Vendredi, 19 juillet 2024
International > Monde Arabe >

Gaza: Israël annonce une poursuite des pourparlers en vue d'un cessez-le-feu

AFP , Samedi, 06 juillet 2024

s
Des enfants palestiniens marchent au milieu de la destruction dans un quartier résidentiel lourdement endommagé de la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza. Photo : AFP

Israël a déclaré vendredi que des "écarts" restaient à combler dans les discussions en vue d'un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et d'un accord de libération des otages, mais qu'il enverrait "la semaine prochaine" une délégation pour poursuivre les pourparlers avec des médiateurs qataris.

Après le retour vendredi soir en Israël du chef des services de renseignement israéliens, David Barnea, qui s'est entretenu à Doha avec des responsables qataris, le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu a annoncé qu'une "équipe partira la semaine prochaine pour poursuivre les négociations" au Qatar.

"Il est souligné qu'il y a toujours des écarts entre les parties", a ajouté le porte-parole du bureau.

M. Netanyahu, avait ordonné jeudi au chef du Mossad de se rendre à Doha après l'annonce par le Hamas de nouvelles "idées" pour un cessez-le-feu. M. Barnea devait notamment y rencontrer le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani.

Avant l'annonce de la poursuite des pourparlers, le Hamas avait dit s'attendre d'ici samedi à une première réponse d'Israël à ses nouvelles "idées".

Alors que les efforts de médiation menés par le Qatar, les Etats-Unis et l'Egypte se heurtent jusque-là aux exigences des deux camps, la guerre menace de prendre une dimension régionale avec des échanges de tirs quotidiens entre l'armée israélienne et le Hezbollah à la frontière nord d'Israël avec le Liban, qui ont connu une brusque intensification jeudi.

Une délégation du Hamas a rencontré vendredi au Liban le chef du mouvement libanais, Hassan Nasrallah, pour discuter de la situation sur le terrain et des négociations à venir.

L'ONU, elle, s'est dite "profondément préoccupée par l'augmentation de l'intensité des échanges de tirs" la veille, "ce qui accroît le risque d'une guerre à grande échelle".

Et vendredi soir, le Hezbollah a déclaré avoir lancé plusieurs salves de roquettes sur le nord d'Israël.

Dans des communiqués distincts, le Hezbollah a annoncé avoir lancé "des salves de roquettes de type katioucha" sur le village agricole de Margaliot et deux positions militaires frontalières, en représailles "aux attaques de l'ennemi contre des villages et habitations du sud".

L'armée israélienne a déclaré dans un communiqué que deux de ses soldats avaient été légèrement blessés "par des projectiles tirés vers la localité frontalière de Kyriat Shmona", ajoutant qu'ils ont été transportés à l'hôpital. Elle a dit avoir frappé en riposte "la source des lancements" et tiré à l'artillerie sur plusieurs régions du sud du Liban.

La guerre à Gaza alimente aussi une flambée des violences en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967, où l'Autorité palestinienne a annoncé vendredi la mort de sept Palestiniens dans un raid israélien à Jénine, dont quatre "combattants" et un "commandant" du Hamas, selon le mouvement islamiste.

Pas de répit dans les combats

La guerre déclenchée le 7 octobre, a entraîné la mort de plus de 38.011 morts, en majorité des civils, selon des données du ministère palestinien de la Santé à Gaza.

Après avoir progressé depuis le nord, l'armée a lancé le 7 mai une opération terrestre à Rafah, ville du sud de Gaza frontalière avec l'Egypte, alors présentée comme la dernière étape de la guerre.

Mais après bientôt neuf mois de conflit meurtrier, les combats ont repris dans plusieurs régions que l'armée avait dit contrôler, notamment à Choujaïya, un quartier est de la ville de Gaza (nord), où l'armée mène une opération terrestre appuyée par des bombardements depuis le 27 juin.

Vendredi, de nouveaux combats ont opposé à Choujaïya soldats israéliens et combattants palestiniens, selon une source du Hamas.

Des témoins ont aussi signalé des tirs d'artillerie israéliens et des frappes aériennes à Khan Younès (sud) et à Rafah, où se déroulaient des combats au sol.

Au total, 1,9 million de Gazaouis, 80% de la population, sont à présent déplacés, selon l'ONU, à travers le territoire assiégé et menacé de famine.

L'Organisation mondiale de la santé a averti vendredi que le manque de carburant, récurrent depuis le début de la guerre, faisait courir un risque "catastrophique" au système de santé de Gaza, confronté à un afflux massif de malades et blessés.

Les livraisons fin juin de carburant pour l'approvisionnement en eau et le traitement des eaux usées "n'ont couvert que 10% des besoins quotidiens", a également alerté le bureau des affaires humanitaires des Nations unies (Ocha).

"Les gens sont épuisés"

Annonçant jeudi que M. Netanyahu avait fait part au président américain de l'envoi d'une délégation à Doha, son bureau avait rappelé la détermination d'Israël "à mettre un terme à la guerre seulement si tous ses objectifs sont remplis".

Joe Biden et Benjamin Netanyahu "se verront probablement quand le Premier ministre" israélien sera à Washington, où il doit s'exprimer devant le Congrès le 24 juillet, a indiqué la Maison Blanche.

Les derniers éléments fournis par le Hamas "pourraient fournir la base nécessaire pour conclure un accord", a estimé un haut responsable américain, tout en prévenant qu'il restait "beaucoup à faire" et que ce serait "difficile".

Benjamin Netanyahu affirme vouloir continuer la guerre jusqu'à la destruction du Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 et est considéré comme une organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, et la libération de tous les otages.

Le Hamas de son côté réclame un cessez-le-feu définitif et un retrait israélien de Gaza.

"Nous espérons que les deux parties coopéreront à un cessez-le-feu (...) parce que les gens sont épuisés", a dit à l'AFP Hamed Jaroun, un Palestinien à Khan Younès.

*Article modifié par Ahraminfo

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique