythmes mélodiques les plus chauds d’une techno percussive, de la house mélodique, et aussi de la deep house. Et ce, avec une musique hypnotisée et avant-gardiste. L’auditeur, en pleine énergie, est invité à vivre des moments de pure folie musicale et de plaisir.

Medhat Saleh


Le 11 juillet
Festival Al-Alamein, ville Al-Alamein.
Le chanteur égyptien Medhat Saleh s’est fait connaître sur la scène musicale égyptienne dans les années 1980. Et ce, en revisitant les chansons de Abdel-Halim Hafez et de Mohamad Qandil. Quelques années après, il fait connaître ses propres chansons au public, avec un premier album intitulé « Zay Ma Qalou Aïniki » (comme disaient tes yeux). Au programme de la soirée, un large éventail de ses anciennes et nouvelles chansons.

Mohamed Mounir


Le 12 juillet
Festival Al-Alamein, ville Al-Alamein. Musical Arena
« The King » ou le roi, c’est de tel qu’il est nommé par ses fans. Et ce, en référence à son album et à sa pièce de théâtre « El Malek Howwa El Malek » (Le roi est le roi). Il s’agit du grand chanteur égyptien, d’origine nubienne, Mohamed Mounir. Le King participe au festival de la ville d’Al Alamein avec un grand nombre de ses chansons qui mêlent musique égyptienne à nubienne, comme aux blues, au jazz et au reggae. Les paroles de ses chansons intrigantes et engagées, touchent à des sujets sociopolitiques, mais aussi à l'amour qu’il le chante sous toutes ses formes.  

Ghassan Al-Youssef et Dina Abdel-Hamid


Le 12 juillet
Qobbet Al Ghouri. Al Azhar, Le Vieux Caire.
Le couple marié Ghassan Al-Youssef (Syrie) et Dina Abdel-Hamid (Egypte) joue avec magie sur le même « oud » qui les unit. Ce grand amour et cette harmonie spirituelle entrent eux, se reflètent admirablement sur scène. Les pièces musicales du duo sont composées par Ghassan Al-Youssef qui a commencé à jouer aux oud à l’âge de neuf ans. Au programme, les compositions de Al-Youssef et des chansons d’Oum Kalsoum, de Farid Al-Attrach, entre autres.

« Urban Candy »


Le 12 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club (CJC 610). Al-Guezira Plaza. Sheikh Zayed.
Formé d'Amer et Mobbz, le groupe « Urban Candy » est un duo dynamique qui joue des bangers hip-hop et du RnB (rythme et blue). Rendez-vous avec une soirée amusante à laquelle se rejoint Andy Cheikho, un musicien connu par sa musique d’ambiance.

DalnDin, Amira et FaraHH


Le 12 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club. Rue 26 juillet, Agouza.
Les DJs DalnDin, Amira et FaraHH promettent d’enflammer les planches du théâtre du CJC, sur leurs vinyles platines capables de produire des sons innovants mêlants technos et à la house. Ne manquez pas une soirée pleine de danse et de bonnes vibrations.

Almena, Mazeek et Shaibob


Le 13 juillet, à 21h
Cairo Jazz Club. Rue 26 juillet, Agouza.
L'artiste yéménite Hani Shaibani ou Shaibob est à l'honneur au Cairo Jazz Club. Artiste virtuose, profondément lié à ses racines, Shaibob tisse une tapisserie musicale qui mélange harmonieusement les rythmes anciens du Yémen aux sons contemporains. S'inspirant des divers paysages de son pays natal, le Yémen, ses performances musicales sont une expérience immersive.

« Blue Iris »


Le 13 juillet, à 20h
Room Art Space. 10, rue Etehad Al-Mohamin, Garden City.
« Blue Iris » est un groupe musical formé de trois filles qui se réunissent entre amis. Le trio aime jouer ensemble pour créer une ambiance musicale décontractée et chaleureuse. « Blue Iris » exprime sa passion pour la musique acoustique, à travers les paroles et la mélodie.

« Kato Hafez » et « Malaz Band »


Le 13 juillet
Bibliothèque d’Alexandrie. Al Chahtbi
« Kato Hafez » et « Malaz Band », sont deux groupes égyptiens qui jouent de la musique rock, celle des années 1984. Une musique qui évolue avec le temps. Et ce, à la variété de genres musicaux, mêlant le blues et le blues au bluegrass, voire à la musique country.

« Casino Badi3a »


Le 15 juillet, à 20h
Room Art Space. The Spot Mall. Le Nouveau Caire.
« Casino Badi3a » est un groupe musical nouvellement créé. La majorité de ses membres sont des femmes, chanteuses et interprètes qui font revivifier à leurs manières, avec une musique qui s’inscrit dans la modernité, le bon vieux temps du spectacle égyptien, celui animé par Badia Masabni, surnommée à son temps la « Reine de la Nuit au Caire ». Elle n’était pas seulement une artiste talentueuse ayant révolutionné le monde du spectacle en Egypte, mais aussi une entrepreneuse visionnaire qui a ouvert le casino Badia, un cabaret qui est devenu le centre névralgique de la vie nocturne égyptienne.

 

THEATRE :

« Minus One »


Le 10 juillet à 20h et le 11 juillet à 21h30
Université américaine du Caire, Place Tahrir, centre-ville.
« Minus One » ou (moins un) est une pièce de théâtre écrite par Mohamed Adel et réalisée par Abdallah Saber. L'idée du spectacle tourne autour de l'impact de l'enfant handicapé sur sa famille et des souffrances que traversent le père et la mère afin de comprendre leur fils et l'impact de la société sur eux et leur influence.

« Oum Kolsoum est de retour »


Le 11 juillet, à 18h30
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.
« Oum Kalsoum est de retour » est un spectacle de marionnettes qui revivifie avec 20 marionnettes, les plus belles soirées de la diva Oum Kalsoum. Le spectacle de marionnettes, animé par le marionnettiste Mohamed Bakkar, fait vivre le spectateur dans les inoubliables prestations scéniques d’Oum Kalsoum accompagnée de son takht.

« Konafa Band »


Le 11 juillet, à 20h
Sakiet El Sawy. Rue 26 juillet, Zamalek.
Le 12 juillet, à 20h
Room Art Space. 10, rue Etehad Al-Mohamin, Garden City.

Le groupe « Konafa » propose à ses fans une soirée de « stand up comedy ». Le groupe promet de prendre le spectateur à témoin des histoires qui lui sont arrivées. Il s’agit de sketches et d’histoires drôles à base de situations quotidiennes vécues.

« Nos Nos »


Le 12 juillet, à 19h30
Studio Nassibian. 15, rue Al-Mahrani, Faggalah.
« Nos Nos » (moitié-moitié) est une pièce de théâtre qui dépend sur l’improvisation et l’interaction avec le public. Elle est jouée par la troupe « Ferqet Mashroue » (une idée d’un projet) qu’est un groupe d’amateurs indépendants de théâtre qui, crée en 2015, vise à travers leur jeu de scène d’aider le spectateur à penser différemment.

 « Heroes Band »


Le 11 juillet, à 20h
Room Art Space. 10, rue Etehad Al-Mohamin, Garden City.
« Heroes Band » est un groupe juvénile de théâtre lyrique composé de jeunes humoristes. Il est spécialisé dans la musique des animés japonais et Spacetoon.

 

CINEMA :

« La Momie »


Le 11 juillet
Bibliothèque d’Alexandrie. Al-Chahtbi
« La Momie » (Al-Mummia) du grand réalisateur Chadi Abdel-Salam, est un film métaphorique et visionnaire qui transmet des pans de la culture égyptienne antique et décale la notion de temps. Le film débute par la parole du « Livre des morts », à l’époque de l’Egypte Antique qui a valeur de formule magique et religieuse, mais qui est aussi en prise avec la réalité égyptienne de l’époque, la défaite de la Guerre des six jours qui s’est déroulée en 1967, deux ans avant le tournage du film. Les événements de ce dernier qui pose la question de l’identité : « Perdre son nom c’est perdre son identité », se déroulent la nuit, dans une ambiance lunaire et de réverbérations sur des décors naturels où temples, déserts, felouques et rives du Nil, ont une présence magnétique.

« Quiet Place »


Dans les salles du cinéma
« Quiet Place » (Sans aucun bruit) est un thriller américain réalisé par John Krasinski. Une famille tente de survivre sous la menace de mystérieuses créatures qui attaquent au moindre bruit. S’ils vous entendent, il est déjà trop tard.

« Arcadian »


Dans les salles du cinéma
Un homme tente de survivre au jour le jour avec ses deux fils adolescents. Cependant, la famille n'est pas en sécurité. Chaque nuit, après le coucher du soleil, des créatures féroces commencent à chasser, tuant tout être vivant qui croise son chemin... Un film de Benjamin Brewer avec Nicolas Cage.

« Hajjan »


Zawya
A partir du 10 juillet
« Hajjan » raconte l'histoire d’un garçon qui entreprend un voyage à travers le désert à dos de chameau. Le film a été présenté en première mondial au Festival international du film de Toronto en 2023. Il s’agit d’une coproduction du Centre Roi Abdelaziz pour la culture mondiale, avec la société de production égyptienne « Film Clinic » du producteur égyptien Mohammed Hefzy.

« Deserts »


Zawya
A partir du 10 juillet
Mehdi et Hamid travaillent pour une agence de recouvrement à Casablanca. Les deux pieds nickelés arpentent des villages lointains du grand sud marocain pour soutirer de l'argent à des familles surendettées... Un film de Faouzi Bensaïdi avec Fehd Benchemsi.

« From Abdul To Leila »


Zawya
A partir du 11 juillet
« D’Abdul à Leïla » est un documentaire de Leila Albayaty. Après une amnésie causée par un accident, Leila, jeune artiste française d’origine irakienne, reconstruit son histoire en se rapprochant de sa famille et en plongeant dans ses racines. Elle apprend l’arabe, interprète les poèmes de son père irakien exilé, s’immerge dans l’histoire de la guerre du golfe en Irak. C’est l’odyssée d’une femme qui chante son histoire pour se réinventer, habitée par un irrépressible désir de vivre.

« Marinette »


Le 8 juillet, à 20h
Institut Français d’Egypte. Antenne Mounira. 1, rue Madrasset Al-Hoqouq, Mounira
Dans le cadre du Championnat d’Europe de l’UEFA de football 2024 et du tournoi féminin de football aux Jeux olympiques d’été 2024, le cinéma de Mounira présente le film « Marinette », réalisé par Virginie Verrier. Il s’agit d’un film biographique sur Marinette Pichon qui décrit dans son autobiographie : « Ne jamais rien lâcher, travailler, persévérer : c’est ce qui me caractérise. C’est l’histoire de ma vie ». A savoir que Marinette Pichon a le foot dans la peau dès son plus jeune âge. Sélectionnée en équipe de France puis repérée par un grand club américain, Marinette débarque avec sa mère aux Etats-Unis, poursuivant le rêve de devenir la meilleure joueuse du monde.

TV :

« Opération fortune, Ruse de Guerre »


Shahid
Le 12 juillet
L'agent spécial Orson Fortune et son équipe recrutent l'une des plus grandes stars de cinéma pour les aider dans une mission d'infiltration. Et ce, lorsque la vente d'une nouvelle technologie d'arme mortelle menace de perturber l'ordre mondial. Un film de Guy Ritchie avec Jason Statham.

« Beit Al-Saad »


Tous les mercredis, sur les chaînes MBC et MBC Misr.
« Beit Al-Saad » (la maison d’Al-Saad) est une émission présentée par les frères Saad : le comédien Amr Saad et le chanteur Ahmed Saad. L’émission, conçue par le réalisateur Mohamed Sami, appartient au type de programme de variétés. Elle invite de grandes vedettes dans le domaine du cinéma, de la télévision, du chant, du théâtre, de la musique, entre autres, dans des rencontres agréables, pour discuter d’une manière spontanée, de leur parcours de vie, ainsi que des questions sociales, humaines, entre autres. 

 

DANSE :

Folklore palestinien


Le 12 juillet
Festival Al-Alamein, ville Al-Alamein. Musical Arena.
En soutien de la Palestine, le festival d’Al Alamein présente un spectacle de danse qui puise dans le folklore palestinien, notamment la dabkeh, qu’est une danse traditionnelle en Palestine. Elle s’est inscrite en 2023 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. La dabkeh est une danse festive de groupe en Palestine qui s’accompagne d’instruments à vent traditionnels et de chants populaires. La dabkeh est interprétée par onze danseurs qui se tiennent en ligne droite ou en demi-cercle, en se serrant les mains et les épaules pour indiquer leur cohésion.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique