Samedi, 20 juillet 2024
Héritage > Archéologie >

Découverte de tombes familiales des époques tardive et gréco-romaine à proximité du mausolée de l’Aga Khan Assouan

Ahraminfo , Lundi, 24 juin 2024

Des études préliminaires sur les momies révèlent de nouvelles informations sur plusieurs maladies répandues à l’époque.

s
Les pièces découvertes dans les tombes de la zone du mausolée de l'Aga Khan. Photo : Page Facebook du Ministère du Tourisme et de l’Environnement

La mission archéologique conjointe égypto-italienne, opérant dans une zone autour du mausolée de l’Aga Khan à l’ouest d’Assouan, a découvert plusieurs tombes familiales et des momies jusqu’alors inconnues appartenant aux époques tardive et gréco-romaine.

« Cette découverte est d’une grande importance, car elle ajoute une nouvelle dimension historique à la région du mausolée d’Aga Khan, d'autant plus que plusieurs tombes conservent encore des parties de momies et des restes d’outils funéraires. Ce qui permet d’obtenir plus d’informations sur cette période et sur les maladies qui y étaient répandues. Cette découverte prédit également la découverte d’autres tombes dans la région. », a déclaré le secrétaire général du Conseil suprême des antiquités, Dr Mohammed Ismail Khaled.

« Près de 33 tombes ont été découvertes appartenant toutes aux époques tardive et gréco-romaine. Les études sur les restes de momies indiquent qu’environ 30% ou 40% de celles-ci appartiennent à des personnes en bas âge ou des nouveau-nés. », a précisé pour sa part le chef du secteur de l’archéologie égyptienne du Conseil suprême des antiquités, Dr Ayman Ashmawi.

Pour sa part, le superviseur général des antiquités d’Assouan et Nubie et directeur de la Mission archéologique du côté égyptien, Dr Abdel-Moneim Said, a rapporté que parmi les momies découvertes se trouvait celle d’une personne adulte probablement une femme accolée à celle d’un enfant d’un ou deux ans dans un sarcophage en pierre. Et d’ajouter que la mission se chargera dans les prochains jours d’étudier la relation entre les deux et qu’il y avait aussi des restes de cartonnages colorés, de statuettes en pierres et en terre cuite, des sarcophages et des tables d’offrandes. « Partant, il est probable que la classe moyenne de l’île d’Assouan était enterrée dans cette partie du cimetière alors que la partie en hauteur était réservée aux classes plus élevées. De nombreuses études et analyses radiologiques ont été effectuées sur les momies découvertes pour connaître leurs traits, leur sexe et leur âge au moment du décès et aussi pour savoir s’ils étaient morts à la suite d'une maladie. », a-t-il ajouté.

Quant à la professeure d’archéologie égyptienne à l’Université de Milan et directrice de la mission du côté italien, Dr Patricia Piacente, elle a déclaré que les études préliminaires sur les momies ont dévoilé que les momies appartenaient à des personnes mortes de maladies infectieuses et que d’autres avaient des troubles osseux, comme en témoignent des marques d'amputation sur le bassin de certaines femmes adultes. Et d’ajouter que certaines momies montraient des signes d’anémie, de malnutrition, de maladies pectorales, de tuberculose et de signes d’ostéoporose.

Quant à l’architecture des tombes, certaines ont une entrée en voûte précédée par une cour ouverte entourée de murs en briques crues, tandis que d’autres ont été sculptées directement dans la roche de la montagne.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique