Jeudi, 18 juillet 2024
Dossier > Egypte-UE >

Tourisme : 64,3 % des touristes étrangers

Ghada Ismail , Jeudi, 04 juillet 2024

Le partenariat économique entre l’Egypte et l’UE couvre des domaines variés. Retour sur les plus importants d’entre eux.

Tourisme : 64,3 % des touristes étrangers

D’après un rapport publié par la CAPMAS en 2020, les touristes européens représentaient 64,3 % du total des arrivées en Egypte en 2019. L’Allemagne était la principale source de touristes européens, représentant un quart du total des arrivées en provenance d’Europe. En 1991, le Royaume-Uni, la France et l’Italie représentaient ensemble 84,42 % du tourisme total en Egypte. Cependant, cette part a diminué à 43,19 % en 2016, en raison de l’augmentation de la fréquentation en provenance d’autres pays européens, dont la part est passée de 15,58 % à 56,81 % pendant la même période. Par ailleurs, la Commission européenne a enregistré une augmentation de 34 % des réservations confirmées vers l’Egypte par rapport à la même période en 2022. Cette tendance reflète un vif intérêt pour le tourisme culturel en Egypte, notamment dans les villes du Caire, de Louqsor et d’Assouan. L’Autriche, la Suisse et la Belgique représentaient 90 % des réservations en provenance de l’UE, suivies de l’Espagne et de l’Angleterre.

 Technologie : Une cinquantaine de projets

La collaboration scientifique et technologique entre l’UE et l’Egypte est encadrée par l’accord européen-égyptien de coopération scientifique et technologique signé en 2005. Cet accord favorise la coopération dans de divers domaines, notamment la recherche, le développement technologique et la démonstration. Par ailleurs, dans le cadre du programme de recherche et d’innovation de l’UE « Horizon 2020 », l’Egypte a collaboré avec l’UE dans 51 projets dans de divers secteurs, notamment l’eau, l’énergie, l’alimentation, l’agriculture, la santé, l’immigration et le patrimoine culturel. En octobre 2017, l’UE et l’Egypte ont signé un accord de partenariat pour la recherche et l’innovation en Méditerranée appelé « PRIMA ». Ce partenariat est financé par une combinaison de contributions des pays participants (274 millions d’euros à ce jour) et d’une contribution de 220 millions d’euros de l’UE.

Mots clés:
Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique