Dimanche, 23 juin 2024
Environnement > Climat >

Grèce: première canicule de l'année attendue, risque d'incendie "très élevé"

AFP , Lundi, 10 juin 2024

Grèce
Archives : Des flammes brûlent une forêt dans le village de Vati, sur l'île de Rhodes, dans la mer Égée, au sud-est de la Grèce. Photo : AFP

La Grèce s'apprête à subir à partir de mardi sa première canicule de l'année avec des températures supérieures à 40°C et un risque d'incendie "très élevé", a indiqué lundi le ministre de la Crise climatique, Vassilis Kikilias.

Cette touffeur de trois jours "culminera mercredi et jeudi" et le "risque d'incendie sera très élevé dans des zones importantes de Grèce", a affirmé à la presse ce ministre chargé également de la Protection civile.

Les services météorologiques prévoient des températures pouvant grimper jusqu'à 42°C dans le centre du pays alors que la Grèce est déjà soumise à de fortes chaleurs ces derniers jours, notamment à Athènes où 38°C sont attendus jeudi.

M. Kikilias a demandé aux Grecs "leur aide et leur attention pour protéger la vie humaine" et la nature alors que le pays enregistre quotidiennement entre 30 et 40 incendies de forêt, de faible ampleur jusqu'ici.

Alors que l'été n'a pas encore débuté, des records de chaleur pour la première semaine de juin ont été enregistrés mardi dernier, selon le site meteo.gr avec des températures qui ont atteint localement 39,3°C.

Ce pays méditerranéen, coutumier des vagues de chaleur, avait connu des feux dévastateurs et une canicule de deux semaines, inédite dans sa durée, en 2023.

Il a ensuite traversé l'hiver le plus chaud jamais répertorié et redoute désormais de subir "un été très difficile" sur le front des incendies de forêt, selon M. Kikilias interrogé la semaine dernière par l'AFP.

Quelque 175.000 hectares de forêts et de terres agricoles sont partis en fumée en 2023 et plus de 20 personnes sont mortes.

Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), la hausse des températures provoquée par les émissions de combustibles fossiles d'origine humaine allonge la saison des incendies et accroît les surfaces brûlées.

Lien court:

 

En Kiosque
Abonnez-vous
Journal papier / édition numérique